Grossesse/Maternité

De bonnes habitudes pour une grossesse en santé

Même lorsqu’elle est attendue, la grossesse est synonyme de chambardements. Entre les hormones qui jouent au yoyo et le corps qui se transforme, certaines habitudes de vie sont à revoir. On vous dit lesquelles et on vous explique pourquoi.

Vivre une grossesse sans pépin et mettre au monde un beau bébé en santé, voilà ce que souhaitent toutes les futures mamans. Malheureusement, ce n’est pas absolu. Il est donc préférable de mettre toutes les chances de notre côté en adoptant de saines habitudes de vie.

Un petit supplément

Idéalement, avant même d’être enceinte, les femmes devraient prendre des capsules d’acide folique, l’une des vitamines B essentielles au bon développement du bébé. Un déficit en acide folique pourrait avoir des conséquences dramatiques. Une carence de ladite vitamine peut être à la source d’une malformation du tube neural qui pourrait se traduire par des anomalies à la colonne vertébrale, au cerveau ou au crâne de l’enfant.

En plus du petit supplément, les futures mamans devraient retrouver dans leurs assiettes plusieurs aliments susceptibles d’augmenter leur apport en vitamine B12. Maïs, brocoli, petits pois secs, choux de Bruxelles, lentilles, orange et céréales complètes sont de bonnes sources d’acide folique. 

Manger deux fois mieux, pas pour deux

Dans les premiers mois de la grossesse, l’appétit fluctue entre les fringales et les dégoûts alimentaires. S’il est important de se nourrir suffisamment, il l’est tout autant de manger plus sainement.

Enceinte ou pas, il est conseillé de prendre 3 repas par jour entrecoupés de collations santé et de suivre les recommandations du Guide alimentaire canadien. Des fruits, des légumes, des produits céréaliers, de la viande ou ses substituts et des produits laitiers devraient être présents dans tous les menus journaliers. Il faut également faire attention à la prise excessive de poids et au diabète gestationnel. 

On ne mélange pas alcool et grossesse

Pour trinquer à l’heureuse nouvelle, les femmes devraient opter pour des boissons sans alcool. En fait, elles devraient s’abstenir d’en consommer pendant leur grossesse. Pourquoi? Parce qu’il est prouvé que la toxicité de l’alcool pourrait avoir des effets néfastes sur l’enfant à naître qui peuvent aller jusqu’aux troubles des apprentissages, malformations cardiaques, problèmes sociaux, difficultés relationnelles, troubles du comportement et caractéristiques physiques particulières. On regroupe l’ensemble de ces symptômes sous le nom de Syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF).

Les conséquences de la consommation d’alcool varient selon l’étape de la grossesse : lors du premier trimestre, elle est plus dommageable puisque s’agit d’un moment charnière, celui où se développent les organes du fœtus. On sait aussi qu’une consommation excessive occasionnelle, échelonnée sur une courte période, est excessivement mauvaise pour le bébé.

Si la science peut affirmer que la consommation d’alcool affecte le bébé, elle est incapable de déterminer à quel moment de la gestation et en quelle quantité cette dernière devient néfaste. Alors, dans le doute, il vaut mieux s’abstenir. Les mamans pourront toujours boire à la santé de bébé… une fois que celui-ci sera né.

Afin d’en apprendre davantage sur l’alcool et ses effets, la publication « La grossesse et l’alcool en question » est une excellente référence sur le site d’Educ’alcool que nous vous invitons à consulter.

Un verre, deux verres… d’eau

L’eau c’est la vie! Enceinte ou pas. Dans un régime quotidien, on devrait boire près de  2 litres d’eau par jour. En fait, la quantité d’eau que l’on devrait consommer correspond au ratio 1 ml par calorie en besoin énergétique. Pendant la grossesse, il est capital de continuer (ou de commencer) à bien s’hydrater puisque que la quantité d’eau ingurgitée influe sur le volume du liquide amniotique.  L’eau transmet également au bébé toutes les vitamines, minéraux et nutriments indispensables à son bon développement.

Vous fumez, il fume

La cigarette et ses effets nocifs sont bien connus. Cependant, saviez-vous que lorsqu’une maman fume ou respire de la fumée, c’est exactement comme si bébé fumait aussi?

La cigarette prive le fœtus d’oxygène et de nutriments, en plus de l’exposer à près de 4000 produits chimiques. Les bébés exposés au tabac pendant leur vie intra-utérine sont souvent de petits poids et ont plus de risques de souffrir de complications prénatales. Ils sont également plus vulnérables aux maladies et garderont cette fragilité même à l’âge adulte.

En ce qui concerne les futures mamans, la cigarette augmente le risque de fausse couche et de complications lors de l’accouchement. Dans un monde idéal, pour leur bien-être et celui de leur bébé, elles devraient cesser de fumer. Cependant, quitter cette mauvaise habitude n’est pas aussi aisée que souhaité. Afin d’obtenir du support, les fumeuses peuvent parler de leur situation avec leur médecin traitant.

Bouger, c’est la santé

La grossesse, ce n’est pas un prétexte pour cesser de bouger. Natation, gymnastique douce, marche, yoga… la femme enceinte peut pratiquer l’activité de son choix, tant et aussi longtemps qu’elle respecte son rythme et qu’elle a l’aval de son médecin. Après tout, bouger, c’est bon pour la santé et pour le moral!

Si maman va, tout va! La femme enceinte (ou désireuse de le devenir) doit prendre soin d’elle puisque la santé de bébé et son développement passent par une hygiène de vie maternelle saine et équilibrée.

Sources : Canadien en santé, La Société canadienne de pédiatrie et Educ’alcool

Parution initiale le 9 février 2018

Image de Annie Harvey

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez un trousse complète d’apprentissage de OLO Fusion!

Participez pour gagner la trousse “La Futée” de OLO Fusion.

Passez un été magnifique au Québec grâce à Ulysse!

Participez pour gagner votre copie du livre “Étonnant Québec” des Guides de voyage Ulysse

Commentaires