Famille

Erreurs courantes de parents

Nous faisons de notre mieux comme parents, c’est vrai, mais nous commettons aussi quelques erreurs. Nous sommes humains après tout! Voici quelques gaffes que nous faisons en voulant bien faire.

Ne penser qu’à l’avenir

Depuis que nous sommes parents, nous avons recommencé à jouer aux blocs Lego. Nous avons aussi découvert de nouvelles sortes de pâte à modeler et nous sommes devenues des choristes chaque fois que nous commençons à chanter. Profitons du moment présent plutôt que penser uniquement à l'avenir! Ce qui arrivera demain, la semaine prochaine, aux prochaines vacances ou dans 10 ans, c'est bien beau, mais ce n'est pas l'essentiel quand on a des enfants. Quand les enfants auront grandi, nous n’aurons plus de bonnes excuses pour dépenser des fortunes dans les magasins de jouets ou chanter fort en public en compagnie de Batman.

Tout faire à leur place

Quelqu’un a déjà dit « Préparez vos enfants pour la route, ne préparez pas la route pour vos enfants ». Ann Landers a aussi dit « Ce n’est pas ce que vous faites pour vos enfants, mais ce que vous leur avez appris à faire pour eux-mêmes qui en feront des êtres humains bien adaptés. » Être parent, c’est une chance en or de leur apprendre à créer, à se débrouiller et à gérer leurs joies et leurs peines. Ils en sortiront mieux que si nous leur transmettons la fausse impression que tout est facile dans la vie.

Toujours dire tout haut ce qu’on devrait penser tout bas

La transparence n’est pas aussi simple qu’elle en a l’air. On peut dire beaucoup de choses à un enfant, mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’il comprenne tout comme un adulte le ferait. Par exemple, si vous parlez toujours en mal de votre mère ou de votre grand-mère, ils croiront peut-être que c’est ce que les adultes font et c’est ainsi qu’ils vous traiteront plus tard. Alors quand on a rien de bon à dire sur un sujet, ne disons rien.

Être trop compétitif

Si on dit aux enfants que telle personne n’est pas assez bonne pour eux, que telle autre famille est moins « çi ou ça » que la nôtre et qu’il faut toujours gagner à tout prix, notre enfant n’apprendra jamais à perdre... ni à gagner. Il n’apprendra pas non plus à faire des compromis, à accepter que l’amitié a des hauts et des bas, ni à faire des efforts pour atteindre ses objectifs. Pendant l’enfance, c’est peut-être moins évident, mais à l’âge adulte, il appréciera cette compréhension tolérante du monde qui l’entoure.

Élever les enfants qu’on voudrait et pas les enfants qu’on a

Les enfants ont une personnalité qui leur est propre dès la naissance. C’est souvent quand on a un deuxième enfant qu’on s’en rend bien compte : souvent les enfants sont aux antipodes l'un de l'autre. C’est à nous d’adapter nos méthodes d’éducation à la personnalité de nos enfants, pas l’inverse.

Sous-estimer l’importance de notre présence

Ce qui ressort des valeurs morales qui lui ont été inculquées, ce qui lui permettra de faire face aux obstacles et de retenir des leçons de ce qui lui arrive pour devenir plus fort et plus sage est à la base de ce que l'enfant deviendra en grandissant. Parlons souvent avec notre enfant. Passons du temps avec lui au quotidien. Cette présence et tout ce qui en découle en liens d’attachement et en transfert de valeurs seront ce qui fera la différence lorsqu’il frappera un mur dans la vingtaine et qu’il devra se relever. Chaque petite leçon que nous lui apprendrons au quotidien rendra éventuellement sa vie plus facile et son cœur plus léger.

Juger les autres parents et leurs enfants

Commençons par nous entendre sur un fait : personne n’est parfait. Pourtant, il est vraiment tentant pour un parent qui veut donner le meilleur à son enfant de juger ceux qui en font beaucoup moins pour les leurs. Mais comme nous ne sommes pas dans leurs souliers, ce serait les juger avant de connaître le contexte et les circonstances. D’ailleurs, nous jugeons souvent beaucoup moins les autres quand nous traversons des périodes plus difficiles! Si on est incapables de s’empêcher de juger les autres, on peut choisir de garder ce qu’on pense pour soi.

Mettre de la pression sur les enfants introvertis

Votre compte Facebook annonce « Regardez cette fillette de 6 ans qui chante une chanson de Whitney Houston à la perfection! » et quand vous voyez l’éducatrice de votre enfant en fin de journée, elle vous dit : « Votre enfant a peu d’amis, il faudrait qu’il apprenne à aller vers les autres »… Même si « l’extravertisme » est très valorisé en ce moment, mieux vaut respecter la personnalité fondamentale des enfants qui aiment prendre leur temps et qui préfèrent la discrétion à l’attention.

Oublier l’importance de la famille

Les réunions et fêtes de famille qui permettaient à la famille élargie de se réunir régulièrement sont en perte de vitesse. Pourtant, tous ceux qui ont connu les grandes familles s’ennuient de ces fêtes animées où tous les enfants jouaient ensemble. Les enfants ont besoin de développer des liens familiaux qui les ramèneront à leurs racines toute leur vie durant. Les cousins et les petits-cousins ont toute leur importance à ce niveau, alors aussi bien qu’ils soient des amis dès leur enfance!

En vouloir à nos enfants pour nos propres erreurs

Si notre enfant se montre arrogant en nous parlant, peut-être ne fait-il qu’employer le même ton qu’on utilise nous-mêmes depuis des mois avec lui parce qu’on a des relations difficiles! C’est à nous de changer de ton et de ramener l’harmonie dans les échanges, pas à lui de se faire chicaner! Les enfants nous observent, si on veut qu’ils soient « merveilleux », c’est à nous d’être « merveilleuses » aussi.

Image de Anne Costisella

Anne Costisella est diplômée en communication publique à l’Université Laval et maman de deux enfants. En plus d'être une rédactrice web d'expérience,  Anne est aussi l'auteure du blogue Techno Maman


Cette semaine
Covid-19 - Le partage des congés des Fêtes pour les parents séparés

Le 19 novembre 2020, le Gouvernement du Québec annonçait les mesures d’assouplissement permises pour les rassemblements durant les Fêtes de fin d’année 2020. Un casse-tête pour les parents séparés? 

Laissez-les croire au Père Noël!

Est-ce qu’on doit laisser nos enfants croire au Père Noël et à toute cette magie des Fêtes? Absolument, et Solène Bourque nous dit pourquoi!

Le baby blues, ce phénomène mal connu

On l’entend sans cesse ce terme, baby blues, et pourtant il est si mal connu du grand public et même des professionnels de la santé. On l’utilise sans bien le comprendre alors que, pourtant, jusqu’à 80 % des femmes en connaissent un épisode plus ou moins difficile.

Un calendrier de l’Avent dans le sapin

Ce que j’aime du temps des fêtes avec les enfants, c’est toutes ces traditions magiques qui mettent des étoiles dans leurs yeux.  

Nos Concours

Gagnez le livre Bœuf braisé au jus

Participez pour gagner le livre Bœuf braisé au jus de Mamzells

Gagnez une Poupée Maplelea

Participez pour gagner une poupée Maplelea de votre choix et un journal d'histoire

Commentaires