Grossesse/Maternité

J'aime (pas) être enceinte!

État de pur bonheur pour certaines. État d’inquiétudes et de malaises pour d’autres. La grossesse. Neuf mois où les femmes sont elles-mêmes, mais différentes.

La grossesse… un état d’ambiguïté. Certaines aiment, d’autres pas. Au cours des quarante semaines d’une grossesse, les émotions fluctuent. Le premier trimestre est souvent le plus angoissant. Les menaces sont plus grandes : « Bébé s’accrochera-t-il fermement? » ou « Tout est-il en ordre? », avant l’écoute du cœur pour la première fois ou la première rencontre avec le médecin. La fatigue accable les futures mamans qui se sentent souvent perturbées par tant de changements dans leur humeur alors que leur corps n’est pas encore modifié.

Puis, les semaines s’enchaînent. Pour certaines cela annonce le début d’un temps plus serein, pour d’autres, l’angoisse perdure. Mais au bout de ces quarante semaines, le bébé vient combler sa maman, c’est certain! Voici des témoignages divergents sur la grossesse.

J’aime… c’est une expérience unique!

Les femmes apprécient sentir la vie grandir en elles. Un sentiment à la fois réel et irréel. La grossesse confirme leur féminité, leur fécondité et même leur relation avec la « nature ». Elles se sentent privilégiées et chanceuses de créer la vie. Les émotions à fleur de peau, elles plongent dans un univers nouveau qui les fascine. Pouvoir parler à leur enfant alors qu’il n’est pas encore là, alors qu’elles le sentent quand même est, selon elles, indescriptible. La relation qui unit la future maman et l’enfant qu’elle « tricote » est unique et totalement magique.

Je n’aime pas… neuf mois de stress

Les grossesses difficiles, les menaces de fausse-couche, les suivis serrés, les anomalies, les tests difficiles, l’obligation de rester au lit, les contractions précoces, les nausées qui s’éternisent, les déprimes qui perdurent et les insomnies qui se multiplient… les inquiétudes de chaque trimestre sont un lot pesant à porter! Plus vulnérables et plus sensibles, les futures mamans trouvent parfois l’épopée exigeante émotionnellement!

J’aime… l’attente!

Attendre, espérer, souhaiter, imaginer, planifier, rêver, tout devient extraordinaire. Même faire un décompte constitue une belle aventure! L’inconnu est excitant! La famille se crée lentement…

« Je dois être la seule fille qui voulait vraiment se rendre à 42 semaines. Je voulais tellement en profiter… et j’en ai profité. J’ai accouché à 39 semaines et je pleurais parce que je ne voulais pas que ça se finisse déjà. J’avais hâte de voir mon bébé, bien sûr, mais je savais qu’une première grossesse, ça ne se revit pas deux fois », raconte Ève.

Je n’aime pas… c’est long, neuf mois!

Si certaines vivent une grossesse à risques, l’égrainage des semaines ne se fait jamais assez rapidement. Elles veulent accoucher à terme, les semaines sont affreusement longues. Les dates « butoir » – celui de 12 semaines pour les fausses-couches, celui de 20 semaines pour l’écho de contrôle, etc. – sont nombreuses. Elles accentuent la peur et réveillent des démons.

D’autres ne vivent aucun malaise physique, mais un inconfort profond. Neuf mois dans un tel état, c’est très, très long et pas très agréable!

J’aime… être aux petits soins avec moi

La grossesse peut être le moment idéal pour prendre de bonnes résolutions. Certaines y voient l’occasion pour renouer avec une hygiène de vie plus saine.

Et prendre soin de soi durant la grossesse en s’offrant de doux plaisirs, se les accorder juste « parce que je suis enceinte », ça fait du bien au moral! Et si les proches en font tout autant, quel beau moment! « J’ai aimé toutes les petites attentions de mon mari : massages de dos, soins des pieds, les petits mots doux, etc. », note Josée.

Je n’aime pas… être limitée dans mes choix

Finis certains sports! Remis à plus tard les soupers de sushis au poisson cru! Attention au fromage et à la listériose! Régime de diabète! Peu de choix de vêtement! La fin de la grossesse sonnera la fin des privations! Enfin, s’écriront celles qui en souffrent plus que les autres. Et c’est tout à fait légitime. Si certaines se passent sans problème d’alcool, d’autres rêvent de leur prochain verre de vin! À chacune ses limites dans ses limites!

J’aime… qu’on m’envie et qu’on me regarde

Indéniablement, une femme enceinte attire les regards et déclenche même des conversations avec de parfaits inconnus. « Mère de l’humanité ». C’est flatteur et agréable de voir les gens nous sourire spontanément.

Je n'aime pas… qu’on prenne mon ventre comme un objet public

Pour les discrètes et les timides, être le centre de l’attention n’est pas un bonheur de tous les instants, surtout quand tous se permettent de toucher le ventre de la femme enceinte. Et puis, il y a celles qui n’aiment pas les visites chez le médecin ou qui ont en horreur le fait de se déshabiller devant des inconnus…

Ambivalence

« J’ai aimé la proximité que ça me donne avec les autres. Quand on a une bedaine, on devient la mère de l’humanité, tout le monde se sent proche d’une femme enceinte. Toutefois, je n’ai pas aimé les gens qui se sentaient trop proches de la mère de l’humanité! Parle-moi, mais demande-le-moi avant si tu veux me toucher! », nuance Caroline.

J’aime… je me sens belle

Même si le ventre s’arrondit, pas de soucis! C’est la vie qui gonfle! Beaucoup de femmes enceintes se trouvent belles et resplendissantes, voire même sexy. Leur féminité explose pendant ces neuf mois. « Je me sentais femme dans toute ma plénitude », confie Solène.

Je n’aime pas… je me sens grosse!

Qui est là? Les transformations dues à une grossesse peuvent être telles que certaines ne se reconnaissent plus. « Enceinte, je suis grosse, très grosse. Je prends toujours autour de 50 livres. Mon visage se tuméfie au point où je ne me reconnais pas dans le miroir et je déteste ça. Je déteste tenter de m’immiscer entre une chaise et un mur, pour me rendre compte que je n’ai pas enregistré dans mon cerveau ma nouvelle image corporelle qui inclut 30 cm de largeur supplémentaire », se rappelle Geneviève.

Sexy? Pas du tout. Il arrive que les vergetures, les varices, la rétention d’eau et l’enflure viennent contrecarrer les plans « beauté » des futures mamans. Elles se sentent brimées de ne pas pouvoir mettre du linge « normal » et d’avoir à se tourner vers des boutiques spécialisées pour s’habiller.

Des bonheurs partagés par toutes…

Des désagréments soulevés par plusieurs…

  • les vergetures
  • la prise de poids importante
  • les craintes folles entretenues
Image de Nadine Descheneaux

Autrice jeunesse et conférencière.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez 1 des 5 d?sinfectants pour les mains de Attitude.

Petits formats parfaits pour le sac ? dos.

Gardez bébé au chaud cet hiver grâce à Kokoala!

Profitez de l’hiver grâce à Kokoala.

Commentaires