Bébé

L'enfant qui frappe tout ce qui bouge

Voilà que votre petit amour s’est transformé en petite bombe à retardement qui, à la moindre colère, frappe sur tout ce qui bouge… Mais quelle mouche l’a piqué?

Certes, il est déstabilisant, voire dérangeant, d’être ainsi témoin des accès de rage de notre petit amour. Quelles raisons peuvent bien le motiver à agir aussi impulsivement? Dès que quelque chose l’irrite, votre enfant vous frappe, frappe son frère ou sa sœur, peut-être même ses petits copains de la garderie. Réalise-t-il qu’il risque de faire mal aux autres, physiquement, bien sûr, mais aussi psychologiquement? Il faut agir, mais comment?

Pourquoi mon enfant donne-t-il des coups?

D’abord, il faut dire que ce type de comportement n’est pas rare chez les enfants de 2 à 4 ans, qui ne frappent pas par « méchanceté ». Pour les petits, exprimer leurs émotions n’est en effet pas une chose si aisée. Si bien que, lorsqu’il est placé devant une limite contraignante, qui brime son propre plaisir, l’enfant se sentira frustré. Cette frustration est difficile à gérer pour lui, qui ne possède pas les mots pour l’exprimer, et qui n’a pas encore un grand contrôle sur lui-même. Ces deux choses viendront heureusement avec le temps.

Il se peut aussi que votre enfant, en agissant agressivement, soit en train de tester vos limites : jusqu’où puis-je aller? se demande-t-il. Il espère sans doute qu’en agissant de la sorte, en vous déstabilisant, il réussira à vous faire changer d’avis. En fait, il s’agit du même mécanisme que la célèbre « crise du bacon » dans l’allée de la boutique de jouets. Comme il dit « non » à tout, donner des coups est, pour lui, une façon de clamer son autonomie et son individualité.

Un comportement inacceptable

Bien que ce comportement soit fréquent et normal chez la plupart des enfants, il n’est pas acceptable pour autant et il ne faut pas le banaliser. Peu importe les raisons qui motivent votre enfant à donner des coups, vous devez réagir rapidement et lui faire comprendre qu’un tel comportement est tout simplement inacceptable. Bien sûr, il a le droit d’être déçu, même fâché, mais de le démontrer de cette façon n’est admissible en aucun cas. En effet, il est nécessaire de faire comprendre à votre enfant que la violence n’est jamais la solution et, surtout, celle-ci ne devrait pas être banalisée. Invitez-le plutôt à communiquer avec des mots.

Le respect des autres

Même si le concept de « respect » peut être un peu abstrait pour les enfants, le plus tôt on le leur apprend, le mieux c’est. C’est en vous observant, et en apprenant peu à peu à respecter les autres membres de sa famille que votre enfant commencera enfin à le comprendre. Si vous le laissez vous frapper, il croira qu’il en a le droit et frappera aussi les autres qui le contrarieront. Il a bien entendu le droit de vivre dans un environnement sécuritaire, un droit que tous les membres de la famille ont aussi.

Les enfants ont tous besoin de limites : elles sont extrêmement sécurisantes pour eux! Vous devez donc prendre le temps de lui expliquer quels sont les gestes qui sont acceptables, et ceux qui ne le sont pas. Par exemple, on ne frappe jamais quelqu’un, et on ne le mord pas non plus. Les insultes sont aussi à proscrire. Vous l’aiderez ainsi à avoir de bonnes relations avec les autres, enfants et adultes.

Intervenir

Vous vous en doutez : vos interventions ne seront probablement pas tout de suite accueillies avec le sourire, mais, à force de lui répéter qu’on ne frappe pas, et d’insister sur la notion de respect, votre petit finira par comprendre et agira de manière à vous plaire. Comment intervenir si votre enfant vous frappe, ou frappe quelqu’un d’autre?

  • Vous devez tout de suite exprimer votre désaccord, et ce, de façon ferme, tout en restant calme : que vous soyez à la maison ou au supermarché.
  • Cessez l’activité et prenez votre enfant à part. Si possible, isolez-le quelques minutes.
  • Analysez rapidement la situation, en tentant de comprendre pourquoi votre enfant a agi de la sorte. Expliquez-lui ce que vous avez vous-même ressenti, lorsqu’il vous a frappé.
  • Et montrez-lui à exprimer ses émotions de façon adéquate. Il ne faut pas minimiser sa colère : il a le droit de la ressentir et, pour lui, cette émotion est bien réelle. Cependant, il doit trouver d’autres façons de partager avec son entourage comment il se sent. « Je sais que tu es en colère parce que tu voulais rester encore au parc. Tu as le droit d’être déçu, et d’avoir de la peine. Mais je n’accepte pas que tu me frappes. Si tu veux quelque chose, tu dois le dire. »

Lorsqu’il réussit à exprimer comme il faut ses émotions, félicitez-le. Et, surtout, ne cédez pas en achetant la paix.

Et souvenez-vous que ce n’est pas votre enfant qui est «méchant», mais bien ce qu’il a fait qui est blessant.

Mon enfant est colérique

Certains enfants sont plus colériques que d’autres, et auront plus de difficulté à contenir et verbaliser leurs sentiments. Tentez alors de leur offrir d’autres moyens de les extérioriser et de canaliser leurs émotions. Si vous remarquez que votre enfant adopte des comportements plus agressifs lorsqu’il est surexcité, vous pourriez, par exemple, l’inviter à prendre de grandes respirations, lorsque vous le sentez fébrile. Il pourrait aussi lire un livre. Le sport s’avère aussi une bonne façon de canaliser ses émotions et de se libérer, surtout pour les enfants plus vieux qui font encore des crises du genre. La notion de respect est aussi à la base de plusieurs arts martiaux, notamment au karaté.

Image de Marie-Eve Bourassa

Autrice, scénariste, rédactrice et chroniqueuse.


Cette semaine
Les mots de Passe-Partout : pour apprendre en s’amusant

Cette émission jeunesse a marqué plus d’une génération, nous sommes nombreux à avoir grandi en compagnie de Passe-Montagne, Passe-Carreau et Passe-Partout.

20 cabanes à sucre familiales

Puisque le goût de l’érable coule dans nos veines, allons s’en pourlécher les babines encore cette année! Voici des suggestions de cabanes à sucre dans toutes les régions du Québec.

Le RQAP : plus flexible que jamais

Présenté par le Gouvernement du Québec.

Saviez-vous que le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) vous permet de concilier encore plus facilement vos responsabilités familiales et professionnelles? 
 

Sarah-Jeanne Labrosse raffole de ces produits pour bébé

Dans un monde où la peau délicate des tout-petits demande une attention particulière, les soins Mustela émergent comme un phare de confiance offrant des produits qui évoquent la tendresse et le réconfort d’un câlin.