Santé

Agir tôt sur l’agressivité des enfants

Même si l’agressivité des jeunes enfants est normale, les problèmes persistants peuvent mener à la délinquance.

« L’agressivité chez l’enfant est normale, affirme Sylvie Bourcier, cependant les problèmes de comportements agressifs persistants dans la petite enfance sont de bons indices d’une future délinquance. »

Mathieu veut le camion. Il pousse Gabriel au sol et le lui enlève. Au terrain de jeu, Sophie s’emporte et lance du sable à l’enfant qui a pris son ballon…

Tous les jours, dans les garderies du Québec, de telles scènes se déroulent sous les yeux des éducatrices, qui s’efforcent de pacifier les querelles et d’apprendre aux enfants à exprimer leur frustration ou leur colère autrement que par des gestes violents. « L’agressivité chez l’enfant est normale. C’est une énergie vitale qui assure notre survie, affirme Sylvie Bourcier. Les cris et les pleurs d’un bébé affamé sonnent par exemple l’alarme et lui permettent d’assouvir ses besoins. »

Professeure au Certificat en petite enfance et famille : intervention précoce, de l’Université de Montréal, elle n’en croit pas moins à l’influence de l’éducation pour enseigner à l’enfant à tempérer son agressivité. En fait, il est essentiel d’agir tôt, avant que les patrons de comportements violents s’ancrent trop profondément. « Je ne connais pas de cas d’adolescents qui seraient subitement devenus agressifs sans l’avoir été au cours de l’enfance », prévient Mme Bourcier, qui vient de publier un petit guide sur le sujet à l’intention des parents « qui veulent comprendre les gestes de leur enfant et se doter de pistes d’action pour soutenir leur développement social ».

Selon plusieurs experts dans le domaine, si l’on n’intervient pas, les tendances agressives précoces des enfants risquent de devenir persistantes vers huit ans. À cet âge, les jeunes avec des troubles du comportement et des difficultés d’apprentissage sont moins sensibles à l’intervention et davantage susceptibles de développer un trouble chronique. Bref, les bandes de jeunes que nous craignons à l’école secondaire naissent lorsqu’on n’apprend pas aux bambins à ne pas frapper. « Non seulement les problèmes de comportements agressifs persistants dans la petite enfance sont de bons indices d’une future délinquance, mais ils font aussi partie des grands facteurs de risque quant à la réussite scolaire », écrit l’auteure de L’agressivité chez l’enfant de 0 à 5 ans.

Bien qu’il s’agisse de trajectoires très documentées par la recherche, on ne doit pas y voir un déterminisme qui condamnerait déjà à cinq ans les enfants agressifs en les étiquetant comme de futurs délinquants. « On parle de risques accrus, souligne Sylvie Bourcier, et non de causes à effets inéluctables. »

Ainsi, certains enfants montrent une grande force de caractère dès la naissance. S’ils sont élevés dans un milieu qui les encadre, ils apprennent à maitriser leur agressivité et peuvent devenir très sociables et dynamiques… Les chefs de file de demain. Chez les enfants qui n’ont pas appris à se contenir, les effets se font sentir dans tous les aspects de leur existence, car leur comportement est lié à un faible rendement scolaire, à la solitude et à l’insécurité, qui peuvent durer toute la vie.

Son guide regorge de conseils pour aider l’adulte à « canaliser et mobiliser positivement l’énergie brute de l’enfant » selon les types de comportements agressifs. Laissons parler la table des matières : « Antidotes aux comportements agressifs », « Les mordus de la morsure », « Il frappe, pousse, pince », « L’enfant en colère : les crises », « L’opposition », « L’agressivité verbale », « Chamailleries et batailles au sein de la fratrie », etc.

L’agressivité chez l’enfant de 0 à 5 ans, Sylvie Bourcier, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2008, 220 p., 14,95 $. ISBN : 9782896191253.

Source

Forum, Université de Montréal


Cette semaine
Il est temps de prendre une PAUSE famille!

Présenté par Capsana

De nos jours, la tablette et le cellulaire nous permettent d’être à l’affût de tout ce qu’il se passe à la minute près. Les réseaux sociaux sont aussi un bon moyen pour communiquer avec les amis et les familles plus facilement. Même nos enfants deviennent hyper-informés et hyper-connectés dès le primaire.  
 

5 trucs simples pour faire fructifier votre REEE

Présenté par Kaleido

L’inflation et l’augmentation du coût de la vie affectent bien des familles québécoises actuellement. Dans ce contexte économique particulier, il est normal que les priorités d’épargne changent pour certains.
 

10 trucs pour chasser la grisaille de novembre en famille

Le mois des morts s’installe. Il amène avec lui son lot de noirceur et de frissons. On nous répète sans cesse de trouver des sources lumineuses, de bouger et de bien manger… comme à chaque année.

Les plus beaux marchés de Noël au Québec

Eh oui, le sol a officiellement revêtu son beau manteau blanc, et Noël approche à grands pas; il est donc déjà temps de penser à magasiner vos cadeaux! Pour des idées qui sortent de l’ordinaire, cap sur les marchés de Noël!

Nos Concours

Tout pour soigner les petits enrhumés!

Participez pour gagner deux produits Homéocan