Bébé

L'ordre des aliments solides

Il n’y a plus d’ordre particulier pour introduire les solides. L’ordre dans lequel vous allez lui proposer les aliments dépendra en fait beaucoup de vos coutumes et de votre culture!

En général, la Société canadienne de pédiatrie ne recommande pas de retarder l’introduction d’un aliment (comme les arachides, le poisson ou les œufs) après 6 mois pour tenter d’éviter une allergie. Cette recommandation s’applique même si votre enfant est à haut risque d’allergie (un enfant est considéré à haut risque si l’un de ses parents ou de ses frères ou sœurs présente un trouble allergique). Informez-vous auprès de votre médecin si vous vous posez des questions.

Les céréales sont réputées pour leur richesse en fer et pour leur contribution dans l’apport nutritif des bambins âgés de 6 mois à 2 ans, c’est pour cette raison qu’elles sont souvent offertes comme premier aliment. Santé Canada recommande cependant d’introduire la viande rapidement pour sa richesse en fer, puis vous pouvez présenter les légumes avant les fruits, afin de développer son goût. 

Le lait, plus nourrissant et plus complet que tout autre aliment, demeure l’aliment numéro un pour votre enfant tout au long de sa première année de vie. Le lait fournit l’apport des protéines et du calcium dont bébé a besoin. Il peut en boire jusqu’à 1 200 ml (40 onces) par jour jusqu’à l’âge de 6 mois avant de lui présenter les aliments solides. Par la suite, il est important de d’abord offrir le lait, puis de compléter avec de la nourriture solide.

À 9 mois, lorsque vous offrirez du lait de vache entier (3,25 %) à votre enfant, ne dépassez jamais 900 ml ou 30 onces par jour. Ce lait, très riche en protéines et en gras, pourrait prédisposer le poupon à l’embonpoint infantile. Ainsi, puisqu’il ne convient pas au nourrisson, il est préférable de ne pas intégrer le lait de vache avant l’âge de 9 mois.

Voyez le tableau d’intégration des aliments solides et les autres articles sur l’introduction des aliments solides.

Les céréales

Les céréales se donnent avec la cuillère et non dans le biberon. D’une part, en raison des risques d’étouffement et d’autre part, parce que bébé doit apprendre à mastiquer. Utilisez une petite cuillère au bout arrondi afin de ne pas blesser l’intérieur de la bouche de votre enfant. N’ajoutez jamais de sucre.

Les céréales devront être de texture lisse, presque claire, puis plus épaisse au fur et à mesure que bébé arrivera à mieux manger et avaler.

Le choix des céréales

La plupart des céréales pour nourrissons ou pour bébés sont enrichies de fer. La concentration de fer doit être de 14 mg de fer par 28 gr, 140 ml ou ½ tasse. Cet ajout de fer constitue un aliment à privilégier pour votre enfant jusqu’à l’âge de 2 ans. Vous pouvez choisir parmi la grande variété de disponible et même éventuellement y ajouter des fruits.

À 6 mois, sélectionnez des céréales simples à grain unique, sans sucre, sans fruits ou sans yogourt ajoutés. Donnez-lui-en sur une période d’au moins 3 à 5 jours avant de lui présenter une nouvelle variété. Ceci vous permettra de vérifier sa digestion et de vous assurer qu’il n’a pas d’intolérance.

Offrez d’abord des céréales à grain unique comme le riz et l’orge avant de lui donner de l’avoine, du soya ou des céréales mixtes. Vous pourrez essayer d’autres formules avec des fruits ou du yogourt après que ces aliments auront été introduits individuellement. 

La quantité de céréales

Commencez par 3 à 5 ml (½ à 1 c. à thé) le matin et le soir, après le boire, en texture liquide. En utilisant deux fois plus de lait que de céréales, vous épaissirez la texture tout au long de son apprentissage. Ne remplacez pas le lait par de l’eau à moins que cela ne soit indiqué dans le mode de préparation.

Augmentez lentement de 5 ml à 15 ml (1 à 3 c. à thé) matin et soir, jusqu’au moment où vous constaterez que bébé est bien rassasié. Dès l’âge de 12 mois, votre enfant prendra environ 175 ml de céréales sèches par jour et aura besoin d’une dose de fer de 7 à 10 mg.

Les viandes et les volailles

La viande apporte principalement des protéines et du fer à votre enfant. Les viandes vendues commercialement en petits pots sont bien acceptées par les enfants, car leur texture est très lisse pour les tout-petits. Par contre, plus votre bébé avancera en âge et plus la texture l’incommodera. Les purées de viande maison sont bien appréciées pour leur texture et leur goût.

La quantité de viande et volaille

La viande se sert par petites quantités de 3 à 5 ml (½ à 1c. à thé) le midi et le soir. Augmentez lentement de 5 à 15 ml (1 à 3 c. à thé) aux repas jusqu’à ce qu’il soit rassasié. Offrez-lui une variété de viande à la fois et sur une période de 3 jours. Vers l’âge de 12 mois, votre enfant devrait donc consommer de 50 à 100 ml de viande par jour, soit de ½ à 1 petit pot ou 3 à 7 c. à table.

Ne donnez aucune viande épicée ou salée du genre saucisse, jambon, salami ou autres. Ces viandes contiennent du sel, des épices, des nitrates et une multitude d’autres ingrédients qui sont nuisibles. Les viandes sauvages peuvent être servies à votre enfant de temps en temps. Assurez-vous simplement qu’elles ont été manipulées dans les règles d’hygiène. Cependant, n’utilisez pas les abats, car les risques de contamination sont très élevés.

Le poisson

Les poissons sont également une bonne source de protéines, de vitamines et de minéraux pour les enfants. Si vous avez accès à des poissons de bonne qualité, vous pouvez lui en servir au même rythme que la viande. Assurez-vous de la qualité et de la fraîcheur de ces produits.

Il existe sur le marché plusieurs variétés parfaites pour bébés, comme l’aiglefin, le filet de sole, le flétan et la morue. Achetez-les frais ou congelés. N’offrez pas du poisson en conserve, car leur teneur en sel est beaucoup trop élevée.

Le poisson ne se vendant pas en petit pot, vous devez le préparer vous-même. Rien de plus simple! Rincez bien le poisson et assurez-vous qu’il ne contient aucune arête. Faites-le cuire dans un court-bouillon ou dans du lait et n’ajoutez pas de sel. Une fois cuit, réduisez-le en purée ou déchiquetez-le avec une fourchette.

S’il y a des allergies ou des intolérances aux poissons ou aux fruits de mer dans la famille, attendez d’en avoir discuté avec votre médecin avant d’en offrir à l’enfant.

Les œufs

Le jaune d’œuf est une excellente source de protéines, de vitamines, de minéraux et d’oméga 3. Le jaune d’œuf doit être servi cuit. Commencez par 5 ml ou 1 c. à thé cuit. Lentement, vous pouvez augmenter la quantité jusqu’à ½ œuf par jour.

Les légumes

Les légumes sont riches en vitamines et minéraux. D’ailleurs, leur teneur élevée en fibres rendra ses selles plus solides et plus régulières. Ce groupe alimentaire possède une valeur sûre pour sa santé. Les légumes orangés, jaunes et verts sont d’abord offerts en purée bien lisse, puis écrasés à la fourchette vers 9 mois.

Introduisez les légumes un à un. Les courges, les carottes, les patates douces (sucrées), les haricots jaunes et verts ainsi que les pois sont de bons débuts. Servez-lui un légume à la fois sur une période de 3 jours avant de lui en donner un autre. Pour bébé, il s’agit d’un temps propice à son adaptation et pour vous, cela vous permet de vérifier ses réactions. N’oubliez pas, pour débuter, de les servir en purées très lisses.

Nous avons des idées de purées pour vous.

La quantité de légumes

Commencez, comme avec les céréales et la viande, par de petites quantités de 3 à 5 ml (½ à 1 c. à thé) d’une seule variété. Puis, augmentez lentement de 5 à 15 ml (1 à 3 c. à thé) à chaque repas jusqu’à ce qu’il soit bien rassasié. On vous conseille de ne pas mélanger les légumes afin de permettre à votre enfant de savourer chacun d’entre eux. Même si vous êtes tentée de le faire, n’ajoutez pas de sel aux légumes.

Il est normal que votre enfant soit réticent face à un nouveau légume ou aliment. Persistez pour que bébé apprenne à découvrir de nouvelles saveurs autres que celles qu’il connaît déjà. L’attitude que vous allez développer autour du moment du repas le suivra tout au long de son enfance, vous en sortirez donc grande gagnante à long terme.

Voyez d’autres idées de purées.

Les fruits

Tout comme les légumes, ils abondent en vitamines et minéraux. De plus, ils sont également riches en fibre, ce qui contribuera à sa santé intestinale. Si bébé souffre de légère constipation à cause de sa préparation additionnée de fer, ne soyez pas surprise de voir le tout se résorber dès l’introduction des fruits et des légumes. Vous devez les choisir bien mûrs et les servir mous, cuits ou en purées.

Si on les présente après les légumes, c’est pour la simple raison que leur bon goût les rend très populaires auprès des tout-petits qui pourraient ainsi faire quelques caprices au moment de manger des légumes.

Les premiers fruits à proposer à bébé sont les pommes cuites, les poires cuites, les pêches, les abricots et les bananes très mûres écrasées à la fourchette. N’ajoutez aucun sucre à votre purée. Le sucre naturel contenu dans les fruits suffit amplement.

Une fois ces fruits intégrés, vous pouvez leur donner tous les autres fruits, petits fruits des champs, mangues, etc. Donnez-lui un fruit à la fois (sur une période de 3 jours) avant d’en présenter un nouveau. Observez les réactions éventuelles et laissez le temps à bébé de s’adapter. Les fruits se servent aussi cuits et réduits en une purée très lisse pour débuter. Si des risques élevés d’allergie sont présents dans la famille, attendez un peu avant d’introduire le kiwi.

Purées commerciales ou purées maison? Nous avons un article pour vous!

La quantité de fruits

Tout comme les légumes, commencez par des petites quantités de 3 à 5 ml (½ à 1c. à thé) d’une seule variété de fruits. Offrez-lui-en le midi et le soir, et avec ses céréales le matin.

Augmentez lentement de 5 à 15 ml (1 à 3 c. à thé) le midi et le soir jusqu’à ce qu’il soit bien rassasié. On fait goûter tous les fruits séparément avant de les mélanger.

Quant aux jus de fruits, vous pouvez les introduire dès que votre enfant est capable de boire au verre. Néanmoins, l’enfant qui mange régulièrement des fruits n’en a pas du tout besoin. Ne donnez pas plus de 60 à 125 ml (2 à 4 oz) de jus par jour; en trop grande quantité, ils peuvent nuire à son appétit et favoriser l’embonpoint et l’apparition de la carie de la petite enfance. Choisissez-les 100 % purs et non sucrés, et diluez-les dans de l’eau pour diminuer leur effet coupe-faim.

Le yogourt et les autres produits laitiers

Le yogourt, le fromage cottage et le fromage râpé sont ajoutés à l’alimentation de votre bébé une fois que celui-ci mange tous les autres aliments mentionnés précédemment. Ils sont riches en calcium et en vitamine D. Prenez de préférence un yogourt nature de 3,5 % de m.g. Vous pouvez le servir avec ses purées de fruits ou avec de petits morceaux de fruits frais. Évitez les yogourts sucrés, légers ou sans gras vendus sur le marché. 1 portion égale environ 80 ml ou 1/3 de tasse.

Le lait de vache entier (3,25 %) est introduit seulement à 9 mois.

Attention au miel et au sirop de maïs

Par prudence, ne donnez pas de miel et de sirop de maïs à votre enfant avant l’âge de 12 mois, même en petite quantité ou pour la cuisson. Le miel et le sirop de maïs, même s’ils ont été pasteurisés, peuvent contenir des spores de botulisme. Une fois à l’intérieur de l’intestin, le botulisme infantile est une maladie très grave et souvent mortelle.

La faim

Ne pensez pas que bébé fera ses nuits uniquement parce qu’il a consommé des céréales au souper, cela n’a rien à voir.

Prenez soin de ne pas suralimenter votre petit bébé. L’alimentation n’est pas une solution mécanique aux pleurs et aux nuits trop courtes. Respectez son appétit, ne le forcez pas. Si bébé ferme la bouche ou tourne la tête après avoir ingurgité une certaine quantité de nourriture, c’est qu’il veut simplement vous dire qu’il a assez mangé.

Image de Mamanpourlavie.com


Cette semaine
Le soleil, un ami dont il faut se méfier

On prend de plus en plus conscience que le soleil, bien qu’agréable, peut causer de gros problèmes de peau. Quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour minimiser les risques de cancer de la peau ?

Je pars en voyage, je mets dans ma valise

Que vous voyagiez par plaisir ou par affaires, la préparation des valises doit être planifiée afin d’éviter les désagréments.

Le monde mystérieux du laboratoire d’embryologie

La fécondation in vitro (FIV) est aujourd’hui considérée comme l’un des plus grand succès de la médecine moderne. C’est le traitement le plus efficace en clinique de fertilité.

Le sentiment de culpabilité parentale

Vous est-il déjà arrivé d’avoir l’impression de ne pas passer assez de temps avec votre enfant, ou de vous sentir inefficace face aux techniques recommandées par les experts?

Nos Concours

À gagner, trois bâtons solaires ATTITUDE®!

Trois bâtons solaires ATTITUDE® d'une valeur de 50$!

Commentaires