Famille

Ma belle-mère est intrusive

Mélanie arrive dans mon bureau tourmentée. Elle m’annonce que sa belle-mère lui gâche ses moments en famille, qu'elle interfère dans ses interventions et ne lui laisse pas d’espace. À l’idée d’entrer en contact avec elle, elle réalise qu’elle est sur la défensive.

Lorsque nous devenons parent, notre entourage se fait entendre. Les conseils, la présence, et parfois même l’insistance, sont parfois trop fréquents et cela altère nos rapports aux autres. Les anciens veulent nous partager leur expérience et d’une part cela leur rappelle leurs propres souvenirs (et parfois, leurs difficultés), d'autre part, ils veulent bien faire et cherchent à nous épargner certains défis.

Il est alors difficile de faire sa propre place, de se créer de l’espace et de pouvoir être soi, face à sa parentalité toute nouvelle.

Rien de plus que de la maladresse

La première chose qu’il me semble primordial de se rappeler : souvent, ce n’est que maladresse. L’entourage veut assurément nous aider, nous aimer et nous soutenir! Lorsque c'est chargé d’émotions, nous avons rarement la bonne distance pour se positionner près de ceux qui ont besoin de nous.

Lorsqu’on se rappelle que l’autre n’est pas malveillant, il est plus simple d’accepter la relation et il devient plus évident de nommer ce qui compte le plus pour soi.

Gérer ses attentes

Avoir des enfants déclenche des attentes; c’est aussi le cas de la famille au sens large. Tous veulent transmettre ses valeurs, parfois culturelles, générationnelles ou même religieuses. Toute la famille modifie son statut social et votre belle-mère devient à son tour grand-mère. C’est beaucoup à absorber et à digérer!

Il faut savoir que souvent, c’est beaucoup de chamboulements pour elle aussi. Il s’avère que la réalité diffère sûrement de ses aspirations. Pour ne pas perdre ses acquis, elle aura tendance à être parfois trop présente ou même invasive... mais elle cherche en fait, avant tout, à définir son propre rôle.

Comment réagir?

Nos réactions primaires sont de se défendre, de se sentir agressée donc de répondre par l’agressivité ou la passivité, et de justifier ses interventions et ses choix.

Si on s’intéresse aux besoins de l’autre, il se retrouve alors au centre des préoccupations. Cela permettra de diminuer les zones de conflits. « Qu’est-ce qui t’inquiète? », « qu’est ce qui compte pour toi? », « de quoi as-tu besoin? », « de quoi as-tu peur? »... Ces questions apportent une certaine distance qui nous permettra de ne plus nous sentir trop persécutée par les propos, mais bien de reprendre une position égalitaire dans la relation. Si vous faites preuve d’empathie et d’ouverture, votre belle-mère sera sûrement plus détendue et plus alerte à ses comportements envahissants.

La communication, c'est la clé

Les principes de la communication non violente développés par Marshall Rosenberg dans les années 1960 consiste à parler de soi, de ses besoins et de ses émotions sans condamner l’autre ou le montrer du doigt. Ainsi la relation devient plus légère et notre interlocuteur ne se sentira pas attaqué.

Nous avons tous à cœur le bien-être de nos enfants, alors il est important de se rappeler la mission. Même si celle-ci demeure une mission commune, chacun y a une place distincte.

  • Toute situation doit pouvoir être observée sans jugement, de manière objective
  • Identifier ses émotions et apprendre à exprimer ses propres ressentis
  • Exprimer ses besoins profonds
  • Formuler simplement ce qu’on attend de l’autre

Chacun à sa place. Il n’est pas nécessaire de rentrer en concurrence. Afin d’éviter les rapports de force, il est important de dessiner le rôle de chacun. On peut nommer notre besoin d’être soutenu mais non infantilisé, pour être en mesure de rester soi, dans notre rôle de parent.

Valider nos compétences

Nous avons en général peur du jugement, surtout venant des personnes que nous estimons. Cela est encore plus fort lorsque nous sommes vulnérables.

La parentalité est un sujet sensible car c’est une position évolutive, et nous sommes souvent en questionnement, donc il est plus difficile d’imposer sa façon de penser. Nous avons aussi la crainte de ne plus être aimé. Nous avons tous en tête la relation fantasmée parfaite avec notre belle-mère et quand cette relation est en danger, il est difficile de réaliser que le conflit peut mettre en péril l’harmonie familiale.

Afin de devenir un parent solide, nous avons aussi besoin d’être validé par l’autre et la reconnaissance de la mère ou de la belle-mère sont des figures fondamentales pour le bon équilibre de la transmission générationnelle.

Pour se détacher de cette relation lourde et conflictuelle, il est possible de se recentrer sur l’essentiel : ne pas douter de son instinct et croire en soi le plus possible.

Trois clés pour mieux s'écouter 

  • S’informer
  • Croire en son ressenti et écouter ses émotions
  • Ne pas oublier que nos choix sont valables

Vous êtes les experts de vos enfants. L’entourage peut graviter autour mais vous êtes au centre de la relation! Croyez en vous! Cela vous donnera l’énergie nécessaire pour rester centrée sur l’essentiel, en construisant une relation sereine avec vos tout petits.

Pour aller plus loin...
Chloé Finiels
Accompagnement Émotionnel et Relationnel

Chloé Finiels, s’est tournée vers l’accompagnement émotionnel et relationnel en 2011. Ayant un profil neuro-atypique et étant hypersensible, elle s’est intéressée à offrir des ressources alternatives. Elle a fait un parcours académique universitaire et est diplômée depuis 2006 en psychologie clinique. Elle a étudié en biologie, psychologie et embryologie. Elle s’est faite connaître via les réseaux sociaux grâce à ses billets et chroniques sur les éducations alternatives, la normalisation des difficultés parentales, mais surtout sa vision très moderne de la parentalité : comprendre en profondeur nos émotions, ce qui les réactivent, nos déclencheurs et comment accepter nos fluctuations émotionnelles. Elle est chroniqueuse pour plusieurs médias, superviseure dans l’accompagnement relationnel et émotionnel et formatrice pour les familles et professionnels qui souhaitent comprendre la famille neuro-atypique, la parentalité créative. Elle est passionnée et se forme en continu dans divers domaines : la périnatalité, les éducations alternatives, les neuro-sciences, le deuil périnatal, la communication efficace, la neuro-psychologie, la neuro-biologie, la psychothérapie d'engagement et d'acceptation, l’endocrinologie.


Cette semaine
Des suggestions pour un temps des Fêtes écoresponsable

Vous êtes excitées à l’approche des Fêtes? Vous avez décoré votre chez-vous dès le 1e novembre? Comment passer d’agréables moments en famille sans se ruiner – ni ruiner la planète?
 

Donner la lecture en cadeau; c’est possible avec Bayard jeunesse

En panne d’idées cadeaux pour vos enfants ? Bayard jeunesse vous propose d’offrir à votre tout-petit un abonnement à l’un de ses nombreux magazines. Un cadeau original à offrir, qui se renouvellera chaque mois dans votre boîte aux lettres !

Idées-cadeaux pour les professeurs et les éducatrices

Les éducatrices et les professeurs mettent du cœur à l’ouvrage dans des conditions qui ne sont pas toujours idéales. Pour leur dire qu’on l’apprécie, voici quelques idées de cadeaux pour tous les budgets.

10 stratégies pour un Noël écolo

Notre Noël, on l’aime blanc, mais on l’aime aussi vert – vert, dans le sens d’écolo. En cette période de réjouissance, mais aussi de consommation extrême, quelques astuces pour avoir l’esprit tranquille.

Concours Partenaires

Nos Concours

Le Centre Yoga Santé vous offre la zénitude en cadeau !

Gagnez un laissez-passer de 5 classes et un tapis

À gagner, une carte-cadeau de 80$ en épicerie!

Gagnez une carte-cadeau de 80$ en épicerie!

Gagnez le livre Presque végé de Geneviève O'Gleman

Participez pour gagner le livre Presque végé de Geneviève O'Gleman

Gagnez le livre Rhume et Grippe de Tidoc!

Participez pour gagner le livre rhume et grippe de Tidoc!

Commentaires