Famille

Faire la paix avec sa belle-mère

Rivale? Amie? Deuxième mère? Sorcière? Votre belle-mère vous en fait voir de toutes les couleurs et vous ne savez plus comment réagir. Trois scénarios et trois solutions pour vous aider.

Les scénarios sont multiples quand on parle des belles-mères. Quand tout va bien, il n’y a rien à dire. Quand chacune apprécie l’autre, la relation se construit peu à peu dans un climat sain. Le vrai problème survient quand on la surnomme en cachette la « sorcière », quand on sent que pour elle on est une rivale, quand elle nous compare ou nous déprécie ou encore quand elle en met trop en désirant devenir notre confidente. Une situation délicate, car on a déjà notre mère pour tenir le rôle de « mère » envers nous, on n’a pas besoin d’une « autre » mère. De plus, certaines belles-mères exercent un contrôle ou un pouvoir sur leur fils. Pas facile pour elles de laisser leur « petit garçon » même s’il est devenu grand.

Guerre de territoire

Votre belle-mère appelle tous les jours. Elle vient vous porter des dizaines de petits plats congelés. Votre conjoint lui a remis une clé « au cas où… » et elle s’en sert pour venir faire du ménage et même du lavage sans votre accord. Sans compter qu’elle appelle encore son fils « mon bébé ». Elle arrive sans avertir le samedi soir et veut être au courant de tout ce qui se passe chez vous…

Certaines belles-mères ne saisissent pas que leur fils a désormais une vie à l’extérieur d’elles. Elles continuent à les materner à distance… ou directement dans la maison de leur fils. Est-ce un désir de contrôler la vie de son fils, une crainte qu’il ne soit pas totalement heureux sans son intervention ou encore un débordement d’élan maternel qui veille trop bien sur son enfant? Difficile de trancher! Une mère peut être tellement inquiète de voir son fils amorcer sa vie d’adulte qu’elle n’arrive plus à couper le cordon. Pourtant, c’est nécessaire! Parfois, notre conjoint peut ne même pas s’apercevoir de ce manège tant pour lui cela va de soi que sa mère s’occupe de lui ainsi. Une belle-mère jalouse que son fils ait une autre femme qu’elle dans sa vie peut réagir de façon fort étrange.

La solution?

En parler franchement avec son conjoint d’abord. Ici, vous n’êtes pas au centre du conflit. Vous en subissez les contrecoups, bien sûr, mais le réel problème est que la relation mère-fils prend trop de place. Expliquez à votre amoureux comment vous vous sentez. Soyez diplomate tout de même, car l’exposition de cette fusion pourrait blesser votre conjoint. Faites des compromis. Par exemple, vous pouvez apprécier ses visites si elles sont annoncées. Concédez les bons coups de votre belle-mère (c’est tout de même agréable d’avoir des petits plats au congélo!), mais demandez à votre conjoint de la rassurer. Vous y arrivez tous les deux! C’est à votre conjoint de réaliser d’abord comment cette situation peut vous affecter pour ensuite pouvoir en parler à sa mère. Acceptez les efforts qu’ils feront pour reprendre chacun leur territoire. Tout ne changera pas d’un seul coup!

T’es pas ma mère!

Depuis que vous êtes enceinte, elle ne vous lâche plus. Dire qu’elle est aux petits soins avec vous serait un euphémisme! Elle veut être au courant de tout et vous assure que vous pouvez l’appeler n’importe quand pour n’importe quel problème. Elle vous bombarde de conseils et de recommandations. Elle vous confie des secrets et aimerait bien – vous le sentez – que vous fassiez la même chose avec vous. Elle vous a même dit subtilement qu’elle pourrait être là avec vous lorsque vous accoucherez. Belle-maman se projette beaucoup dans son rôle de grand-maman et vous craignez qu’elle ne devienne encore plus envahissante lorsque bébé sera là. Elle envahit trop votre bulle et vous vous sentez étouffée. Et de plus… vous avez déjà une mère!

Parfois, les belles-mères veulent tellement plaire à leur belle-fille qu’elles en font… trop! Elle voudrait devenir notre grande amie ou une deuxième mère alors que des copines, on en a déjà et une mère aussi! D’un côté, on comprend ses intentions – louables, tout de même! –, mais de l’autre, on n’a aucune espèce d’envie de partager nos confidences avec elle. Surtout que durant une grossesse, on a les émotions à fleur de peau et souvent un désir presque sauvage de protéger son enfant comme une maman lionne! Il est normal d’être dans sa bulle quand on est enceinte ou cela peut être simplement un trait de notre personnalité d’être un peu solitaire! Même si c’est la mère de notre conjoint, on n’a pas nécessairement envie de la laisser nous caresser le ventre. On n’a pas envie de l’appeler après chaque rendez-vous chez le médecin comme on le fait avec notre mère. On n’a pas envie de lui raconter nos parcelles de vie comme on le fait avec nos copines.

La solution?

Lui parler. On profite d’une sortie – aller prendre un café par exemple – pour lui parler en tête à tête. Expliquez-lui comment vous vous sentez. Dites-lui que vous comprenez son excitation face au fait de devenir grand-mère, mais que vous êtes parfois mal à l’aise face à ses élans. Rassurez-la sur votre relation en lui expliquant que pour vous, elle n’est ni une amie ni une mère, car vous en avez déjà, mais que vous aimeriez trouver une façon de vous connaître mieux. Donnez-vous du temps toutes les deux pour établir une bonne relation. Cette femme a définitivement une dose de bonne volonté, elle saura probablement vous écouter. Peut-être est-elle extrêmement maladroite et gênée et tout ce qu’elle vous dit sort tout croche. Prenez le temps de vous parler et dites-lui clairement que vous avez besoin de temps – et d’espace – pour construire votre relation.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Commentaires