Santé

Le gel désinfectant - mythes et réalité

La guerre aux virus est sans fin, et ça, les mamans le savent bien! Et pour mener ce combat de tous les instants, plusieurs ont pris l’habitude de mettre dans leur sac une fiole de gel désinfectant…

On traîne donc avec nous cette petite bouteille miracle, qui nous permet en tout temps d’avoir les mains propres, propres, propres : plus d’excuses! Sans compter que de plus en plus d’établissements ont eu la chouette idée de placer un distributeur de gel à l’entrée (ou la sortie) de leur commerce. On vous invite à désinfecter vos mains avant d’entrer à l’hôpital, bien entendu, mais aussi à l’épicerie, et au sortir du gym. À ce rythme, les virus n’ont qu’à bien se tenir : nous gagnerons!

Alors, est-ce que les solutions hydro-alcooliques (SHA) sont aussi efficaces qu’on le croit?

Pour une plus grande efficacité

Oui : les gels désinfectants sont efficaces, en fait, des études démontrent qu’ils le sont même plus que le simple lavage des mains. « Ces solutions agissent en diminuant la quantité de plusieurs bactéries et virus et leur action est plus prolongée que celle du savon. Cela prendra donc plus de temps avant que les mains ne se contaminent de nouveau », explique le docteur Alex Carignan, professeur adjoint au département de microbiologie et d’infectiologie
 de faculté de médecine et des sciences de la santé
 de l’Université de Sherbrooke.

Pour qu’un gel désinfectant soit plus efficace, l’Institut national de santé publique du Québec recommande que la solution utilisée contienne de 60 à 80 % d’éthanol ou d’isopropanol. Dans un avis publié en 2009, l’organisme explique que « les solutions contenant plus de 80 à 90 % d’alcool sont en général moins efficaces puisque l’alcool a besoin d’eau pour dénaturer les protéines. » Dans le même ordre d’idées, sachez que les solutions qui ne contiennent pas d’alcool sont tout à fait inefficaces contre les virus et les bactéries. D’ailleurs, vous devriez frictionner vos mains de 15 à 30 secondes avec la solution désinfectante pour une efficacité optimale. En fait, il faut que le gel recouvre toute la surface des mains. On devrait se laver les mains ou appliquer le gel désinfectant avant et après de manger, de cuisiner, et après être allé aux toilettes.

Quels virus?

Le virus du rhume est bien éliminé grâce aux solutions hydro-alcooliques, qui constituent aussi une défense très efficace contre la grippe. Cependant, contrairement à la croyance populaire, le virus de la gastroentérite, lui, ne l’est pas. En effet, ces solutions ne viennent pas à bout du norovirus, le virus le plus commun de la gastroentérite. La bactérie Clostrodium difficile résiste elle aussi aux gels désinfectants. Pourquoi? Parce que les bactéries qui produisent des spores ont une coquille, qui résiste à l’alcool. Ceci étant dit, le lavage traditionnel des mains, pour sa part, réussit à nous débarrasser efficacement de ces bactéries. D’ailleurs, il est important de noter que le gel désinfectant ne nettoie pas les mains. Comme nous l’avons déjà vu, il aide à détruire les bactéries et certains virus, mais si les mains sont souillées, son efficacité n’est pas optimale. Pour déloger la saleté, le bon vieux nettoyage des mains (qui devrait durer une quarantaine de secondes) est toujours le meilleur!

Il faut se souvenir que les gels ne sont efficaces que là où ils sont appliqués. Ils ne nous protègent donc pas des virus que l’on respire. C’est dire que l’étiquette respiratoire demeure un outil préventif.

Bref…

Les gels désinfectants sont en effet très efficace, mais ils ne remplacent pas le traditionnel lavage des mains, qui nettoie en profondeur. Est-il utile de traîner une petite bouteille avec nous, partout où l’on va? Oui, mais il ne faut pas négliger pour autant le lavage des mains, particulièrement après avoir changé une couche. De plus, il faut faire attention pour que la petite bouteille soit bien hors de portée des enfants.

Image de Marie-Eve Bourassa

Autrice, scénariste, rédactrice et chroniqueuse.


Cette semaine
Six questions pour faire la lumière sur la dermatologie en ligne

La télémédecine fait désormais partie du quotidien des familles québécoises. Mais quel est le niveau d'efficacité de cette pratique? Dre Émilie Bourgeault, dermatologue chez DermaGo.ca, nous donne son point de vue. 

La plagiocéphalie - syndrome de la tête plate

« Encore trop de bébés à la tête plate » selon l’article sur le sujet de la plagiocéphalie paru à l’automne 2017 dans le journal La Presse. Les récentes études sur cette condition clinique du nourrisson sont unanimes, pour éviter le port du casque (orthèse crânienne) le dépistage de la plagiocéphalie doit se faire très tôt.  

10 raisons de leur faire des câlins

Le 21 janvier, c’est la Journée internationale des câlins et plus que jamais on en a tous besoin! C’est le moment parfait pour devenir un peu gaga et se raconter tous ces petits riens qui nous explosent le cœur et nous poussent à étreindre nos enfants, peu importe leur âge!

L'attachement et le détachement parent-enfant

Est-ce que je vais rendre mon enfant dépendant si je le prends dans mes bras? Voilà la question que j’ai reçue d’une lectrice. Son bébé d’un an traverse une phase très « maman » ; elle se demande comment gérer la situation.

Nos Concours

Gagnez 1 camion Monster Jam de LEGO

Participez pour gagner un des deux nouveaux produits LEGO

Gagnez une carte-cadeau Boutique À Ton Tour

Participez pour gagner une des deux carte-cadeaux de 25$

Commentaires