Finances

Combien ça coûte avoir un enfant?

Évidemment, vous direz que l’amour n’a pas de prix et vous avez bien raison, mais en planifiant sa vie à deux, l’impact financier qu’aura l’arrivée d’un enfant est une question légitime qui mérite d’être examinée. On entend des couples affirmer vouloir des enfants, mais attendre d’avoir assez d’argent pour fonder une famille, alors on se demande : c’est combien « assez »? Combien est-ce qu’une famille coûte réellement?

Un calcul complexe

Puisque chaque famille a ses priorités, c’est un calcul difficile à faire. Pour certains, il faudra voyager, avoir un chalet et deux voitures avant de penser à fonder une famille. Pour d’autres, il faut simplement joindre les deux bouts et être bien certains que cet enfant à naître ne manquera de rien. Quand il existait encore, jusqu’en 2011, le Conseil de la famille et de l’enfance s’était penché sur la question et avait réussi à établir un aperçu. D’autres organismes s’affairent aussi à comprendre le budget des familles. Voici donc à quoi ressemble l’impact financier d’un enfant, de la naissance à l’âge adulte.

Plusieurs variables

De nombreux facteurs entrent en ligne de compte quand on calcule les revenus des parents d’enfants de moins de 5 ans. Par exemple, l’accès à des garderies subventionnées réduit les prestations versées par le gouvernement fédéral, alors qu’une augmentation de salaire fera aussi diminuer les prestations à la famille. Toutefois, il est possible d’établir une moyenne en calculant la base de ce dont un enfant a besoin pour se nourrir, dormir et pour son hygiène.

Un bébé

Au cours de ses deux premières années de vie, un bébé a besoin de beaucoup d’équipement. Il faut d’abord l’habiller en sachant qu’il faudra renouveler très souvent sa garde-robe parce qu’il grandira pendant 18 ans, lui procurer des meubles, lui acheter des couches et lui prodiguer une multitude de soins liés au fait qu’il n’a pas la capacité ni l’autonomie, de prendre soin de lui-même.

Selon une étude menée en 2008 par L’ACEF de l’est de Montréal, tirée du document Un bébé à bas prix… pour parents avertis, quand une famille achète tout à neuf, un bébé peut coûter jusqu’à 13 300 $ par année. Ce chiffre dépend évidemment du revenu des familles puisque la même étude rapportait que certaines familles s’en étaient tiré avec aussi peu que 1 100 $ en allaitant (gratuit!), en achetant des couches réutilisables (environ 750 $ au lieu de 1500 $ pour des couches jetables) et en se procurant des meubles et des vêtements usagés. En moyenne, selon L’ACEF, c’est 5 200 $ par année qu’un bébé coûte à une famille.

La moyenne par enfant plus grand

En 2013, l’institut Fraser a affirmé qu’élever une famille coûtait bien moins cher qu’on le pense. Leur étude affirmait que pour subvenir aux besoins essentiels d’un enfant en termes de nourriture, vêtements, soins personnels, accessoires pour la maison, divertissement et fournitures scolaires, il fallait seulement débourser entre 3 000 $ et 4 500 $ par année, ce qui est très réaliste. Toutefois, leur évaluation ne tenait pas compte des activités, des frais de garderie, qui disparaissent après un certain âge, ni du revenu perdu si un parent décide de demeurer à la maison pour s’occuper de leur enfant.

En calculant aussi faiblement les coûts, plusieurs parents dont Janice Biehn, rédactrice en chef de Parents Canada, leur reprochent d’avoir négligé les frais de garde et les activités parascolaires qui représentent deux dépenses vitales et coûteuses des parents. En effet, à lui seul, le service de garde à 7 $ par jour et pour un maximum de 261 jours par an coûte 1 827 $ aux parents. Quand on calcule le prix du cinéma, d’une journée au musée, d’un voyage ou de la pratique d’un sport d’élite, ce montant augmente considérablement.

En ce sens, la moyenne établie par le ministère de la Justice afin de calculer les besoins en termes de fixation des pensions alimentaires est peut-être plus réaliste. 

Selon Statistique Canada, une famille biparentale avec enfants gagnait en moyenne 93 700 $ par année en 2011, l’année la plus récente recensée. Pour la même année, Justice Québec calculait que la contribution alimentaire annuelle de base pour un enfant né au sein d’une famille où les parents gagnaient entre 92 001 $ et 94 000 $ était de 10 210 $.

Un enfant coûterait donc 10 210 $ par année en moyenne selon ces données gouvernementales.

Les enfants coûtent combien annuellement?

Source

Coûts estimés

Étude de l’Institut Fraser - 2012

3000 à 4500 $ - uniquement besoins essentiels

ACEF de l’Est de Montréal10

1 100 $ à 13 000 $ - moyenne de 5 200 $

Ministère de la Justice du Québec6

10 210 $ (revenus familiaux de 92 000 $)

Enquête du magazine canadien MoneySense - 2012

12 500 $

Gouvernement des États-Unis

12 600 $ à 14 700 $

L’adolescence et les études

Ce décalage entre les besoins d’un bébé et la moyenne provient entre autres des besoins croissants de l’enfant. Il faut dire que les dépenses augmentent considérablement à l’adolescence. Selon Anne Hélène Gauthier, démographe, les dépenses engagées pour un adolescent sont trois fois plus grandes que celles engagées pendant la petite enfance. Voilà qui affecte considérablement le mode de vie des parents, surtout quand on sait que les suppléments de la Prestation fiscale canadienne pour enfant et le Soutien aux enfants du Québec ne sont plus versés aux enfants de plus de 7 ans.

L’école coûte aussi relativement cher au secondaire et pas seulement si l’enfant va à l’école privée. Le conseil canadien de développement social estime que l’enseignement secondaire d’un enfant à l’école publique coûte entre 800 $ et 2 000 $, alors qu’au primaire ces coûts s’élèvent à 130 $ environ.

Au total

Le montant requis pour élever un enfant tourne donc autour de 10 000 $, sauf dans les familles à faibles revenus ou celles qui font affaire avec des organismes comme l’ACEF et qui prennent des mesures spécifiques afin d’économiser partout où ils le peuvent.

En moyenne, une famille à faibles revenus peut s’attendre à payer environ 100 000 $ pour son enfant jusqu’à son 18e anniversaire, une famille à revenus moyens déboursera environ 180 000 $ et une famille aisée, 230 000 $.

Prévenez les excès avec un budget

Les parents sont gagas de leurs enfants, c’est un fait, et ils feraient tout pour les rendre heureux. Les marques, l’évolution des technologies, le désir que l’enfant ne se sente pas exclu, la disponibilité de produits fascinants et utiles, les fêtes spectaculaires et le manque de temps compensé par l’achat de produits préfabriqués font en sorte que les dépenses familiales augmentent de plus en plus. Les parents surévaluent aussi les besoins de leurs enfants; un enfant qui n’a « besoin » que de quelques jouets aura souvent plus de jouets que de temps pour les utiliser.

Il existe aussi des niveaux de qualité pour chacun des objets que vous achetez. Par exemple, une couchette faite d’une essence de bois raffinée peut coûter près de 2 000 $, une couchette moins délicate coûtera beaucoup moins cher, alors qu’une couchette usagée et encore réglementaire se trouve facilement pour moins de 200 $. Il en va de même pour les vêtements, les poussettes, les bancs d’auto, etc.

Pour toutes ces raisons, il est important pour les futurs parents d’établir un budget et de s’y tenir, afin d’éviter de céder à la tentation de tout acheter et de tout faire au cours des premières années de leur enfant.

Soutien et aide

Des organismes sont prêts à aider les parents à mieux planifier leurs dépenses en s’attardant à tous les volets de la vie de couple : vivre ensemble, acheter une maison, avoir un enfant, planifier sa retraite, etc. L’ACEF est un de ces organismes. Si vous planifiez de fonder une famille, n’hésitez pas à communiquer avec un organisme de votre région pour obtenir des conseils ou à commander le guide Un bébé à bas prix… pour parents avertis.

Les institutions financières

Les banques et les caisses populaires peuvent aussi vous aider à établir un budget et à scinder vos économies en plusieurs comptes épargne ayant un but précis (rentrée scolaire, Noël, voyage, entretien de la maison, etc.). C’est une bonne façon de ne pas être pris au dépourvu ou de vous endetter quand arrivent Noël, les vacances d’été ou les anniversaires. Cette méthode ne dégage pas les économies elles-mêmes – il vous faudra trouver des façons de générer des épargnes —, mais elle permet d’éviter le stress répété des grosses dépenses qui reviennent dans l’année.

Finalement, nous avons aussi un dossier Budget et épargne pour vous aider à réduire vos dépenses et à gérer votre enthousiasme. N’hésitez pas à le consulter, vous y trouverez plusieurs solutions.

Références
  1. Les familles au Canada, CCDS, 2004
  2. Cost to raise a child less than you think : Fraser Study
  3. Institut de la Statistique Québec
  4. Famille et fiscalité : des remises en question
  5. Statistique Canada
  6. Justice Québec
  7. La garderie, combien ça coûte?
  8. Les revenus et les dépenses des familles avec adolescents
  9. Très chers petits!
  10. ACEF de l’est de Montréal

 


Cette semaine
Fêter Halloween à la maison

Cette année, on fête Halloween à la maison avec un party Glow in the dark façon Fiesta mexicaine! Voici comment préparer tout ça. 
 

Le dépistage prénatal, à qui faire confiance?

Chaque femme enceinte sait à quel point notre tête est remplie de questionnements du moment où le test de grossesse s’avère positif jusqu’à l’accouchement. 

Desserts parfaits pour Halloween

Pour souligner l’Halloween dans la bonne humeur, quoi de mieux qu’un dessert drôle et thématique? En voici plusieurs que vous pourrez facilement faire avec les enfants.

Déguisement : pour rester dans la limite de l’acceptable

À l’origine, ce n’était qu’une fête. Une soirée spéciale où on enfilait des costumes terrifiants, pour éloigner les fantômes. Cette Halloween, ludique et festive, s’est ensuite invitée dans les écoles et voilà qu’elle nous cause de sacrés maux de tête. 

Nos Concours

Gagnez 5 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Participez pour gagner 5 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Améliorez l'apprentissage de vos enfants grâce à Leap start 3D

Participez pour gagner le jeux Leap Start 3D d’une valeur de 60$

Commentaires