Alimentation

Mon enfant se cache pour manger

Pour différentes raisons, certains enfants prennent l’habitude de manger en cachette, dans leur chambre. Que camoufle cette manie, faut-il s’inquiéter, et comment réagir?

Voilà que vous retrouvez des emballages de barres tendres, de chocolat, ou des petits pots de compote dissimulés sous le lit de votre enfant : il mange en cachette, dans l’intimité de sa chambre. Mais pourquoi?

Plusieurs raisons

Plusieurs raisons peuvent pousser un enfant à préférer le couvert de sa chambre pour manger, c’est donc dire qu’il existe plusieurs façons d’intervenir. D’une part, vous devez vous demander quelle image la nourriture a-t-elle au sein de votre demeure. Est-ce que le souper est une activité positive dans votre maison, ou s’agit-il plutôt d’une source de conflit? Entretenez-vous vous-même un rapport ambivalent avec la nourriture (régimes à répétition, privation…)? Est-ce que votre enfant a un problème de poids? Surveillez-vous son alimentation? A-t-il des difficultés à l’école?

Autant de questions qu’il importe de se poser avant d’établir un diagnostic et, conséquemment, une approche.

L’alimentation : une pratique sociale

Certes, s’alimenter est nécessaire à la survie. Mais c’est aussi bien plus qu’un simple besoin. En effet, l’alimentation est une pratique sociale : on devrait prendre plaisir à manger ensemble, en famille, ou entre amis. Partager un repas est agréable – du moins, ça devrait l’être. Questionnez-vous sur l’ambiance qui règne à la table, dans votre maison. Est-ce que l’heure du souper, par exemple, est synonyme de rires et d’échanges, ou plutôt de rixes et de frustrations?

Est-ce que votre enfant semble manger à sa faim aux repas? S’il quitte la table rapidement parce que l’ambiance qui y règne est trop lourde, voilà peut-être pourquoi il ressent le besoin de manger en cachette.

Même chose pour la présence de la télévision à la table : s’il est déconcentré, il se peut qu’il ne mange pas assez à l’heure du repas.

Questionnez-vous aussi sur vos propres habitudes alimentaires. Nous sommes le premier modèle de nos enfants. Votre rapport à la nourriture peut en effet influencer celui que votre enfant aura à son tour. Ainsi, si vous vous culpabilisez ouvertement chaque fois que vous manger un aliment « interdit », sachez que, pour votre enfant, cet aliment aura dès lors une aura négative. C’est peut-être pourquoi, afin de ne pas vous décevoir, votre bambin préfère manger en catimini.

S’amuser en mangeant

Ah! Les fameux interdits alimentaires! Bien entendu, on ne souhaite que le meilleur pour nos enfants. Ceci étant dit, même les aliments qui ne sont pas bons pour la santé devraient, de temps à autre, se tailler une petite place à notre table. En effet, dès que quelque chose est interdit, il en devient par la même occasion doublement tentant! Votre enfant aura donc encore plus envie de les consommer – quitte à les manger en cachette… Si vous avez déjà une alimentation équilibrée, quelques digressions ici et là ne causeront aucun problème. Au contraire! Si les gâteaux, bonbons, croustilles et compagnies sont considérés comme des aliments normaux, ils perdront dès lors de leur lustre, et les enfants n’auront plus aussi envie d’en manger.

Et vous, avez-vous une armoire bourrée d’aliments « interdits »? Si votre enfant sait que vous consommez cette nourriture en cachette, lorsqu’il est couché, il y a de fortes chances qu’il répète votre comportement. Il est donc préférable de laisser la place à quelques gâteries ici et là. Il est aussi important d’être honnête avec votre enfant.

Dans le même ordre d’idées, il est déconseillé d’imposer des régimes stricts aux enfants. Ceux-ci encouragent souvent le dogme de la honte, et votre enfant perdra le plaisir qu’il devrait pourtant avoir à manger.

Manger ses émotions

Qui ne connaît pas l’expression « manger ses émotions »? Adultes, nous sommes bien entendu familières avec cette habitude. Une petite peine, une grosse crème glacée! Mais est-ce que les enfants ont aussi cette tendance à manger leurs émotions?

Oui : seulement, faibles sont les chances pour que l’enfant réalise que son comportement alimentaire est directement lié à ses états d’âme. Ainsi, si vous avez de bonnes raisons de croire que cette manie de manger en cachette relève en effet du psychologique, peut-être gagnerez-vous à consulter.

On le sait, de plus en plus d’enfants, et de plus en plus jeunes, souffrent de problèmes alimentaires qui peuvent, à long terme, avoir des conséquences fâcheuses. Il s’agit souvent d’enfants qui sont seuls, ou qui ont trop de responsabilités pour leur âge. Mais d’autres déclencheurs existent, comme une peine (perte d’amitié, amour, déménagement, séparation…)

Se questionner, agir

Bref, si vous remarquez que votre enfant mange en cachette, il est important de bien vous questionner sur les raisons qui entraînent ce nouveau comportement avant d’agir. Est-ce que c’est une habitude, ou seulement une passade? Y a-t-il d’autres personnes à la maison qui ont ce genre de comportement? Quelle est l’ambiance à la table?

N’hésitez pas à questionner les autres adultes qui l’entourent, comme ses professeurs, qui pourront vous informer si le comportement de votre enfant a changé en classe, ou si celui-ci semble victime de pression de la part de ses pairs.

Comme nous l’avons vu, il s’agit d’une situation complexe. C’est pourquoi il peut s’avérer judicieux de consulter un professionnel de l’alimentation (nutritionniste) en famille et, si nécessaire, un psychologue.

Par Marie-Eve Bourassa

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Célébrez l'arrivée du printemps avec les Imageries!

Gagnez 6 Imageries des Éditions Fleurus!

Commentaires