Alimentation

Alimentation - camoufler pour mieux manger?

Une purée de légumineuses camouflées dans le potage? Du ketchup pour faire oublier ce goût que votre enfant n’aime pas? C’est ce qu’on appelle le « camouflage alimentaire ».

Camoufler certains aliments ou leur goût est pratiqué par plusieurs parents. Certes, il n’est pas toujours aisé de faire manger à ses enfants ses légumes. Certains, pour leur part, détestent le goût ou la texture de la viande. En tant que parent, on se préoccupe bien entendu du bien-être de nos petits et, il faut le dire, nous avons souvent peur qu’ils ne mangent pas assez. Est-ce que le camouflage alimentaire est la solution à tous nos problèmes?

Faire manger

De la purée de chou-fleur ou de courge dans le macaroni au fromage; des légumes ou des légumineuses dans les desserts; des épinards dans la lasagne; des courgettes dans les muffins : on estime que le camouflage alimentaire ainsi pratiqué permettrait à l’enfant d’absorber environ une demie à une portion de l’aliment détesté par jour. C’est la technique primée par la femme de l’humoriste Jerry Seinfield, Jessica Seinfield, qui, dans son livre Deceptively Delicious: Simple Secrets to Get Your Kids Eating Good Food, offre plusieurs idées de recettes spécialement conçues pour que les légumes et compagnie passent inaperçus dans les assiettes de vos enfants. D’ailleurs, elle fait la promotion de l’ouvrage en promettant des enfants plus en santé, et des repas zen : fini la guerre, adieu à l’infatigable ritournelle « mange tes légumes ».

Plus santé

En plus de cacher certains aliments non aimés des palais difficiles de nos petits amours, certains parents utilisent le camouflage alimentaire pour améliorer la valeur nutritive d’un mets, ou pour diminuer l’apport calorique de celui-ci. Ainsi, on peut omettre les gras (beurre, huile, crème, fromage) d’une recette et les remplacer par des purées de fruits (pomme) ou de légumineuses. En substituant quelques ingrédients, vous pouvez créer des brownies ou des gâteaux au chocolat délicieux, mais aussi riche en fibres. Tout ça, c’est bien : mais il ne faut pas oublier que les enfants ont besoin de beaucoup d’énergie, entre autres pour grandir, et il n’est pas nécessaire de couper les calories de tous les plats.

Les effets à long terme

Si à court terme le camouflage alimentaire permet en effet aux enfants de consommer un peu plus d’aliments nutritifs et essentiels à leur croissance, à long terme, il ne leur permet pourtant pas de s’accoutumer aux différents goûts. Du reste, les enfants auxquels on camoufle toujours les mets non désirés risquent de devenir très difficiles et de craindre de goûter à de nouveaux aliments. Pour apprécier un aliment, l’enfant doit en effet le voir et le reconnaître. S’il est « caché » dans un autre plat, il ne peut donc pas savoir s’il l’aime ou non, et ne s’y habituera pas.

C’est pour cette raison que l’on conseille aux parents qui s’adonnent au camouflage alimentaire d’être néanmoins honnêtes avec leurs enfants, en leur disant que leur macaroni, par exemple, contient de la purée de chou-fleur. Peu à peu, on pourra alors laisser des petits bouquets de légumes dans le plat et l’enfant s’habituera à leur goût, leur texture.

C’est en goûtant souvent aux aliments seuls que les enfants réussissent à développer leur goût. Plus ils sont habitués tôt à manger toute sorte d’aliments différents, plus ils auront un répertoire varié et plus ils seront tentés d’essayer de nouveaux aliments!

Un peu de ketchup?

La grande majorité des enfants raffolent du ketchup. Et la raison est bien simple : celui-ci est bourré de sel et de sucre! Eh oui : une seule cuillère à soupe de ketchup commercial contient l’équivalent d’un sachet de sucre et d’un demi-sachet de sel. Donc, s’il plait en effet aux enfants et leur permet de manger, quelques fois, des aliments qu’ils aiment moins, le fameux condiment rouge ne devrait pas faire partie de l’alimentation quotidienne. Une alternative? Pourquoi ne pas cuisiner votre propre ketchup?

Néophobe

Néophobe? Mais qu’est-ce que ça mange en hiver, un néophobe? Pas grand-chose, parce qu’on dit néophobe celui qui a peur des nouveaux aliments. Comme nous le mentionnions plus haut, pour qu’un enfant s’habitue à un aliment, il est important que celui-ci lui soit présenté dans sa forme complète (donc pas en purée) et à plusieurs reprises. S’il est en mesure de le reconnaître, il y a plus de chance que votre enfant en mange! Bref, le camouflage peut permettre à l’enfant d’apprécier un aliment, mais ne devrait pas servir de méthode pour le faire manger à long terme. Prenez ainsi l’habitude de varier les aliments offerts, et présentez-les de différentes façons. Plusieurs enfants aiment les crudités, qui pourraient être servies en entrée. Et, bien entendu, souvenez-vous que vous êtes un modèle pour votre enfant : vous devez donner l’exemple. Si vos enfants vous voient manger des légumes, ils auront plus envie d’en manger aussi. Inversement, si vous noyez dans le ketchup un plat sur deux, ils attraperont probablement à leur tour cette vilaine habitude!

Image de Marie-Eve Bourassa

Autrice, scénariste, rédactrice et chroniqueuse.


Cette semaine
Le soleil, un ami dont il faut se méfier

On prend de plus en plus conscience que le soleil, bien qu’agréable, peut causer de gros problèmes de peau. Quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour minimiser les risques de cancer de la peau ?

Je pars en voyage, je mets dans ma valise

Que vous voyagiez par plaisir ou par affaires, la préparation des valises doit être planifiée afin d’éviter les désagréments.

Le monde mystérieux du laboratoire d’embryologie

La fécondation in vitro (FIV) est aujourd’hui considérée comme l’un des plus grand succès de la médecine moderne. C’est le traitement le plus efficace en clinique de fertilité.

Le sentiment de culpabilité parentale

Vous est-il déjà arrivé d’avoir l’impression de ne pas passer assez de temps avec votre enfant, ou de vous sentir inefficace face aux techniques recommandées par les experts?

Commentaires