Santé

Votre enfant est gravement malade?

Quand la maladie atteint un enfant, elle concerne toute la famille. Vu son âge, il ne peut pas faire face tout seul à cette expérience. Pour pouvoir s'en sortir psychologiquement, il devra être bien entouré.

Les médecins ont le pouvoir de traiter et de guérir la maladie, mais à ce niveau, le rôle de la famille reste limité, d’où une énorme frustration. Elle peut, par contre, communiquer avec son enfant en lui expliquant ce qui se passe. Communiquer de façon positive et optimiste peut aider votre enfant à surmonter les difficultés qu’il va rencontrer tout au long du processus de guérison.

Afin de bien communiquer, avec lui, il faut d'abord comprendre la maladie et trouver la meilleure façon de lui en parler.

Bien communiquer
  • Quand vous parlez de sa maladie, faites-le avec des mots simples, compréhensibles en lui expliquant le rôle de chaque membre du service de l'hôpital (médecins, infirmières, aide soignante...).
  • Parlez-lui du temps qu'il devra passer à l'hôpital. Essayez de favoriser, si cela est possible, le contact avec d'autres enfants.
  • Faites parfois des pauses et ne parlez pas continuellement de sa maladie. Laissez votre enfant avoir le contrôle sur certaines activités quotidiennes sans lui faire sentir que vous contrôlez tous ses faits et gestes.
Pour un adolescent, c'est difficile

À cet âge-là, les amis ont de l'importance et c'est aussi à vous, à faire que la plupart de ses proches amis puissent venir voir votre ado. Profitez des moments ou votre ado va bien pour lui amener des amis proches qui vont savoir naturellement lui redonner le sourire, le temps de la visite. Surtout, pensez-y souvent, ça fait partie du processus de bien-être psychologique.

Les frères et sœurs : quelle attitude?

Dans une fratrie, les réactions peuvent être différentes et dicter une conduite peut endommager une relation avec votre enfant malade. Il est important de laisser à chacun d'eux leur façon de réagir, d'agir aussi. Si vous forcez chaque enfant à organiser sa vie autour de votre enfant malade, il peut y avoir un rejet.

Par ailleurs, si un de vos enfants ne manifeste rien extérieurement, peut-être que la douleur est trop forte. À vous de lui parler avec des mots simples et attendre qu'il manifeste l'envie de rendre visite à son frère ou sœur malade.

À la maison, comment vivre?

Si votre enfant malade est de retour à la maison avec un traitement spécifique ou un aménagement spécial pour lui, faites en sorte que la maison continue de vivre le plus normalement possible. Que ce soient les sorties des autres enfants, les soirées avec votre compagnon, les fêtes de famille, ces activités sont autant d'événements qui doivent perdurer.

Bien sûr, il faut respecter les moments difficiles de la convalescence ou du traitement en question, mais la vie doit aussi continuer le plus naturellement possible.

À ne pas faire
  • Être obsédé par la maladie et ne parler que de ça.
  • Avoir des propos pessimistes.
  • Oublier votre compagnon et les autres enfants.
  • Vous oublier vous-même.
À faire
  • Trouver des projets, après la maladie.
  • Être le plus optimiste possible et de bonne humeur.
  • Faire des activités avec les enfants non malades.
  • Pensez à vous et à votre bien-être personnel.

Enfin, la bataille que vous et votre enfant livrez sera, plus tard, un souvenir fort. Il vous rapprochera et sera le ciment de votre relation avec lui.

Références
  • L'enfant : son développement, ses maladies de Michaela Glöckler et Wolgang Goebel, 2003, ISBN : 9782881891816
  • Le développement sensorimoteur de l’enfant et ses avatars, André Bullinger, Éd. Érès, 2004, ISBN : 9782749203072
  • Enfants malades ou accidentés : quand l'école va au domicile, Patrice Bourdon et Joel Roy, Éd. Delagrave, ISBN : 9782206011370.
  • www.enfant-hopital.org
Martine Jouffroy Valton
Psychothérapeute

Psychothérapeute gestaltiste diplômée du Centre d’intervention gestaltiste de Montréal, Martine a suivi ses études de psychothérapie clinique en 1995 et a elle-même suivi une thérapie de 5 ans avec des psychothérapeutes d’orientation gestaltiste, à Montréal. Cette orientation lui correspond, car elle aide les personnes dans l’ici et maintenant. Elle a accompagné des personnes en fin de vie et des familles touchées par des maladies génétiques ou le SIDA. Actuellement, elle est coach en entreprise dans le domaine de la communication et du marketing ainsi que plus récemment dans le domaine des recrutements d’experts internationaux pour la commission européenne à Bruxelles. Elle a aussi une pratique privée du coaching en face à face et apprécie particulièrement cette activité très personnalisée. Elle a un site Internet sur lequel elle explique davantage ses services, dont le coaching par téléphone ou par courriel moyennant des frais. Pour la joindre : [email protected] ou au téléphone +32-485-614-234.


Cette semaine
5 signes de détresse psychologique chez les mamans

En raison du confinement, la détresse psychologique chez les mamans est de plus en plus présente dans les foyers québécois. Depuis le début de la pandémie, la surcharge mentale est en croissance. 

Les meilleures activités et sorties de janvier 2021

Attachons nos tuques et nos mitaines; c’est le temps de jouer dehors en famille! On vous a préparé un cocktail d’activités hivernales extérieures pour les plus courageux et intérieures pour les plus frileux. 

5 astuces pour remplir la maison d’énergies positives

Pas toujours facile de garder le moral en ces temps de confinement. Qu’on soit ésotérique ou non, on aime bien tout essayer pour rendre l’atmosphère de notre chez-soi plus positive et sereine. 

Salade de filet de porc au fenouil et à la mangue

Saviez-vous qu’en plus d’être un puissant antioxydant, le fenouil est une très bonne source de vitamine C. Si vous ne l’avez jamais essayé, voici une bonne recette pour le découvrir. 

Nos Concours

Gagnez une carte-cadeau Boutique À Ton Tour

Participez pour gagner une des deux carte-cadeaux de 25$

Commentaires