Santé

Sommeil : les inconforts du jeune bébé

Bien réagir devient la clé pour ne pas retourner dans les difficultés de réveils nocturnes à long terme. Voici quelques trucs et conseils pouvant vous aider à passer à travers diverses difficultés qui peuvent se produire dans la petite enfance de votre bébé.

Coliques, reflux et intolérances

Dans ses premiers mois de vie, votre bébé peut vivre certains inconforts. Certains bébés peuvent souffrir de coliques, de reflux ou encore d’intolérance au lait. Ses trois situations se trouvant souvent interreliées, ces bébés se retrouvent souvent dans les bras des parents et seront plus enclins à développer de mauvaises habitudes de sommeil.

Ces bébés se réveillent fréquemment la nuit à cause de leurs malaises et dorment très peu le jour. Les parents répondent en les prenant pour les consoler et les soulager. Comme il arrive souvent qu’on découvre tardivement la cause réelle des inconforts, ces bébés développent une dépendance à la présence des parents pour dormir. Les douleurs ressenties sont réelles et sont souvent soulagées par des vibrations, de la chaleur (que ce soit dans les bras, en poussette, dans la balançoire, ou encore dans le siège d’auto).

Ces actions aident le nourrisson à s’endormir, car elles procurent un soulagement. Mais cela amène des risques de dépendance à la présence des parents. Il faut aussi savoir que les nombreux boires pris la nuit empirent les symptômes d’inconfort puisque la digestion est au ralenti pendant la nuit. Alors, dès que votre bébé est en âge (environ 4 mois), on devrait réduire les boires de nuit jusqu’à les cesser, améliorant ainsi le confort de votre bébé.

Aussi, le fait de donner le boire avant le bain favorise la digestion avant d’aller au lit. Quand le bébé vieillit, on pourrait même le donner une à deux heures avant le coucher pour améliorer la situation. Bien sûr, cette situation devrait être discutée avec votre médecin; certains médicaments sont parfois nécessaires pour réduire les symptômes. Parfois, on doit même changer la formule de lait (sans lactose) ou encore, pour la maman qui allaite, elle pourrait prendre certaines précautions au niveau de son alimentation (diète sans lactose), réduisant ainsi les malaises du bébé.

Lorsque votre bébé est en période de coliques (qui est très fréquente entre 2 et 4 mois), un bain chaud avant de dormir aide à soulager les inconforts. Aussi dans la journée, il est possible de lui mettre de la chaleur sur le ventre ou même de le coucher sur le ventre après un repas. Maman peut le flatter, lui faire téter ses poings, le balancer dans son lit pour l’aider à se calmer et pour s’endormir. Bien sûr, on doit le surveiller et le retourner sur le dos dès qu’il est endormi surtout si vous ne restez pas à ces côtés.

Aussi, il est important de s’assurer que votre bébé n’avale pas trop d’air en buvant, car cela amènera cet air dans son ventre et augmentera les inconforts. Vous pouvez surveiller ce fait si vous remarquez que le lait s’écoule des commissures des lèvres lorsqu’il boit. Assurez-vous que sa bouche est bien fermée sur le sein ou la tétine. Il existe aussi des produits naturels qui aident au soulagement des symptômes de colique. Vous pouvez en parler à votre pharmacien.

Rhumes, otites et autres infections

Alors que votre bébé dormait bien la nuit, il se réveille ou encore, les réveils deviennent plus fréquents. On se demande ce qu’il peut bien avoir. Lors de rhumes, otites et d’IVRS (infection des voies respiratoires), il arrive très fréquemment que les bébés se réveillent souvent parce qu’ils ont le nez bouché, la gorge sèche, ou bien parce qu’il tousse.

Habituellement, un bébé qui a de bonnes habitudes de sommeil les maintient même lorsqu’il est malade. Mais on doit le rendre le plus confortable possible pour qu’il puisse rapidement récupérer et guérir. Quand ces situations surviennent, il est important de prévoir un environnement qui favorise un meilleur sommeil.

En cas d'infection
  • On devrait prévoir un humidificateur si l’air environnant est sec (40-50 %) et maintenir la température de la pièce autour de 20 degrés Celsius (évitant ainsi d’assécher l’air ambiant).
  • Il est aussi recommandé de faire une toilette nasale (vaporisateur nasal et poire) avant de le mettre au lit.
  • On peut aussi mettre une couverture repliée sous la tête du matelas mettant ainsi le lit en pente, favorisant une meilleure respiration. Par contre, dès que le bébé vieillit et bouge plus, il se retrouvera fréquemment dans le bas du lit, ce qui pourrait aussi nuire au sommeil.
  • Donner un bain avant de coucher votre bébé, aide aussi à dégager ses voies respiratoires et l’aidera à passer une meilleure nuit. Cela permet de liquéfier ses sécrétions et ainsi avoir une respiration plus dégagée.
  • On peut aussi administrer des analgésiques, antipyrétiques et parfois des décongestionnants adaptés selon l’âge de l’enfant. Parlez-en à votre médecin ou consultez le pharmacien. Il pourrait y avoir des contre-indications.
  • Lorsqu’il se réveille la nuit, on peut aller lui donner des soins pour améliorer sa respiration, offrir quelques gorgées d’eau… Mais si possible, il faut éviter de le rendormir en le berçant, en le mettant au sein ou toutes autres dépendances pour éviter qu’il continue à demander cette attention pour les nuits futures.

Évidemment, si son état de santé est critique et que vous êtes inquiet, vous lui accorderez toute l’attention nécessaire. Il sera alors recommandé de consulter votre médecin. Il est possible que les soins et attentions prodigués pendant la maladie fassent revenir des dépendances pour les nuits futures, mais dès que la situation de santé de votre enfant s’améliore, il est important de revenir aux mêmes habitudes d’endormissement qu’auparavant, sans associations dépendantes du parent. Et ce, autant pour le coucher du soir que la nuit. Cela peut prendre quelques nuits et tout reviendra à la normale.

Si l’état de santé de votre enfant nécessite la prise régulière ou même sporadique d’une pompe contre l’asthme (Ventolin, Flovent,…), cela pourrait entraver son sommeil. Ces médicaments ont des effets stimulants. On peut alors être vigilant quant à l’horaire des prises; il peut être conseillé de donner ces médicaments après le souper plutôt qu’avant le coucher, pour favoriser un meilleur endormissement. Évidemment, on doit s’adapter à la santé de l’enfant et donner la pompe, même la nuit, si son état se détériore.

Poussées dentaires

On peut aussi retrouver des réveils fréquents lors des poussées dentaires. On doit agir de la même façon que lors d’un rhume; soulager (analgésiques ou autres produits naturels…), sans créer une dépendance qui pourrait apporter des problèmes dans le futur. Quand votre bébé souffre de poussées dentaires, il sera maussade le jour autant que la nuit, et ce, habituellement pour quelques jours seulement.

Si le jour il va bien, il devrait aller aussi bien la nuit. Attention de ne pas recréer de mauvaises habitudes qui seront de plus en plus difficiles à faire disparaître.

 

Enfin je dors... et mes parents aussi
Par Evelyne Martello
Éditions Hôpital Sainte-Justine,
2007
ISBN : 9782896190829
14,95 $

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

25 cadeaux sous le sapin 2019 – Jour 15 – Keurig

À gagner: cafetière Keurig et ensemble de capsules

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Commentaires