Santé

Stimuler le langage à la maison - semaine 2

Solène Bourque nous propose une série d’articles sur une façon concrète d’intervenir auprès de votre enfant qui a une difficulté de langage. Voici le bilan de leur deuxième semaine d’activités.

Au fil des semaines, vous pourrez suivre notre aventure au pays de L’apprentissage des sons et des phrases1. Vous y découvrirez les petits trésors d’activités que j’ai élaborés en m’inspirant des exercices proposés dans cet outil. Vous pourrez aussi suivre l’évolution de Thomas, son appréciation des activités de même que la mienne, comme parent et comme intervenante. 

Lisez d'abord ces deux articles pour suivre le cheminement proposé.

Stimuler le langage par les chansons et comptines

Cette semaine j’ai choisi la comptine de Passe-Partout « J’ai deux yeux, tant mieux… » d’abord parce qu’elle contient plusieurs mots qui présentent un défi pour Thomas, mais aussi parce qu’elle nous permet d’en faire un jeu interactif en faisant les gestes en même temps. J’avais des images de chacune des parties du corps de la comptine (yeux, oreilles, épaules…) sur la table pour permettre à Thomas de l’apprendre facilement. Nous avons fait la même comptine les deux journées de notre activité et sa sœur Ariane s’est même jointe à nous mardi pour la réciter. Je pense que les petites activités que je fais seule avec son frère l’intriguent beaucoup!

Voici quelques trucs — tirés du livre L’apprentissage des sons et des phrases1 — pouvant vous aider à stimuler le langage de votre enfant par les chansons et comptines.

  • Choisissez un moment propice.
  • Au début, chantez avec votre enfant, adoptez un rythme facile à suivre pour lui.
  • Exagérez les gestes et les mimiques.
  • Inspirez-vous des cassettes, disques et messages publicitaires.
Semaine 2 - Les résultatas
Activités de la semaine

« Je pige » - mardi

L’activité « Je pige » consiste à mettre dans un sac une dizaine d’objets comprenant des sons difficiles à prononcer. Considérant les intérêts de Thomas, j’ai choisi d’y cacher des petits animaux en plastique : chat, chien, girafe, etc. Il devait alors piger l’objet et dire : par exemple « J’ai pigé un chien ». Si la prononciation était bonne, il pouvait le garder. Sinon, il le remettait dans le sac et pouvait le piger à nouveau plus tard.

« Je vais au marché » - jeudi

Pour l’activité du marché, une douzaine d’objets ont été disposés sur une table. Je faisais la caissière et Thomas devait mettre dans son panier et nommer les objets qu’il souhaitait acheter. Lorsque la prononciation était bonne, il pouvait venir le payer, sinon, il devait le remettre sur les tablettes et tenter sa chance à nouveau.

Lectures de la semaine
  • La petite souris, la fraise bien mûre et le gros ours affamé (mardi)2
  • Simon et la musique (jeudi)3

Deux livres que nous ne connaissions pas, proposés dans le guide1, que nous avons emprunté à la bibliothèque de quartier. Dans les deux, plusieurs mots comprenant les sons difficiles à prononcer pour Thomas et bien sûr, une lecture interactive où je pose des questions à Thomas me permettant de le faire parler et d’utiliser la reformulation par modèle verbal (expliquée dans le premier article) pour l’aider à améliorer sa prononciation.

Appréciation/évaluation : Thomas est toujours prêt et motivé par cette période d’activité. C’est un moment fort agréable que nous passons ensemble et je sens qu’il y met tout son cœur. Il a toutefois vécu un moment de découragement jeudi durant le jeu du marché. Il avait choisi et bien prononcé quatre objets et les trois suivants n’ont pas été réussis. Il a donc trouvé très difficile de devoir les remettre sur la table du marché et de ne pas pouvoir les acheter immédiatement. Il s’est retourné sur sa chaise et ne voulait plus jouer. Voici quelques techniques d’intervention que j’ai alors utilisées :

Renforcement positif : J’ai souligné les belles réussites du début de l’activité. « Regarde Thomas, tu avais réussi 4 mots au début, c’est vraiment très bon! »

Restructuration : J’ai ajusté les règles du jeu pour lui permettre de vivre davantage de réussites. Avec la technique de reformulation par modèle verbal, il avait donc une deuxième chance de dire le mot correctement.

Dédramatisation par l’humour : J’ai prononcé quelques mots correctement, mais en mettant énormément d’emphase sur les sons difficiles « une fourchchchchchchette ». Thomas a trouvé cela bien drôle.

Résultats : Pour l’activité de mardi, plusieurs mots ont été prononcés correctement dès le premier essai : chat, chien, cheval, girafe, chèvre. Il a fallu à Thomas deux essais pour bien prononcer « vache » et « singe » et trois essais pour « zèbre ». Par contre, comme la semaine dernière, le défi reste encore les mots plus longs et les mots ne commençant pas par le son difficile. Ainsi, pour « dinosaure » et « poisson », il a fallu plus de 4 essais pour qu’il les réussisse.

Compte tenu des difficultés de motivation de Thomas pour jeudi, je ne lui ai pas fait reprendre les mots à plusieurs reprises. Les résultats sont donc en terme de mots réussis (il en a tout de même eu 5!) : chaudron, orange, savon, ski, shampoing et non réussis : fraise, maïs, fourchette, casse-tête, aubergine.

Ce sont donc de belles réussites qu’il vit à travers ces activités et aussi parfois une prise de conscience de ses limites et du fait qu’on ne peut pas tout apprendre en si peu de temps. Nous en avons parlé ensemble, il faut de la patience et je le trouve très bon de persévérer! Et il est toujours très fier d’aller mettre ses autocollants sur son tableau une fois l’activité complétée. C’était donc une formule gagnante d’utiliser ce mode d’encouragement très concret pour lui.

En terminant, petite réussite au quotidien, Thomas a prononcé le mot « jupe » correctement et spontanément durant une conversation avec sa sœur. On est très fiers de lui et on le lui a souligné.

Voilà, c’était le bilan de nos activités de cette semaine. À la semaine prochaine!

1 L'apprentissage des sons et des phrases : un trésor à découvrir, Maryse Beauchemin, Sylvie Martin et Suzanne Ménard, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2000, ISBN : 9782922770049, 18,95 $

2 La petite souris, la fraise bien mûre et le gros ours affamé, Audrey Wood et Don Wood, Éditions Mijade, 2001, ISBN : 9782871422259, 17,95 $

3 Simon et la musique, Gilles Tibo, Éditions Livres Toundra, 2007, ISBN : 9780887763823, 6,99 $

Solène Bourque
Psychoéducatrice

Solène Bourque est psychoéducatrice, auteure et enseignante en éducation spécialisée. Elle est également la fière maman de deux enfants de 11 et 13 ans. Depuis 2010, elle a publié huit ouvrages éducatifs pour parents et intervenants et signe aussi des articles pour différents magazines s’adressant aux parents.


Cette semaine
Cuisiner en famille durant la semaine de relâche!

La semaine de relâche est idéale pour renouer avec le plaisir de cuisiner en famille. Dites bonjour aux fous rires et aux nez poudrés de farine!

La micro-aventure : pour créer de beaux souvenirs en famille

Entre le travail, l’école et les routines, on n’a pas toujours le temps de préparer de grandes activités avec nos enfants. Les micro-aventures pourraient être une solution pour vous, parents pressés à la recherche d’idées simples!  

Une semaine de relâche pour grands et petits!

La relâche scolaire est un point de ralliement pour tous les âges! C’est l’occasion rêvée pour organiser des activités ou des escapades en famille.

Balado Naviguer ensemble : pour les parents ET les ados

Présenté par l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ)

Parents d’ado, vous savez que les sujets à aborder avec votre enfant sont nombreux et que les conversations sont parfois un peu difficiles. Les ados d’aujourd’hui vivent de nombreux changements dans une société en constante évolution, et les parents se sentent parfois démunis pour les soutenir. 

Nos Concours

À gagner : une carte cadeau de 100$

Participez pour gagner une carte cadeau de 100$ en épicerie