Grossesse/Maternité

Avez-vous un plan de naissance?

Pourquoi faire un plan de naissance?

Un plan de naissance est d’abord un excellent moyen de communication avec l’équipe médicale qui sera sur place lors de votre accouchement. Même si vous avez discuté de vos attentes avec votre médecin, celui-ci ne sera pas sur place de façon constante dès le début du travail. Le plan aidera aussi les infirmières qui se relayeront à vos côtés. Ainsi, en plein travail, vous n’aurez pas à discuter de vos choix et pourrez vous concentrer sur l’épopée qui se vit en vous.

Pour vous, le plan servira de « guide » dans cette fabuleuse aventure. Notez des informations tout au long de votre grossesse. Il n’est jamais trop tôt pour se renseigner. Avoir fait un plan de naissance présuppose que vous vous êtes informée sur les possibilités, les options, les techniques et les étapes de l’accouchement. Même si vous deviez ne rien suivre de votre plan, vous prendrez tout de même des décisions plus réfléchies et, surtout, en toute connaissance. Le plan nous permet de creuser certains sujets et d’arriver au jour J en pleine possession de nos moyens. Aussi, préparer un plan exige des discussions avec votre conjoint, votre accompagnante ou les autres personnes qui seront sur place avec vous lors de l’accouchement. Ces personnes doivent connaître vos désirs et vos souhaits.

Comment faire un plan?

Il n’y a pas de forme préétablie pour un plan de naissance. Allez-y de façon spontanée et personnelle, témoignant vraiment de qui vous êtes. Vous pouvez vous inspirer de ce livre si vous le souhaitez.

  • Un texte suivi
  • Seulement des « points » à suivre ou à clarifier
  • Une lettre

Portez une attention particulière au ton et au langage employé. Un plan n’est pas une suite d’exigences, mais plutôt une entente de collaboration et de coopération. « Le plan de naissance doit refléter des demandes réalistes et pertinentes quant au choix du lieu de naissance et du type d’accouchement désiré. Il doit être souple, flexible et éviter les commandements dans sa formulation », précise Myriam D.-Frégeau, accompagnante à la naissance au Centre en périnatalité L’Étoile de Mère.

Il est préférable de restreindre au minimum l’utilisation de termes comme « J’exige » ou « Je veux absolument » et de ne les utiliser qu’avec parcimonie. Optez pour des formules plus souples misant sur la coopération par exemple « Je souhaiterais… », « Si tout va bien, j’aimerais que… », « Si c’est possible… », « Je préférerais que… », « Je me sentirais plus à l’aise si… », etc. Misez sur vos émotions aussi. Dites-leur comment vous vous sentez face à cet événement unique. L’équipe médicale est là pour vous soutenir. Sachez leur faire comprendre que vous cherchez leur soutien dans le respect de tous. N’oubliez pas que le respect attire le respect.

Exemples de phrases clés

« Je fais confiance à l’équipe qui entourera la naissance de notre bébé. J’espère que vous nous ferez confiance aussi! Vous allez nous aider, je vous en suis reconnaissante! Surtout… vous allez partager un événement qui, s’il fait partie de votre quotidien au travail, est unique, nouveau, bouleversant, excitant et très précieux pour nous. » Extrait du plan de naissance de Nadine.

« Je ne suis pas complètement fermée à l’idée de recevoir la péridurale, mais j’en ferai moi-même la demande si j’en ressens le besoin, s.v.p. ne pas me la proposer. Je préfère tenter de me soulager par des méthodes plus naturelles. » Extrait du plan de naissance de Josée.

« Dans la mesure du possible, nous aimerions que ces points soient respectés le plus fidèlement possible, sans pour autant nous fermer à l’idée qu’il y a des éventualités que nous ne pouvons contrôler. » Extrait du plan de naissance de Isabelle.

C'est un outil, pas un jugement de cour

Attention au piège de croire que le simple fait de faire un plan délimitera le déroulement complet de votre accouchement. Le plan de naissance est davantage un guide de voyage qu’une marche à suivre stricte. Vous ne pouvez pas tout prévoir… C’est d’abord un outil qui vous guide et qui ne doit pas vous limiter à vous en tenir qu’à votre première idée. « Bien que la plupart des accouchements se déroulent sans complications majeures, il est important de garder en tête qu’un accouchement est une suite d’événements imprévisibles et qu’il se peut que votre plan de naissance ne soit pas pris en compte dans des cas bien précis », explique Myriam D.-Frégeau.

Tout le monde peut changer d’idée

Il ne faut pas se sentir coupable de déroger de votre plan. Rappelez-vous que vous ne pouvez pas tout prévoir. Mais, en faisant l’exercice de mettre par écrit ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas, cela vous évite d’avoir à préciser ou même justifier vos choix entre deux poussées! Prenez conscience qu’il est impossible de tout contrôler. « Votre attitude jouera un grand rôle dans la façon dont votre message sera véhiculé. Priorisez certains points sur lesquels vous ne voulez pas faire de compromis sans rejeter tout ce qui vous est proposé. Pour les autres interventions, tentez d’en arriver à un compromis acceptable pour tous et d’éviter la confrontation avec le personnel hospitalier. Bref, gardez une ouverture d’esprit et un regard critique », rappelle Myriam. Un accouchement est un exigeant exercice de « lâcher-prise »! Gardez cela en tête!

Quand faire le plan de naissance?

Commencez à préparer votre plan de naissance… dès le premier jour de votre grossesse. En fait, il s’agit de se tenir informée en tout temps, d’ouvrir les oreilles quand une copine nous parle d’une technique qu’on ne connaissait pas, de poser des questions à notre médecin, d’avoir recours à une accompagnante si on le désire et de noter ce qui nous tient à cœur et ce que l’on voudrait éviter. Petit conseil : prenez des notes, car vous risquez d’en oublier.

« Pour la préparation de votre plan de naissance, vous devez vous renseigner sur les différentes interventions qui peuvent survenir lors d’un accouchement et être ouverte aux imprévus. Informez-vous des protocoles de l’hôpital où vous accoucherez, des interventions qu’ils proposent, de leurs alternatives ainsi que sur les méthodes d’intervention de votre médecin. N’oubliez pas que votre corps vous appartient, que vous avez des droits lors de l’accouchement et votre enfant à naître aussi », précise Myriam D.-Frégeau.

En effet, consultez le dépliant Les droits des femmes enceintes publié par l’Association de la santé publique du Québec. Demandez en une copie à votre CLSC ou à votre médecin ou commandez-le sur le site de l’ASPQ.

Voici un extrait de vos droits pendant le travail et l’accouchement
  • De vivre le travail et la naissance de votre bébé à votre rythme et sans intervention que vous ne souhaitez pas.
  • D’être accompagnée par les personnes de votre choix pendant toute la durée du travail et de l’accouchement.
  • De refuser d’être examiné par des étudiants.
  • D’être informée sur les motifs et les effets, pour vous et votre bébé, de toute intervention (déclenchement, stimulation, forceps, épisiotomie, péridurale, clamant, monitorage continu, sérum, etc.) et de refuser celles que nous ne jugez pas pertinentes.
  • De boire et de manger en tout temps.
  • De pousser et d’accoucher dans la position qui vous convient le mieux.
  • De limiter le nombre de personnes lors de la naissance de votre enfant (proches et intervenants).

Extrait du dépliant Droits des femmes enceintes publié par l’Association de santé publique du Québec.

Ensuite, vous pourrez commencer à écrire votre version finale de votre plan quand vous le voudrez, sûrement autour de la trentième semaine, là où les futures mamans commencent sérieusement à penser à l’étape finale, l’accouchement. À tout moment, vous pourrez rajouter des éléments, en supprimer ou en préciser certains aspects… même jusqu’à la veille du jour J. Rien n’est coulé dans le béton. C’est normal de changer d’idées, acceptez-le!

Impliquez votre conjoint dans l’écriture du plan. Il est celui qui vous aidera à appliquer et à réaliser vos désirs. Il sera aussi votre porte-parole officiel. Discutez de votre plan ensemble et permettez-lui d’apporter des précisions. Abordez avec lui les aspects qui vous insécurisent afin qu’il puisse bien en parler avec le personnel hospitalier.

Dois-je en discuter avec mon médecin?

Même si un plan n’a pas de valeur légale, vous pouvez en discuter avec votre médecin. Certaines vont même jusqu’à lui faire signer une copie afin que le personnel médical voit que les aspects soulevés dans le plan ont été discutés avant l’accouchement.

Si vous êtes suivie par une accompagnante, elle vous suggérera fortement de faire un plan et elle vous donnera des pistes au moment de l’écriture. Mais le plus important c’est que votre plan ne s’adresse pas directement à votre médecin, mais plutôt à l’ensemble du personnel médical qui sera là dès votre arrivée au moment de l’accouchement. C’est avec lui que vous établirez un climat de confiance et avec qui vous devrez discuter de certains aspects.

À qui remettre le plan de naissance?

Vous pouvez en remettre une copie de votre plan de naissance à votre médecin lors d’un de vos derniers rendez-vous. Ensuite, mettez au moins deux copies dans votre valise d’hôpital, ainsi vous ne l’oublierez pas. Lorsque vous entrerez à l’hôpital pour l’accouchement, vous pourrez en remettre une copie aux infirmières qui pourront l’inclure à votre dossier médical et gardez la seconde dans votre chambre de naissance.

Dans votre plan, plusieurs thèmes peuvent être abordés. Voici un schéma non restrictif qui peut vous aider à formuler le premier jet de votre plan.

Votre présentation
  • Qui êtes-vous? Votre conjoint?
  • Qui vous accompagnera lors de l’accouchement?
  • Présence des enfants
  • Est-ce votre premier enfant? Comment s’était déroulé votre (vos) autre accouchement?
  • Comment vous sentez- vous face à cet événement?
  • Que désirez-vous globalement pour l’accouchement?
Pendant le travail
  • Les positions que vous voudriez essayer
  • Les techniques et autres moyens à privilégier (Technique Bonapace, ballon, banc, bain-tourbillon, hypnose, accupression, etc.)
  • Votre perceptions et soulagements de la douleur
  • La péridurale et ses alternatives
  • Limites des interventions médicales ou de routine
  • Le monitoring : quand et comment
  • Les gestes médicaux
  • Bien-être général
  • Environnement (lumière, musique, présence dans la chambre de résidents en médecine, qui autorisez-vous à être présent et quand?, etc.)
Pendant l’accouchement
  • Épisiotomie
  • Qui accueillera le bébé? Le papa?
  • Photos – vidéos
  • Utilisation d’un miroir pour voir l’arrivée du bébé
Naissance
  • Qui coupera le cordon?
  • Expulsion du placenta
  • Comment voyez-vous votre séjour à l’hôpital
Soins au bébé
  • Aspiration si nécessaire?
  • Le laver oui ou non?
  • Mode d’alimentation : Allaitement à sa demande? Préparation lactée?
  • Contact peau à peau
  • Cohabitation
  • Tous les soins immédiats faits près des parents
Imprévus
  • Césarienne d’urgence (vos souhaits, besoin d’être rassurée, etc.)
  • Bébé naît avant terme

Merci à Myriam D.-Frégeau, accompagnante à la naissance au Centre en périnatalité L’Étoile de Mère pour ses précieux conseils.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

25 cadeaux sous le sapin 2019 – Jour 8 – Deux par Deux

Gagnez une carte-cadeau d'une valeur de 100$ chez Deux par Deux

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Stodal® : le sirop à toujours avoir à porter de la main!

Gagnez une bouteille de fabuleux sirop pour la toux.

Commentaires