Grossesse/Maternité

Les nausées et vomissements de grossesse

Les nausées et vomissements de grossesse (NVG) touchent jusqu’à 85% des femmes enceintes, donc la très grande majorité, mais à des niveaux très différents.

En général, les nausées débutent entre la 4e et la 6e semaine de grossesse et atteignent leur intensité maximale entre la 11e et la 13e semaine de grossesse. Dans environ 50% des cas, les nausées disparaissent autour de la 14e semaine de grossesse. Cependant, elles peuvent parfois continuer durant plusieurs semaines et même plusieurs mois. Certaines femmes en souffrent tout au long de leur grossesse.

Les causes

Les scientifiques ne connaissent pas la cause exacte des nausées et vomissements de grossesse, qui semble être multifactorielle. La théorie la plus commune veut que les changements hormonaux, comme l’augmentation de l’hormone chorionique gonadotrope humaine (hCG), de l’estrogène et de la progestérone contribuent directement aux nausées au cours du premier trimestre de grossesse. De plus, la dysrythmie gastrique et l’infection Helicobacter Pylori (H. pylori) ont aussi été associées aux NVG. Les femmes aux prises avec des problèmes de glande thyroïde, ou des troubles gastriques, semblent plus susceptibles de souffrir de NVG plus sévères.

En général, les NVG ne sont pas dangereux pour la santé de la mère ou du fœtus, mais une meilleure gestion des symptômes est nécessaire pour faire en sorte que la future mère consomme suffisamment de liquides et de nutriments et que sa qualité de vie s’améliore.

Que faire en cas de NVG?

Le premier rendez-vous avec un professionnel de la santé arrivant autour de la 12e semaine de grossesse, si ce n’est plus tard encore, comment les futures mamans doivent-elles réagir devant leurs symptômes de NVG?

Il est important de parler à un professionnel de la santé dès que possible puisqu’une intervention rapide permettra de prévenir l’évolution des nausées et vomissements vers des symptômes plus sévères. Les femmes qui vivent des NVG d’intensité légère à moyenne peuvent essayer de contrôler leurs symptômes en modifiant quelques habitudes de vie et en éliminant certains aliments problématiques pour elles. Cependant, les femmes enceintes avec des NVG d’intensité modérée à sévère pourraient avoir besoin d’une médication conçue spécifiquement pour atténuer leurs symptômes. Peu importe la sévérité des symptômes, toutes les femmes enceintes devraient être informées des options disponibles.

En plus de prendre rendez-vous avec un professionnel de la santé, les femmes enceintes peuvent appeler la ligne d’assistance de Motherisk sur la prise en charge des NVG. Ce service bilingue offre des renseignements fondés sur des données fiables sur cette condition et des stratégies pour en gérer les symptômes efficacement.

Quand les NVG sont sévères

Quand les nausées se poursuivent tout au long de la journée et même la nuit, plusieurs femmes perdent du poids et ne retiennent pas les éléments nutritifs essentiels au bon déroulement de leur grossesse et au développement du fœtus.

L’hyperemesis gravidarum (HG) est la forme la plus grave des NVG, entre 0.3% et 3% des femmes enceintes en souffrent. L’HG est défini par une perte de plus de 5% du poids de la mère avant la grossesse souvent associée à un état de malnutrition, de vomissements incontrôlables et de déshydratation. C’est une condition très sérieuse dont il faut parler avec un professionnel de la santé.

Et en cas de deuxième grossesse?

Saviez-vous que les femmes qui ont connu des NVG ou une HG sévères lors d’une première grossesse ont de 80 à 85 % de risque de vivre la même situation durant une grossesse subséquente? Il peut aussi être utile de discuter avec un professionnel de la santé de la détection de l’infection Helicobacter pylori (H. pylori), qui a été associée à des NVG et de l’HG sévères.

Peu importe la sévérité des symptômes, voici quelques conseils utiles pour réduire leur gravité et leur fréquence.

  • Manger des petits repas toutes les heures ou deux heures. Évitez d’avoir faim ou soif.
  • Toujours inclure une source de protéine (ex. noix, fromage, yogourt grec, etc.) dans chaque collation et repas pour aider à équilibrer le taux de sucre dans le sang.
  • Boire des liquides froids (glaçons, sucettes glacées, barbotines, smoothies).
  • Accorder 30 minutes entre la prise de liquides et de solides lors des repas.
  • Se reposer aussi souvent que possible.

La plupart des femmes qui suivent ces conseils constatent une diminution de leurs symptômes. De plus, le recours à des approches non pharmaceutiques, comme l’acupression, l’acupuncture, le gingembre et les suppléments de vitamine B6 a aidé certaines femmes .

Incidences des NVG sur la grossesse

Des études suggèrent que les femmes souffrant de NVG feraient moins de fausses couches et d’accouchements prématurés. Cependant, dans les cas où des NVG sévères n’ont pas été bien contrôlées, des études démontrent que les NVG/HG peuvent conduire à des bébés avec un poids inférieur et à des accouchements prématurés.

Dans certains cas de NVG, un traitement pharmaceutique peut être préconisé. Si des mesures plus conservatrices ne contrôlent pas adéquatement vos symptômes, parlez-en à votre professionnel de la santé. Il pourra vous prescrire un médicament sécuritaire et efficace indiqué pour soulager cette condition.

Ressources

Plusieurs sources d’information sont disponibles au sujet des NVG :

Nous tenons à remercier Caroline Maltepe, BA, conseillère chez Motherisk – Hospital for Sick Children, qui nous a fourni de précieuses informations pour la rédaction de cet article commandité par Duchesnay

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Le Zoo de Granby en hiver!

Passez du bon temps en famille grâce au Zoo de Granby!

Méli-Mélo de livres pour enfants de 3 à 5 ans

Gagnez 10 livres pour enfants de 3 à 5 ans

Commentaires