Grossesse/Maternité

Guérir d'un accouchement difficile

Un accouchement peut laisser derrière lui un traumatisme psychologique qu’il faut reconnaître et adresser pour pouvoir en guérir. Réflexion et piste de solutions.

Entreprendre le chemin de la naissance, ou plutôt accepter de prêter notre corps aux forces inouïes de la nature pour que notre enfant vienne au monde est une expérience qu’on aborde toujours un peu à l’aveuglette. Quels que soient les savoirs engloutis voracement pendant la grossesse et même le nombre d’enfants à notre actif, on plonge dans l’aventure sans vraiment savoir ce qui nous attend. Se faire passage nécessite un abandon, un aveu d’ignorance sur l’issue de l’événement. S’il est vrai qu’ultimement, le plus important est, comme le répète à l’envi le monde obstétrical, « une maman et un bébé en santé », cette priorité masque une dimension fondamentale de l’expérience : le vécu de la maman. Et celui-ci n’est pas nécessairement en relation avec les données objectives que l’on partage souvent volontiers après la tempête, comme un paravent pour ne pas nous livrer trop intimement : la durée du travail, le nombre d’interventions, notamment le recours ou pas à l’analgésie péridurale, éventuellement l’état de notre périnée, aux plus proches. Peu de mamans témoignent de ce qu’elles ont vécu au fond d’elles-mêmes, alors que tout d’elles-mêmes, corps, psyché et cœur, était entièrement mobilisé pour faire naître leur petit.

Il en reste des traces, nécessairement. Des études ont montré que le degré de satisfaction des mères à la suite de l’accouchement n’était pas tant corrélé au nombre d’interventions subies qu’au sentiment de puissance qu’elles ont pu vivre pendant le travail. Et ce sentiment peut être actif, porteur et surtout protecteur à long terme de l’estime, voire de l’identité, de la maman malgré une série de mesures technologiques et instrumentales, si les gestes sont posés dans le respect du libre arbitre de la mère. À l’inverse, certaines vivent un accouchement absolument physiologique, mais très violent, car dévastant un terrain psychique fragile, et/ou ayant lieu dans la solitude ou entouré de personnes aux comportements inadéquats.

Pour ces femmes à l’expérience maternelle douloureuse, un processus de guérison doit s’enclencher, pour protéger la relation avec le nouveau-né et les naissances ultérieures (éventuellement, les permettre!), mais surtout pour restaurer un équilibre de la personne dans tout son être.

Je n’ai pas la prétention de me poser ici en psychothérapeute, sûrement pas. Mais mon expérience personnelle et professionnelle m’a fait entrevoir quelques pistes à exploiter, qui s’enchevêtrent parfois ou s’empruntent dans un ordre déroutant. Ce sont des outils parmi bien d’autres, qui vous conviendront ou pas.

Comprendre les événements vécus durant l’accouchement

Cette étape, toutefois, s’impose au début du chemin. Il n’y a pas de guérison à mon avis tant que toute la lumière possible n’a pu être faite sur les événements vécus. Le ressenti de la mère, dans une tornade d’hormones et parfois dans la précipitation de l’action, peut lui avoir occulté une bonne partie des faits. Les professionnels de l’obstétrique, médecins, gynécos et sages-femmes, exercent leur métier selon une logique professionnelle qui est souvent opaque pour les patientes, tout entier absorbées par leur expérience et ignorantes des codes de la pratique, le contexte ce jour-là, les risques entrevus et les choix faits.

Demander une copie de son dossier au lieu de naissance est un bon point de départ, et sa lecture occasionne toujours quelques exclamations chez les parents, notamment chez la mère qui avait perdu la notion du temps.

Reparler aux personnes présentes, si c’est possible, peut grandement aider lorsque les interactions personnelles sont en cause dans le trauma, ou si le dossier médical s’avère peu bavard. Tous les professionnels devraient être en mesure de vous rencontrer si vous le désirez.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez une carte-cadeau de 100$ chez Patati & Patata !

Courez la chance de gagner une carte-cadeau de 100$!

Commentaires