Désir d'enfant

Protéger sa fertilité

Les technologies et l’industrialisation ont permis d’améliorer beaucoup notre qualité de vie, mais à quel prix?

Des substances nocives infiltrent chaque jour nos corps et menacent maintenant notre capacité reproductive. Les plus grands coupables : les perturbateurs endocriniens qui provoquent des désordres hormonaux. Dans l’eau, dans l’air et dans notre alimentation, ces polluants se retrouvent un peu partout dans nos maisons, dans une multitude de produits de consommation courante que l’on oserait soupçonner. Comment les éviter?

Depuis les années 90, les pays industrialisés constatent une réelle diminution de la fertilité chez l’homme et la femme. En plus des facteurs liés au mode de vie (stress, alcool, drogues, poids, etc.), des études avancent une sérieuse mise en garde envers les facteurs toxiques, d’autant plus que leurs impacts sur la fécondité naturelle peuvent être transgénérationnels.

On parle dorénavant de « reprotoxicité » pour regrouper les milliers de substances chimiques dans notre vie domestique qui peuvent porter atteinte à la santé reproductive, et ce, même à des concentrations très faibles. Ils se nomment phtalates, parabènes, plomb, résorcinol, téflon, ignifuges bromés, bisphénol A, additifs alimentaires BHT et BHA, alkylphénols… Leur règlementation demeure inadéquate, d’où l’importance d’être vigilant.

La surexposition quotidienne

Nous vivons dans des univers débordants de matière plastique, d’appareils électroniques et de produits traités. Leurs composés nocifs s’échappent et migrent bien plus facilement que l’on ne peut penser. Le simple toucher, l’usure normale et la chaleur participent à leur émanation et à notre contamination. Nous en rajoutons en les nettoyant avec d’autres produits toxiques. Et nous entretenons même notre corps par des produits qui troublent aussi notre système hormonal.

Ils entrent dans l’organisme subtilement par l’air que l’on respire et qui transporte des poussières et des vapeurs de ces substances toxiques. Simplement en portant la main à la bouche, des résidus d’objets fabriqués avec ces polluants sont ingérés. Les cellules de la peau les absorbent facilement avant de les transmettre au sang.

Le grand désordre hormonal

Comment les perturbateurs endocriniens agissent-ils sur la fertilité? Ils imitent les hormones naturelles, empêchent celles-ci de communiquer leurs messages aux cellules, causent des dommages irréversibles aux cellules lors de la formation des embryons, interfèrent dans la régulation du taux d’hormones et nuisent à leur élimination naturelle.

Par exemple, des données scientifiques démontrent que le Bisphénol A contribuerait à la diminution, en quantité et en qualité, des spermatozoïdes chez l’homme. Il serait également responsable de certaines fausses couches. Tandis que les phtalates contribueraient à des malformations d’organes génitaux.

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Cette semaine

Concours Partenaires

25 cadeaux sous le sapin 2019 – Jour 13 – KOMBI

À gagner: Les essentiels d’hiver pour la nouvelle maman

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Commentaires

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Les mocktails, tout le plaisir, l’alcool en moins

931 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!