Désir d'enfant

Fécondation in vitro : un débat qui ne fait que commencer

L'État ne pourra pas tout financer en matière de santé, a rappelé mercredi le ministre de la Santé Philippe Couillard.

Ce dernier commentait les débats soulevés par certains citoyens qui voudraient que l'État s'implique davantage dans le financement des fécondations in vitro, afin d'aider les couples incapables d'avoir des enfants. « Jusqu'où va la responsabilité de l'État de tout financer? Dans le cas des médicaments, on ne finance pas tout et le citoyen doit assumer sa part », a fait valoir le ministre Couillard. Ce dernier reconnaît toutefois que le débat sur cette question est à la fois complexe et passionné.

L'État assume déjà un certain financement de la fécondation in vitro, notamment en accordant un crédit d'impôt de 30 pour cent pour couvrir le coût de la procédure de fécondation. Cette proportion grimpera d'ailleurs à 50 pour cent à partir de la troisième tentative d'un couple, a signalé le ministre. La procédure doit en effet être répétée à plusieurs reprises dans les cas où l'infertilité du couple se maintient.

Certains reprochent au gouvernement de financer en même temps certains avortements thérapeutiques. « On est sensible au drame des couples incapables d'avoir des enfants. Mais il y a un droit fondamental des femmes de contrôler leur reproduction, notamment par des interruptions de grossesse. Il y a une nécessité de prévenir les grossesses non désirées. Lorsqu'on fait des interruptions de grossesse, c'est pour éviter des grossesses non désirées qui ont des effets désastreux », a rappelé le ministre. M. Couillard a aussi mis en relief le fait que le Québec est actuellement un des gouvernements les plus généreux au Canada dans l'accompagnement des couples qui choisissent des fécondations in vitro.

Par ailleurs, l'ensemble du dossier a des implications constitutionnelles. Qui, du gouvernement québécois ou du gouvernement fédéral, a compétence pour réglementer les questions de fécondation? « On légifère parce que c'est un champ d'activité qui relève de notre compétence », a réagi le ministre Couillard. Le gouvernement compte d'ailleurs créer une base de données afin de pouvoir suivre le cheminement des enfants nés d'une fécondation artificielle. Mais le ministre a insisté sur le caractère délicat de toutes ces questions, et sur la profondeur des enjeux éthiques qu'elles soulèvent. Il a rappelé qu'une commission parlementaire s'était penchée sur le dossier l'an dernier. La multiplicité des points de vue qui y ont été entendus est une preuve de plus de la complexité de la question, a conclu le ministre de la Santé.

Source

La Presse Canadienne

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez les jouets officiels de la série Go Go Cory Carson!

Participez pour gagner la station de pompier, le train DJ et les personnages de la série.

Soulagez bébé des symptômes reliés à la poussée dentaire avec Camilia®!

Gagnez une des 4 boîtes Camilia® format 30 doses d’une valeur de 14.99$.

Commentaires

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Quiz sur l’introduction des œufs

6500 vues / 2 commentaires

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!