Désir d'enfant

Le deuil de l'enfant biologique

S’il est une étape primordiale que doivent parfois franchir certains couples aux prises avec un problème de fertilité, c’est le deuil de l’enfant biologique.

Le même deuil est vécu par les personnes qui désirent de tout leur cœur un enfant et qui, pour toutes sortes de raisons autres que médicales, ne parviendront pas à vivre cette magnifique expérience. Il y a mille et une raisons qui font qu’un humain peut ressentir ce profond désir de devenir parent sans pour autant arriver à concrétiser ce projet. Comme je ne peux parler au nom de tous, par respect, mais aussi parce que je ne peux juger d’une situation que je n’ai jamais vécue, je vais vous entretenir de la réalité qui m’est propre. Ma réalité à moi : je suis infertile depuis deux ans seulement. Un problème de kyste ovarien qui a « mal tourné », la nature est parfois ainsi faite. Mon conjoint et moi avons été propulsés bien malgré nous vers ce deuil que nous n’avions pas même cru possible. La plus grande leçon tirée de cette aventure? Ne prenons jamais rien pour acquis... pas même notre fertilité.

Décider de notre chemin

Il existe bien sûr plusieurs « options » pour les couples médicalement reconnus « infertiles ». Nous aurions pu nous tourner vers la fécondation in vitro (option dont m’a beaucoup, vraiment beaucoup parlé le chirurgien). Mon corps avait mal, j’étais encore sur mon lit d’hôpital après une chirurgie d’urgence, je venais d’apprendre que c’était « foutu » pour moi à moins d’utiliser une méthode de procréation assistée ou, mentionné rapidement, d’adopter un enfant. Je ne me sentais pas capable d’aller vers une option « médicale ». Tant physiquement que psychologiquement, je ne m’en sentais pas capable. C’était ma seule certitude à ce moment-là, mais j’étais quand même prête à en discuter, car nous étions deux personnes impliquées dans tout ça. J’étais silencieuse et je regardais du coin de l’œil mon conjoint, assis sur la chaise à côté de mon lit, qui pleurait lui aussi. Je me sentais responsable de la situation. Non pas que je me devais de trouver un coupable à tout ça, mais c’était tout de même « à cause de moi » que nous ne pourrions avoir un enfant, héritier de nos X et XY.

Nous avons alors convenu avoir deux choix : s’apitoyer sur notre sort ou discuter de tout ça, ensemble, malgré la douleur. La vie nous envoyait cette épreuve et nous devions la surmonter ensemble. Simultanément, le mot adoption a été prononcé tant par moi que par mon conjoint. Nous avons souri, première petite lueur. C’était une option qui nous convenait. Nous avions déjà abordé le sujet, dans le passé, à tout hasard. Qui aurait cru qu’on jour nous allions en parler de façon beaucoup plus officielle en terme de projet de vie? D’un œil extérieur, notre décision peut sembler avoir été prise rapidement. Personne ne nous en a fait mention, mais nous étions conscients que certains pouvaient se dire que nous aurions eu intérêt à prendre notre temps et en discuter avec l’équipe médicale.   Pouvait-on vraiment éliminer du revers de la main une méthode nous permettant d’avoir un enfant biologique? Notre chemin était là, pour nous ça serait l’adoption.

Un deuil, c’est important

Un deuil était cependant à faire. Si nous avions un jour l’opportunité d’avoir un enfant, il ne serait pas de notre sang, physiquement il ne nous ressemblerait pas et nous aurions des questions délicates auxquelles nous devrions répondre un jour. Sur le coup, on s’est dit - sans trop y penser - que ce n’était pas grave. Qu’un enfant est un enfant, et c’est vrai. Mais le deuil était bel et bien présent et nous devions en parler pour faire face à ce qui allait suivre. Nous devions nous poser ces questions et être prêts à y faire face. De toute façon, le travailleur social qui ferait notre évaluation psychosociale allait nous les poser ces questions! Aussi bien s’en parler dès maintenant.

Un deuil, ça se fait en en discutant ouvertement entre nous, en sortant les émotions qu’on a à sortir et puis il y a la notion de temps. Le temps, qui a la réputation de « tout arranger ». Mais le temps, lui-même, n’est pas magique. C’est le temps que vous mettrez à penser, à parler, à pleurer, puis à vous relever qui fera en sorte que le deuil cèdera doucement sa place à un nouveau projet. Certains diront que le deuil de l’enfant biologique demeurera toujours en soi. Dans mon cas, peut-être parce que j’ai un fort niveau de résilience, je me suis dit que ma destinée était d’être maman d’une tout autre façon. La vie s’était simplement chargée de me le faire comprendre. Je sais, c’est discutable comme raisonnement, mais c’est le nôtre.

Le regard des autres

Il est important d’être solide quand on adopte. Être soi-même convaincu, car, croyez-moi, on en entend des vertes et des pas mures. Nous avions l’opportunité, par la fécondation in vitro, d’avoir un enfant biologique et nous ne l’avons pas fait. Nous avions l’opportunité d’adopter un enfant du Québec et nous ne l’avons pas fait non plus. Nous nous sommes tournés vers l’adoption internationale parce que les délais étaient plus courts et pour quelques autres raisons plus personnelles. Mais nous sentions qu’aux yeux de certaines personnes, nous étions des « étranges ». Si nos familles nous ont toujours soutenus totalement dans cette décision, si nos amis se sont montrés ouverts et heureux, ont discuté de tout ça avec nous et nous ont permis les émotions nécessaires au deuil, il est important de savoir que tous les gens rencontrés ne réagissent pas de la même façon. Ces « perles » deviennent toutes, chacune à leur façon, une petite marque qui restera en vous. Certaines « classiques », d’autres plus surprenantes…

  • « Ça coutes-tu cher acheter un bébé? »
  • « Vous êtes à l’aise avec ça d’aller acheter le bébé d’une famille pauvre? »
  • « Est-ce qu’il va être pure race au moins? »
  • « Tu n’as pas peur de ne pas l’aimer vu qu’il ne te ressemblera pas du tout? »
  • « Avez-vous une garantie si jamais il est malade? »
  • « Un bébé du Vietnam? Ah… Il va être beau quand même… »
  • « Si jamais tu vois qu’il ne t’aime pas, j’espère que tu vas le laisser dans son pays! »

Comment en vouloir aux gens? C’est souvent par manque de connaissances que ces mots se prononcent. Mais il faut vraiment être prêt à entendre tout ça, car, croyez-moi, je connais bien peu de parents adoptants qui ne se sont jamais fait servir ce genre de remarques. D’où l’importance de régler les étapes une à la fois et dans le bon ordre. Votre deuil, la discussion franche et honnête au niveau du couple, les fondements de votre choix et l’annonce de ce choix.   Les groupes de parents adoptants nous ont été d’un grand secours pendant tous ces mois. Nous avons senti auprès de ces gens que nous étions compris et nous pouvions échanger ouvertement de nos colères, de nos craintes, de nos déceptions. Il existe des regroupements locaux, mais également certains groupes sur internet. On y retrouve un paquet d’informations à jour, très pratiques ainsi que des forums de discussion. Peu importe la façon que vous choisirez, essayez de trouver des gens qui sont passés par là. Avoir l’impression de retrouver une grande famille complice qui se comprend sans devoir tout se dire c’est tellement aidant les jours de pluie.

Vous pouvez lire tous les articles de Chantal Massicotte sur sa vie de maman, dans ce dossier sur Mamanpourlavie.com.

Chantal Massicotte

En plus d’être maman d'une petite fille d'origine vietnamienne, je suis technicienne en travail social spécialisée en employabilité et en réinsertion sociale. Je suis également « marraine » en adoption à l'international, fonction par laquelle je suis amenée à aider, supporter et conseiller les futurs parents qui me sont recommandés dans toutes les étapes de leur projet pour la région du Bas-Saint-Laurent. Vous pouvez également suivre mon parcours sur mon blogue.

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez 1 des 5 d?sinfectants pour les mains de Attitude.

Petits formats parfaits pour le sac ? dos.

Gardez bébé au chaud cet hiver grâce à Kokoala!

Profitez de l’hiver grâce à Kokoala.

Commentaires

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

La grossesse et l'alcool en questions

6024 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!