Blogues

Quand les préjugés…

La société est souvent composée de gens qui jugent sans nécessairement chercher à comprendre. C’est normal, tout le monde le fait. Même moi, parfois, il m’arrive de le faire…

Mais c’est encore plus fréquent dans tout ce qui englobe la maternité parce que comme parents, nous faisons souvent des choix en lien avec ce que nous sommes et selon notre histoire. Dans les choix qui sont souvent discutés, je trouve que le harnais est souvent un sujet controversé qui devient rapidement une cible de mépris lors des discussions entre parents.

Vous connaissez les harnais pour enfants? En fait, les personnes les plus drastiques les appelleront les « laisses » pour enfants. Je préfère de loin les appeler « harnais ». Parce que pour moi, un harnais est beaucoup plus empreint de sécurité que de contrôle. La première fois que j’en ai vu un devant moi, c’était lors des festivités de la St-Jean Baptiste… Je me suis dit quelque chose qui ressemblait à « OH MY GOD! ». Je trouvais l’idée curieuse/étrange parce que j’avais mis mon « suit de jugeuse » au lieu de mon « suit de comprenneuse ». Pourtant, je trouve que le deuxième « suit » me va tellement mieux; il aiguise mon ouverture d’esprit, mon respect des autres et ma compréhension. Je me suis donc mise dans la peau des autres mamans qui utilisent les harnais, au lieu de parler dans leur dos comme une matante dans un bingo.

Dernièrement, j’ai découvert un outil génial qui me vaut plein de « Wow! T’a pogné ça où? ». Ce sont les Hold-on handles. Tout le monde capote parce qu’ils se flippent partout, sur la poussette, sur le panier d’épicerie, après la brouette ou même sur ma courroie de ceinture. Les gens adorent parce que mes enfants restent toujours près de moi. Ma première constatation fut : donc, si je comprends bien, d’après vos réactions, le fait que mes enfants me tiennent est mieux vu en société que l’inverse.

J’ai rapidement réalisé que le harnais ressemblait drôlement à ce que j’avais utilisé pendant des années dans ma vie d’éducatrice. Un outil qui m’avait tellement aidé lors des promenades avec mes cocos. Vous savez le serpentin de promenade qui rend gagas toutes les mamies au parc quand ils voient plein de petits amis tous accrochés sur la même corde derrière leur éducatrice? Comme si le fait d’avoir plusieurs enfants ça devenait plus cute alors qu’au fond il S’AGIT DU MÊME OUTIL! Je suis derrière mon clavier en ce moment et je vous entends penser : « Ouin, mais tsé, une éducatrice a plusieurs enfants dont s’occuper, ça le justifie! ». Eh bien, j’ai pensé la même affaire que vous parce que je suis très chanceuse. Mes enfants sont zéro aventureux. En fait, ils sont plutôt du type « Scotch tape », toujours dans la jupe de maman. C’est pour cette raison que les poignées sont suffisantes, ils les gardent bien serrées en main.

C’est aussi pour cette raison que je vous dis que je suis chanceuse, parce que je pense à ces mamans qui vivent avec des enfants avec des retards d’apprentissage, des déficits d’attention, des troubles d’hyperactivité, de l’autisme et j’en passe. Plusieurs me disent qu’elles se privent souvent de sortir en public par peur de perdre leurs enfants. Je pense aussi à ces mamans qui ont eu, une fois dans leur vie, à courir vers le kiosque d’informations du centre d’achat pour lancer un appel à l’aide parce que le simple fait de regarder l’étiquette d’un vêtement en solde avait donné envie à leur enfant d’aller se cacher dans un tourbillon de robes quelques mètres plus loin. Je pense également aux mamans qui ont été, dans leur enfance, victimes d’un enlèvement ou à celles qui se sont perdues en se cachant dans le tourbillon de robes pendant que leur maman regardait une étiquette et qu’une fois sortie, maman avait disparu. Oh! Elle n’était pas loin; simplement en pleurs dans le kiosque d’informations à penser que leur trésor avait été victime d’un enlèvement. Il y a aussi ces mamans qui viennent d’une famille où une sœur ou un frère a été porté disparu. Pensez-y, ce type d’évènement peut marquer une personne pour toute la vie et affecter une vie de parent pour toujours.

Vous savez, comme le proverbe le dit : À force d’avoir le visage trop proche de l’arbre on s’irrite le bout nez sur l’écorce. Pourquoi juger un outil qui peut permettre à une maman de passer par-dessus des contraintes pour tenter de vivre comme tout le monde? Simplement parce que le look de l’outil dérange? Come on les filles, on est plus ouvertes et solidaires que ça!

PS Un texte à imprimer et à donner aux mémères qui parlent de vous en pensant que vous ne les voyez pas dans les festivals cet été…

PPS En fait la morale de cette histoire, c’est : pourquoi juger les autres alors que vous ne connaissez pas leur histoire? Ce texte n’est pas pour lancer un débat ni pour faire de la chicane, c’est simplement pour donner un regard différent à un outil...

Geneviève Jetté

Éducatrice à l’enfance de profession, bricoleuse, amoureuse et passionnée de littérature jeunesse, Geneviève est la maman de Louka (5 ans) et Rémi (2 ans). Sa vie familiale à la maison est teintée de peinture, de dessin, d’aquarelle, de lectures, de thés, de musique et de projets. C’est lorsqu’elle s’est mise à pleurer dans la section littérature jeunesse d’une librairie adjacente au Cegep qu’elle fréquentait que Geneviève a su que le domaine de la petite enfance était l’univers qui lui collerait à la peau pour toute sa vie. Blogueuse pour la boutique Mère Hélène, elle signe aussi Tatouée Maman sur Mamanpourlavie.com et la chronique Consommation dans les revues Bébé Magazine et Grossesse Magazine. Son principal défi : chasser la routine à grands coups de créativité pour rendre le train-train quotidien plus agréable. Vous pouvez la suivre sur sa page Facebook.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Participez pour gagner un exemplaire du livre « Incroyable érable »

Courez la chance de gagner le livre « Incroyable érable » d’une valeur de 30$.

Voyagez avec les Imageries !

Courez la chance de gagner trois imageries de trois pays.

Commentaires