Blogues

La fausse couche, cette perte silencieuse

« Tu en feras un autre, ce n’est pas grave », « Tu sais, c’est sûrement mieux comme ça, il devait avoir une malformation», « Il était tout petit de toute façon, ce n’était pas un bébé ».

Combien de fois ces phrases ont résonné dans votre tête, vous qui portez le deuil si pénible d’avoir perdu vos rêves? Parce que perdre un embryon, un fœtus, un enfant, c’est être dépouillé de nos souvenirs et de nos projets avec lui.

Il n’y a pas d’échelle de souffrance, juste des personnes bouleversées par la perte, l’échec et l’immense vide autour de soi, au creux de son ventre abîmé.

Il y a le temps de la peine nécessaire que souvent l’entourage ne comprend pas et cherche à éviter parce qu’il voudrait tout gommer et que les sourires fassent à nouveau partie du quotidien, car la souffrance, mais encore plus la mort dans nos sociétés est si mal gérées, si invisible, si détournée qu’on voudrait la taire pour ne garder que le gai.

Ce sont souvent des preuves d’amour maladroites, des langues qui fourchent, car le silence est trop pénible, des tentatives de soulagement avec ces mots qui ne veulent rien dire.

Pourtant la mort fait étroitement partie de la vie, et nous nous y frottons si souvent qu’on devrait pouvoir en parler plus librement, plus naturellement. L’inclure dans tous les processus : le deuil pour se faire doit être enveloppé, guidé, écouté. C’est le silence qui étouffe cette possibilité : le besoin de déposer toutes ses émotions.

On dit qu’une grossesse sur cinq finit par une fausse couche, un peu comme si cette statistique forte apaiserait le tourment. Comme si au fond nous étions des chiffres, alors que chaque histoire est unique et sensible.

Et puis, il y a le corps, qui nous a trahies, qui n’a pas dit, qui n’a pas su nous prévenir. Le ventre à qui on ne fait plus confiance, qui ne sait plus créer la vie sans peine. Et les doutes qui nous envahissent, la culpabilité et les questions, l’angoisse omniprésente que le sort frappe encore.

Toutes ces émotions à vivre quand ceux qui n’ont pas vécu cela n’imaginent pas le chagrin, ni la profondeur de la douleur, nous isolent. Tous ces projets retirés qu’on n’ose pas dévoiler, mais qui galopent dans notre tête inlassablement.

Et un jour, revient l’espoir de peut-être essayer encore, défier la vie, pour toucher à nouveau des moments si doux, tournés vers demain. Mais malgré cela, l’impression lourde de trahir son ange, ses anciens projets.

Des dates nous ramènent toujours à ces instants, comme un rappel de ce qui a tant compté dans une intimité peu partagée. Ce temps où tout aurait pu être différent, mais où un drame nous est arrivé et qui transforme la vie à tout jamais.

Je pense à vous si souvent « paranges »… le cœur serré, le sourire pour dissimuler la peine et encore la force de toujours d’avancer!

Il existe des ressources pour se faire entendre et briser la solitude, c’est une merveilleuse façon de rester en vie. Connaissez-vous la fondation « Portraits d’étincelles », un service de photographie en deuil périnatal et le livre « Fausse couche, Vrai deuil » de Isabelle Clément et Manon Cyr?

Je vous envoie toute mon admiration, en attendant de vous accompagner.

Chloé Finiels
Accompagnement Émotionnel et Relationnel

Chloé Finiels, s’est tournée vers l’accompagnement émotionnel et relationnel en 2011. Ayant un profil neuro-atypique et étant hypersensible, elle s’est intéressée à offrir des ressources alternatives. Elle a fait un parcours académique universitaire et est diplômée depuis 2006 en psychologie clinique. Elle a étudié en biologie, psychologie et embryologie. Elle s’est faite connaître via les réseaux sociaux grâce à ses billets et chroniques sur les éducations alternatives, la normalisation des difficultés parentales, mais surtout sa vision très moderne de la parentalité : comprendre en profondeur nos émotions, ce qui les réactivent, nos déclencheurs et comment accepter nos fluctuations émotionnelles. Elle est chroniqueuse pour plusieurs médias, superviseure dans l’accompagnement relationnel et émotionnel et formatrice pour les familles et professionnels qui souhaitent comprendre la famille neuro-atypique, la parentalité créative. Elle est passionnée et se forme en continu dans divers domaines : la périnatalité, les éducations alternatives, les neuro-sciences, le deuil périnatal, la communication efficace, la neuro-psychologie, la neuro-biologie, la psychothérapie d'engagement et d'acceptation, l’endocrinologie.


Cette semaine
Célébrez le « skinimalism » avec Bioderma

Présenté par Bioderma

Que vous soyez une adepte du maquillage prononcé ou plus léger, ou que vous préfériez un look entièrement naturel, offrir à votre peau un soin nettoyant de bonne qualité demeure essentiel.
 

Quels produits de bébé choisir pour avoir la conscience tranquille?

Présenté par Klorane

Les parents savent à quel point la peau d’un nouveau-né est sensible et fragile et qu’elle mérite des soins de la plus haute qualité pour bien la protéger. 

Côtelette de porc sur le barbecue

Un week-end ensoleillé attend la majorité des québécois. Qui dit beau temps dit BBQ! Voici une recette succulente présentée par Le porc du Québec! 

Nos Concours

Gagner une inscription à la methode Swimforce™!

Une inscription à la méthode Swimforce™ d'une valeur de 200$!

Gagnez un coffret de dentifrices Attitude

Participez pour gagner les nouveaux produits Attitude

Commentaires

Non