Bébé

Le cododo - dangereux ou pas?

Une étude américaine publiée dans le journal Pediatrics a établi le cododo comme premier facteur de risque dans la mort subite du nourrisson. Le cododo, est-il dangereux à ce point?

Dormir près de son bébé naissant le rassure et facilite l’allaitement, c’est indéniable. Le fait de partager la même chambre qu’un bébé s’appelle le cododo, une pratique recommandée par de nombreux organismes et médecins. Mais qu’en est-il de dormir dans le même lit? Est-ce que le fait de dormir dans le même lit cause vraiment 69 % des cas de mort subite du nourrisson comme le prétend une étude américaine publiée dans le journal Pediatrics?

Les recommandations officielles

Par mesure de prudence, la Société canadienne de pédiatrie recommande aux parents de faire dormir les bébés dans leur propre couchette, placée près du lit de leur parent, pendant les six premiers mois de leur vie. Cette recommandation vient rejoindre celle faite par l’UNICEF du Royaume-Uni en 2004 en raison des quelques décès de bébés ayant partagé le lit de leurs parents.

L’étude publiée dans le Pediatrics de juillet 2014 a été menée aux États-Unis sur 8 207 morts de jeunes enfants et semble confirmer le bien-fondé de ces recommandations, surtout chez les plus jeunes bébés, puisque selon cette étude, 73,8 % des nourrissons âgés de moins de trois mois et victimes de la mort subite pratiquaient le cododo. Chez les enfants de 4 mois à un an, c’est 58,9 % des bébés qui le pratiquaient.  

Une autre étude réalisée en 2013 à partir des données de cinq études réalisées en Australie, en Europe et en Asie démontre que « les parents qui font dormir leurs bébés de moins de trois mois dans leur lit (cododo) multiplient par cinq le risque de mort subite du nourrisson. » 

Les bémols d’un pédiatre

Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour que les spécialistes de l’enfance émettent des réserves quant à ces chiffres qui doivent remis en contexte selon plusieurs. Parmi ceux-ci, Jose Groswasser, médecin responsable de l’unité du sommeil à l’hôpital pour enfants de Bruxelles, a expliqué que ces chiffres devraient permettre aux parents et aux spécialistes de comparer les classes d’âges, ce qu’ils ne font pas.

Selon lui « (L’étude) établit que le cododo est plus souvent associé aux décès des très jeunes nourrissons (jusqu’à trois mois). Pour en tirer davantage de conclusions, il faudrait pouvoir comparer les données à celles d’enfants non décédés. Mais, globalement, la proportion évoquée ne correspond pas à nos propres constats. Le cododo est un facteur de risque, certes, mais il favorise aussi l’allaitement»

Il explique que les craintes réelles liées au cododo ne relèvent pas du risque d’étouffement qui est presque inexistant si la mère n’est pas intoxiquée par l’alcool, les drogues ou les médicaments. Le risque est plutôt lié à l’excès de chaleur. « Les nourrissons supportent mal l’excès de chaleur. Idéalement, ils devraient dormir dans un environnement de 18 à 20 degrés. Or, la température corporelle est de 37 degrés. Le danger, c’est la proximité de telles sources de chaleur. À cela s’ajoute la présence des couvertures et édredons, qui risquent d’empêcher l’enfant de respirer ou de lui tenir trop chaud. »

D’ailleurs, l’étude américaine mentionne que les bébés plus âgés retrouvés morts durant la pratique du cododo étaient souvent couchés sur le ventre avec une couverture.

Que doit-on faire alors?

La mort subite du nourrisson n’est pas parfaitement comprise, mais plusieurs facteurs de risques donnent des indices de choses à éviter. Par exemple, pour une raison encore obscure, dormir en présence d’un fumeur favoriserait la mort subite du nourrisson. Aussi, jusqu’à l’âge de 6 mois, il est idéal qu’un bébé dorme dans son propre lit, placé dans la chambre de ses parents.

En ce qui concerne tout le reste, plusieurs facteurs permettent de réduire les risques. Voici quoi faire et ne pas faire pour mettre toutes les chances de son côté.

À faire

  • Placer bébé sur le dos, sur une surface ferme, sans peluches, ni oreiller, ni douillette.
  • Garder une distance suffisante avec le mur.
  • Emmailloter votre bébé dans sa petite couverture.
  • Partager la chambre avec votre nourrisson.

À éviter

  • Éviter de s’endormir en allaitant sur un fauteuil, un sofa ou une autre surface molle.
  • Ne jamais laisser un enfant dormir avec un fumeur.
  • Ne jamais laisser un enfant dormir avec une personne qui a consommé de l’alcool, des drogues ou des médicaments qui favorisent la somnolence.
  • Ne pas dormir avec le bébé si vous êtes plus exténuée que d’habitude.
  • Ne pas laisser de nourrisson dormir seul dans un lit d’adulte.
  • Ne pas fumer pendant la grossesse.
  • Ne pas laisser votre enfant dormir avec quelqu’un d’autre que ses parents.

Chez les enfants plus grands, la Société canadienne de Pédiatrie conclut que le fait de partager un lit ne nuit pas aux enfants, si ce n’est que leur sommeil est de moins bonne qualité en raison des mouvements des parents.

Références
  1. Le co-dodo, premier facteur de mort subite du nourrisson
  2. Société canadienne de Pédiatrie
  3. Mieux Vivre avec son enfant de 0 à 2 ans
  4. Le Soir : Entrevue avec Jose Groswasser, pédiatre
  5. Unicef
Image de Anne Costisella

Anne Costisella est diplômée en communication publique à l’Université Laval et maman de deux enfants. En plus d'être une rédactrice web d'expérience,  Anne est aussi l'auteure du blogue Techno Maman

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Commentaires