Bébé

Démystifier le sommeil du nourrisson

Il est étonnant de lire tout ce qui circule comme information sur le Web en matière de sommeil. Faisons le tour de quelques mythes en donnant les explications nécessaires.

En tant qu’infirmière en pédiatrie depuis plus de 30 ans, mère et spécialiste en clinique de sommeil, j’ai très souvent l’occasion d’être témoin de situations difficiles.

Quand rien ne va plus la nuit, les parents ont besoin d’agir rapidement… pour leur santé physique et mentale. Les parents épuisés peuvent se sentir incompétents et risquent de devenir impatients. De plus, des études démontrent qu’ils ne développent pas un aussi bon lien d’attachement avec leur enfant que s’ils étaient reposés.

Un parent souffrant et en manque de sommeil a besoin d’une solution rapide et voudrait une « pilule miracle » si elle existait.

Les attentes

Aucun parent ne devrait s’attendre à ce qu’un nourrisson puisse dormir toute la nuit dès la naissance… même s’il y a toujours des exceptions. Boire est un besoin physiologique fondamental au cours des premiers mois de vie. De plus, avant l’âge de 4 -5 mois, le cerveau n’est pas prêt, n’a pas assez de maturité pour gérer l’organisation des phases de sommeil. C’est souvent vers 3 mois qu’apparaissent les premières nuits de 6-7 heures, que le bébé saute un boire. C’est le moment où votre enfant vous montre ce dont il est « capable ». De plus, il n’est pas rare de noter une régression vers 4-5 mois; le bébé se réveille pour sa sucette, veut plus de boires (malgré la poussée de croissance terminée) : c’est un indice que des problèmes d’associations ou de mauvaises habitudes sont en train de s’installer. C’est un bon moment pour agir!

Les bébés aux besoins intenses

Au cours des dernières années, on a souvent identifié le cas de bébés « aux besoins intenses ». Ce sont des nourrissons qui pleurent beaucoup, sont souvent dans les bras de leurs parents, boivent fréquemment, ne font que de courtes siestes – la plupart du temps dans les bras et, par le fait même, qui dorment mal la nuit. Mon expérience comme infirmière me fait questionner sur la condition physique de ces bébés. Les malaises qu’ils vivent peuvent être dus à diverses causes : reflux gastro-œsophagien, allergies, intolérance au lait, etc. De telles causes entravent la possibilité de développer de bons rythmes de sommeil. Le reflux gastro-œsophagien n’est pas toujours aisément identifiable, mais l’expérience nous apprend que ces nourrissons auraient avantage à ne pas boire la nuit pour réduire leurs malaises.

Les solutions

Plusieurs ouvrages traitent de méthodes pour régler les problèmes de sommeil. Certains sont plus directifs que d’autres et peuvent être aidants, car un parent en manque de sommeil a besoin de solutions rapides et efficaces… Si le bébé doit pleurer, il est mieux que ce soit le moins longtemps possible.

La méthode sevrage parental, ou méthode du 5-10-15, décrite dans les années 1960 par le Dr Richard Ferber, a fait ses preuves au fil des ans. Il est certain que cette méthode n’est pas applicable à tous les enfants, mais peut être fort utile chez une majorité. De plus, il est possible d’ajuster cette méthode selon notre capacité. Le parent qui comprend le principe de base de la technique, c’est-à-dire que l’enfant doit s’endormir initialement sans mauvaises associations, peut en adapter les grandes lignes selon son jugement.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

25 cadeaux sous le sapin 2019 – Jour 14 – Méga Maze

À gagner: une admission familiale Zone Extra

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Commentaires