Bébé

Démystifier le sommeil du nourrisson

Il est étonnant de lire tout ce qui circule comme information sur le Web en matière de sommeil. Faisons le tour de quelques mythes en donnant les explications nécessaires.

En tant qu’infirmière en pédiatrie depuis plus de 30 ans, mère et spécialiste en clinique de sommeil, j’ai très souvent l’occasion d’être témoin de situations difficiles.

Quand rien ne va plus la nuit, les parents ont besoin d’agir rapidement… pour leur santé physique et mentale. Les parents épuisés peuvent se sentir incompétents et risquent de devenir impatients. De plus, des études démontrent qu’ils ne développent pas un aussi bon lien d’attachement avec leur enfant que s’ils étaient reposés.

Un parent souffrant et en manque de sommeil a besoin d’une solution rapide et voudrait une « pilule miracle » si elle existait.

Les attentes

Aucun parent ne devrait s’attendre à ce qu’un nourrisson puisse dormir toute la nuit dès la naissance… même s’il y a toujours des exceptions. Boire est un besoin physiologique fondamental au cours des premiers mois de vie. De plus, avant l’âge de 4 -5 mois, le cerveau n’est pas prêt, n’a pas assez de maturité pour gérer l’organisation des phases de sommeil. C’est souvent vers 3 mois qu’apparaissent les premières nuits de 6-7 heures, que le bébé saute un boire. C’est le moment où votre enfant vous montre ce dont il est « capable ». De plus, il n’est pas rare de noter une régression vers 4-5 mois; le bébé se réveille pour sa sucette, veut plus de boires (malgré la poussée de croissance terminée) : c’est un indice que des problèmes d’associations ou de mauvaises habitudes sont en train de s’installer. C’est un bon moment pour agir!

Les bébés aux besoins intenses

Au cours des dernières années, on a souvent identifié le cas de bébés « aux besoins intenses ». Ce sont des nourrissons qui pleurent beaucoup, sont souvent dans les bras de leurs parents, boivent fréquemment, ne font que de courtes siestes – la plupart du temps dans les bras et, par le fait même, qui dorment mal la nuit. Mon expérience comme infirmière me fait questionner sur la condition physique de ces bébés. Les malaises qu’ils vivent peuvent être dus à diverses causes : reflux gastro-œsophagien, allergies, intolérance au lait, etc. De telles causes entravent la possibilité de développer de bons rythmes de sommeil. Le reflux gastro-œsophagien n’est pas toujours aisément identifiable, mais l’expérience nous apprend que ces nourrissons auraient avantage à ne pas boire la nuit pour réduire leurs malaises.

Les solutions

Plusieurs ouvrages traitent de méthodes pour régler les problèmes de sommeil. Certains sont plus directifs que d’autres et peuvent être aidants, car un parent en manque de sommeil a besoin de solutions rapides et efficaces… Si le bébé doit pleurer, il est mieux que ce soit le moins longtemps possible.

La méthode sevrage parental, ou méthode du 5-10-15, décrite dans les années 1960 par le Dr Richard Ferber, a fait ses preuves au fil des ans. Il est certain que cette méthode n’est pas applicable à tous les enfants, mais peut être fort utile chez une majorité. De plus, il est possible d’ajuster cette méthode selon notre capacité. Le parent qui comprend le principe de base de la technique, c’est-à-dire que l’enfant doit s’endormir initialement sans mauvaises associations, peut en adapter les grandes lignes selon son jugement.

De prime abord, cette méthode implique que le bébé pleurera. Mais soyons clairs, laisser pleurer ne veut pas dire ne pas aller le voir, le laisser enfermé ou l’abandonner! Pour le nourrisson, pleurer est une façon de s’exprimer et de montrer son mécontentement. N’est-ce pas la première étape pour lui montrer comment se consoler par lui-même et apprendre à ne pas toujours dépendre de ses parents? C’est une manière de lui dire : non, ce n’est pas de cette façon qu’on doit s’endormir, il en existe d’autres… Finalement, c’est un peu comme lui montrer à marcher : lorsqu‘il tombe, on le console, on l’aide à se relever, on lui laisse la main sachant qu’il va probablement retomber, mais c’est une première expérience vers son autonomie. Il doit l’apprendre par lui-même; on ne peut le faire à sa place.

Ce que disent les études

Des études récentes ont démontré que les enfants qu’on a laissé pleurer en appliquant la méthode de sevrage parental, ou méthode du 5-10-15, n’ont pas plus de problèmes d’attachement ou d’anxiété à 5 ans que les autres qui n’ont pas pleuré ou qui ont fait du cododo. De plus, cette même étude a démontré que plus on apprend à bien dormir jeune, moins on a de problèmes de sommeil en vieillissant.

Des personnes croient qu’apprendre à dormir en pleurant peut donner à l’enfant un message négatif, que cela peut lui montrer que dormir est une punition. Il faut peut-être revoir la façon dont notre enfant est amené au lit et établir une routine stable, prévisible et répétitive, et agréable ce qui est rassurant pour l’enfant. Si on reste toujours avec notre enfant, comment saura-t-il développer ses aptitudes à l’autonomie?
Le cododo : pour ou contre?

Le partage du lit est de plus en plus pratiqué dans notre société et demeure une habitude courante dans la plupart des cultures non industrialisées. Au cours des premiers mois de vie du nourrisson, le cododo est souvent considéré comme une solution pratique qui favorise le succès de l’allaitement. En Amérique du Nord, les enfants dorment en général dans leur propre lit, ce qui, selon certains auteurs, pourrait favoriser la capacité de l’enfant à apprendre à se séparer du parent et à se percevoir comme un individu indépendant.

Qu’en est-il de la sécurité de cette approche?

La question fait l’objet d’un débat entre spécialistes. Certains déconseillent le « cododo », d’autres, au contraire, conseillent aux parents de le pratiquer.

Citons quelques exemples : la ligue La leche préconise le cododo pour favoriser l’allaitement et son succès. La Société canadienne de pédiatrie, quant à elle, prend position pour la sécurité du bébé et ne veut pas le promouvoir sans s’y opposer complètement. L’Agence de la santé publique du Canada a publié une brochure faisant la promotion d’un environnement sécuritaire et afin de réduire les risques de mort subite du nourrisson.

Ma recommandation de spécialiste

À mon avis, et à la suite de mes échanges avec de nombreux parents au cours des années, le parent doit faire des choix selon ses valeurs en tenant compte de certaines lignes directrices. Si vous souhaitez pratiquer le cododo avec votre enfant, il est important de suivre certaines règles de sécurité.

Selon des données probantes, il est clairement démontré que pour réduire les risques de mort subite du nourrisson (MSN), certains points sont essentiels pour préserver un sommeil sécuritaire :

  • Dormir sur le dos sur une surface plane (les pieds au fond de son lit) réduit les risques de MSN. Depuis que cette pratique s’est généralisée dans les années 90, les cas de mort subite du nourrisson ont diminué de 70 %.
  • Le partage de la chambre réduit le risque de MSN et est conseillé jusqu’à 6 mois (selon la Société canadienne de pédiatrie) ou jusqu’à ce qu‘il se tourne sur le ventre de lui-même, le pic de décès étant entre deux et six mois.
  • L’utilisation d’un matelas mou, d’oreillers et de couvertures qui peuvent couvrir la tête accroît le risque de décès par étouffement dans tous les environnements de sommeil. Ces objets augmentent le risque de suffocation et peuvent nuire à la circulation de l’air. Certains médecins croient qu’une mauvaise circulation d’air est un facteur qui pourrait contribuer au MSN.
  • Vous pouvez couvrir votre bébé d’une gigoteuse, mais ne le mettez pas sous la couette pour éviter les étouffements et lui permettre de garder une température corporelle adéquate. Pour ce faire, la température de la chambre doit être sous les 20 degrés, permettant aussi de diminuer le développement des infections des voies respiratoires. Les coussins contours devraient être retirés, car ils peuvent diminuer l’aération.
  • Les bébés allaités sont moins touchés par ce syndrome, en plus d’être mieux protégés contre plusieurs maladies. Des données montrent que l’allaitement peut aider à réduire le risque de MSN. On ne sait pas exactement pourquoi, mais des médecins croient que le lait maternel pourrait protéger les nourrissons contre certaines infections qui accroissent le risque de MSN (ce n’est pas nécessairement le fait que l’allaitement ait lieu la nuit qui protège du risque de MSN).
  • Le risque de MSN augmente lorsque le nourrisson partage le lit avec sa mère fumeuse. Exposer les enfants à la fumée secondaire pendant les premiers mois de leur vie est également un facteur de risque très important.
  • Le partage du lit avec un adulte extrêmement fatigué ou ayant pris de l’alcool ou des médicaments pourrait altérer sa vigilance et sa capacité à se réveiller. Cela peut être dangereux pour le nourrisson.
  • Un nourrisson est plus vulnérable à une MSN s’il partage son lit avec d’autres personnes que ses parents ou que la personne qui s’occupe habituellement de lui.
En mai 2013, une étude a démontré que la MSN était 5 fois plus élevée si le bébé partageait le lit des parents. Les spécialistes ne s’opposaient pas à l’allaitement ni au fait d’offrir du réconfort la nuit, pourvu que le bébé retourne dormir dans son lit ensuite. Comme plusieurs spécialistes, ils encouragent le couchage séparé, mais à proximité. Il existe par ailleurs des berceaux spécialement conçus pour le cododo et qui s’accrochent au lit conjugal.
Qu’en est-il de l’intimité du couple?

Le cododo serait considéré comme un obstacle majeur à la reprise d’une vie intime au sein du couple et la transition vers le berceau de l’enfant peut s’avérer plus difficile, surtout lorsqu’à la naissance de bébé, papa se voit forcé de sortir du lit : en effet, il ne peut pas se reposer suffisamment puisqu’il se fait réveiller toute la nuit par des boires, les pleurs… et ce, pendant plusieurs mois.

De plus, si l’enfant reste des années à dormir avec ses parents, quelle sera sa réaction, à 5 ans, lorsque vous souhaiterez qu’il dorme dans son propre lit, dans sa propre chambre?

À mes yeux, il est important que le sommeil soit envisagé sous l’angle de la sécurité. Il est également important que tous les membres de la famille soient à l’aise avec la décision prise en ce sens; cela reste un choix personnel, de couple et de famille. Mais, si vous n’arrivez pas à dormir près de votre bébé à cause des petits bruits qu’il fait, installez son lit dans sa chambre. Ne culpabilisez pas : votre sommeil est tout aussi important que le sien.

Et si vous considérez des moyens pour aider votre bébé à apprendre à dormir seul, n’hésitez pas à consulter des spécialistes* qui vous aideront à traverser ce dur moment!

Bonne chance et dormez bien!

Sources

*Evelyne Martello. Enfin je dors… et mes parents aussi. Montréal : Éditions du CHU Sainte-Justine, 2007.

Évelyne Martello
Infirmière spécialiste en sommeil et auteure

Diplômée de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal en 1983, Evelyne Martello a travaillé comme infirmière pendant 26 ans au CHU Ste-Justine. Passant de la néonatalogie à la salle d’accouchement, elle a exercé pendant près de 15 ans comme clinicienne au centre de développement. Depuis 15 ans, elle exerce comme spécialiste du sommeil auprès de parents et de professionnels de la santé. C’est la reconnaissance de cette expertise par ses pairs qui l’a ensuite amenée à joindre en 2008 la clinique du sommeil du CH Rivière des Prairies, une clinique à vocation sur spécialisée. Evelyne a donné de nombreuses formations et conférences auprès de professionnels de la santé, notamment dans les CLSC et les centres de réadaptation, mais aussi auprès des parents par le biais des organismes communautaires et des CPE. Elle a également participé à des émissions de télévision et de radio en qualité de spécialiste invitée sur les troubles du sommeil. C’est en 2007 qu’elle a publié le livre Enfin je dors… et mes parents aussi, vendu à près de 25 000 exemplaires et récemment traduit en espagnol et prochainement en anglais en format numérique. Elle a coécrit des chapitres et articles spécialisés dans ce domaine. Evelyne offre des services personnalisés en pratique privée auprès de familles en manque de sommeil; pour de plus amples informations, veuillez consulter le site Enfin je dors. Vous pouvez également rejoindre Evelyne à [email protected]. Enfin je dors... et mes parents aussi Evelyne Martello Éditions Hôpital Sainte-Justine 2007 ISBN : 9782896190829 14,95 $  


Cette semaine
10 idées-cadeaux abordables pour les professeurs

Après une belle année avec vos enfants, les professeurs et les éducatrices méritent un petit quelque chose. Voici quelques idées pour souligner que vous appréciez leur travail même si votre budget est serré.

Donner le bain à bébé

Le bain permet bien sûr de laver votre bébé, mais c'est aussi un super moment de détente, de plaisir et de complicité.

La Semaine québécoise de la paternité

Chaque papa est unique et occupe une place déterminante dans la vie de ses enfants. On a une belle occasion de tous les célébrer à l’occasion de la Semaine québécoise de la paternité, du 14 au 20 juin 2021.

Expériences parents : la face cachée des changements de couche

Présenté par Pampers

Ô la vie de parents! À la fois idéalisée et démonisée, mais toujours remplie de surprises.

Nos Concours

Gagner une boîte-cadeau de Lego® VIDIYO™!

Une boîte-cadeau de Lego® VIDIYO™ d'une valeur de 30$!

Gagnez deux albums musicaux de La Montagne secrète!

Deux albums musicaux de La Montagne secrète d’une valeur de 22.95$ chacun!

Commentaires