Alimentation

Cuisine futée, le magazine : l'allié des parents à la rentrée

Reconnues pour s’adresser aux parents pressés, Alexandra Diaz et Geneviève O’Gleman lancent leur magazine, Cuisine futée, dont le premier numéro s’articule autour du thème Survivre aux soirs de semaine.

« On va tous bientôt avoir le râteau de la rentrée scolaire dans la face », lance en riant Alexandra Diaz, co-animatrice de Cuisine futée, parents pressés, co-auteure des deux tomes de Famille futée et directrice artistique de la marque.

Son acolyte Geneviève O’gleman, nutritionniste, avec qui elle partage l’écran depuis cinq saisons à Télé-Québec et qui cosigne les ouvrages, a imaginé 50 nouvelles recettes et une centaine d’astuces expressément pour la rentrée. « Le magazine a été conçu pour tous ceux qui manquent de temps, explique Geneviève, dans le loft lumineux des Productions O’Gleman Diaz. Chaque recette a été conçue pour être gourmande, santé, pas chère soit à moins de 5$ par portion et facile à faire. »

Ces quatre critères (savoureux, nutritif, économique et accessible) dictent depuis le début la mission des filles futées. Sophie Banford, éditrice du magazine produit par KO Média, confirme : « La promesse de la marque se retrouve dans chacune des recettes, dans chacune des bouchées, dit-elle. Elles travaillent avec une grande rigueur. »

Les chiffres semblent lui donner raison : le premier numéro s’est écoulé à 50 000 copies en deux jours… Il est retourné en impression. « Il y aura un deuxième numéro en 2016 », annonce fièrement Sophie au lancement du magazine. Fort à parier que ce sera à la période des Fêtes…

Des dossiers et des recettes

Et que contiennent les 98 pages de ce hors-série (vendu 9,99$)?

Plusieurs astuces pour se simplifier la vie, comme de bons achats à faire en supermarché pour jazzer l’heure des repas et de bonnes pistes pour mieux utiliser les épices. Quelques dossiers, dont un plus « art de vivre » qui se penche sur la routine de trois clans bien différents. Un ingrédient-clé qui se décline dans plusieurs recettes : cette fois-ci, c’est la passata (ou coulis de tomate) qui est sous les projecteurs. Une technique pratico-pratique à explorer, la « Prep freeze cook ». Un dossier sur une « base futée » (le poulet, dans ce numéro), utilisée ensuite dans quatre recettes. Entre autres.

Mon coup de cœur? La page Labo futé. On y présente cinq versions de la même recette, la galette à l’avoine dans ce cas-ci. En plus d’une recette de base, l’équipe a imaginé une version sans gluten, une sans produits laitiers, une autre sans œufs et une dernière « sans toute » s’esclaffe Alexandra. Les blogueuses sur place ont eu la chance de goûter aux cinq versions… sans arriver à différencier laquelle était laquelle! « Elles passent le test du goût, hein? » demande Geneviève, tout sourire.

Ces prochaines semaines, pour la période de la rentrée scolaire, Mamanpourlavie.com présentera quelques-unes des recettes préférées du duo explosif. Ne les manquez pas! Cette semaine : la salade « club sandwich ».

Image de Maude Goyer

Diplômée en journalisme et détentrice d’un MBA, Maude Goyer (alias Maman 24/7) a appris les bases de son métier dans un quotidien. Après avoir fait un détour dans l’univers des magazines féminins, elle est devenue journaliste pigiste pour diverses publications. Ses sujets de prédilection? La famille, les enfants et la parentalité. 


Cette semaine
L’intégration graduelle à la garderie

Non, vous n’êtes pas coupable de l’avoir laissé trop tôt ou trop vite au service de garde, car l’intégration tardive et « en crescendo » n’est pas une panacée.

Changer d’école : 5 conseils pour aider votre enfant à s’adapter

Que ce changement soit causé par un récent déménagement ou encore par l’arrivée au secondaire, changer d’école peut être un bouleversement dans la vie de votre enfant. 

Les différentes positions pour accoucher

On voit souvent la femme accoucher sur le dos, les pieds dans les étriers. Mais ce n’est pas la seule position qui existe et, surtout, ce n’est peut-être pas la plus favorable!

Activités parascolaires : oui ou non?

Les bienfaits des cours parascolaires sont nombreux. Mais peut-il y avoir une limite? Un moment où on doit dire « non » à ces activités?