Famille

La violence conjugale

On en parle très peu, peut-être le moins possible, pour ne pas y penser. Pourtant, 17 321 infractions dans un contexte conjugal ont été enregistrées au Québec en 2008 seulement.

De toutes les situations impliquant un comportement violent, bien peu sont accueillies avec autant d’incompréhension, de déni et même parfois de mépris que la violence conjugale. On entend souvent que la personne violentée n’a qu’à partir et même parfois que c’est un peu de sa faute. Pourtant, la violence conjugale s’insinue dans les vies de personnes comme vous et moi, de tous les milieux, et fait vivre un véritable enfer à ceux et celles qui sont coincés dans une situation familiale difficile.

Les types de violence

Il existe 5 formes de violence conjugale : verbale, psychologique, physique, sexuelle et économique. Outre le fait que 8 victimes sur 10 sont des femmes, près de la moitié des 17 321 victimes ayant contacté un service de police en 2008 ont été blessées lors de l’infraction.

Voici quelques exemples des 5 types de violence :

  • Verbale : élever la voix, menacer, insulter, rabaisser, donner des ordres, interdire.
  • Psychologique : humilier, ridiculiser, critiquer la cuisine, reprocher l’éducation des enfants, dénigrer l’intelligence.
  • Physique : frapper, gifler, pousser, serrer un bras.
  • Sexuelle : relations sexuelles forcées, pratiques inhabituelles sans consentement
  • Économique : Forcer à faire vivre l’autre, à voler, interdire certains achats, reprocher les achats effectués pour la personne et les enfants

La violence physique est la plus facile à remarquer, puisque la victime n’a aucun doute sur le fait qu’elle est victime de violence. Ses proches peuvent remarquer des ecchymoses et tous comprennent l’urgence de la situation et le fait qu’il faut absolument l’empêcher de dégénérer. Pourtant, les autres formes de violence sont tout aussi dévastatrices et leur nature insidieuse sème le doute dans l’esprit de la victime qui en vient à remettre en cause son propre jugement. C’est alors que s’installe le cycle de violence.

Les cycles

Ce n’est pas un mythe, une personne coincée dans un cycle de violence peine à s’en sortir parce qu’elle sait qu’un moment de paix viendra après chacune des crises. Cette phase communément appelée « lune de miel » arrive rapidement et le semblant de paix qu’elle procure donne une pause à cette personne fatiguée qui aura besoin de beaucoup de courage et d’énergie afin de prendre les mesures qui lui permettront de s’en sortir pour de bon. Toutefois, le fait de rester avec son bourreau biaise souvent la perception de la famille et des amis qui ont de moins en moins envie d’aider quand ils voient que la personne reste là, à subir, comme si c’était normal. La personne ayant de moins en moins l’impression d’être soutenue endure de plus en plus d’évènements et la situation s’alourdit.

Heureusement, de nos jours, la police est en droit de porter plainte avec ou sans le consentement de la victime lorsqu’elle arrive sur les lieux d’une scène de violence conjugale. C’est ainsi qu’un voisin qui appelle en entendant crier peut sauver la vie, au propre comme au figuré, d’une personne victime de violence conjugale. Selon un policier de la SPVM : « C’est la seule façon que nous avons d’éviter que la victime se fasse convaincre de retirer sa plainte. Je ne sais pas combien de fois, avant cette loi, la femme retirait sa plainte et était retrouvée morte quelques semaines plus tard. Nous voulons absolument éviter ce genre de drame. »

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Le Zoo Ecomuseum : découvrir les animaux d’ici!

Participez pour gagner des laisser-passer pour le Zoo Ecomuseum.

Nos Concours

Gagnez une carte-cadeau de 100$ chez Patati & Patata !

Courez la chance de gagner une carte-cadeau de 100$!

Découvrez le Méga Parc des galeries de la Capitale!

Participez pour gagner un forfait turbofun, pour toute la famille!

Commentaires