Famille

La fratrie, quel casse-tête!

La fratrie est un immense thème de la parentalité, rarement vécu avec sérénité. Entre notre propre histoire, nos projections et les aspirations sociales, c’est un sujet explosif, bourré de culpabilité et d’impression d’incompétence. Essayons d’y voir plus clair.

Ajouter un membre à la famille représente un énorme défi. Nous rêvons tous de la famille harmonieuse, et en secret, nous espérons faire mieux que notre propre fratrie. On le sait, c’est un sujet sensible, parfois même douloureux. Alors évidemment, lorsque nous sommes confrontés au réel, il n’est pas évident d’accueillir nos émotions qui sont souvent ambivalentes.

La dualité est totale. On se sent toujours déchiré, et c’est bien normal. Vouloir offrir autant au petit dernier, mais se morfondre de ne plus arriver à donner ce que l’aîné avait déjà. Manque de temps, l’adaptation, la fatigue… Les parents souffrent généralement du syndrome de « l’équitabilité aigue ». Ils veulent donner autant et surtout être le plus juste possible. Ce serait sûrement cela la définition du bon parent : distribuer autant à chacun de nos enfants.

Des besoins différents

Or, les enfants, selon leur âge, leurs phases et leur tempérament, n’ont pas toujours les mêmes besoins. C’est clairement une piste de réflexion car donner équitablement ne signifie pas donner autant ou la même chose, au même moment.

Nous découvrons également que, malgré une éducation assez similaire, nos enfants ne réagissent pas de la même manière. ll est donc important de reconsidérer notre relation pour faciliter les rapports entre les membres de la famille et surtout, observer nos enfants; répondre à leurs besoins implique de répondre à ce dont l’enfant a (vraiment) besoin – et non à ce qu’on imagine de ses besoins. Rester à l’écoute demeure la meilleure stratégie pour diminuer notre culpabilité, et surtout pour nous donner confiance en notre compétence de parent.

De grandes attentes

Nous avons malheureusement beaucoup d’attentes en tant que parent. La fratrie est un sujet central et il engendre régulièrement des déceptions et de la frustration. Si les frères et soeurs s’entendent bien, nous recevons un peu cela comme une réussite de notre éducation. C’est extrêmement valorisé socialement : la famille heureuse qui s’entend, partage et s’aime. Nous attendons des aînés qu’ils prennent beaucoup sur eux car ce sont les grands, les raisonnables. Des petits nous voudrions qu’ils collaborent et qu’ils comprennent rapidement pour pouvoir vite interagir avec les plus grands et rencontrer l’harmonie, le but ultime, et ce, le plus tôt possible.

La famille est une micro société et il est normal de rencontrer des désaccords, des conflits. Cela fait aussi partie de l’apprentissage et du développement des enfants. Partager l’espace, le temps, les soins, l’attention, c’est un travail de longue haleine et plus nous sommes conscients des difficultés sans les nier, plus il sera facile d’accueillir les émotions de nos enfants, et les nôtres! Cela réveille en nous les souvenirs de notre enfance, de notre propre fratrie, notre place dans la famille, la gestion des conflits, certaines blessures, certains irritants ou des envies difficiles à atteindre.

Vivre des conflits

Avoir des conflits, vivre des conflits, c'est plus que normal! Nous avons la fâcheuse tendance à nous poser en arbitre entre les conflits de nos enfants puisque nous visons l’harmonie.

J’ai observé, à maintes reprises, que moins nous nous mêlons de leurs affaires et plus ils usent de stratégies et de compromis pour cohabiter et trouver un consensus. Chacun doit trouver sa place et définir ses affinités. Cela prend des essais... et de la patience. Beaucoup d’enjeux sont mis de l'avant par la fratrie; c’est un excellent terrain de jeu et d’apprentissage car les enfants sont confrontés aux besoins de communiquer (nommer leurs besoins, entre autres) et de flexibilité.

Nous sommes des guides et il est important de rester en périphérie avant d’intervenir trop rapidement. Il est important de faire confiance à nos enfants et aux valeurs que nous leurs transmettons chaque jour. 

Nous voudrions protéger nos enfants de la peine, de l’injustice ou des blessures, c’est notre noble mission et, dans l’enceinte de la famille, ils sont accompagnés. Nous pouvons nous ajuster et nous rajuster.

Derrière les disputes, il y a des besoins non comblés. S’il vous est possible de prendre du temps avec un enfant à la fois pour ramener l’équilibre, cela diminuera les crises lors des phases plus sensibles. Donner beaucoup d’amour à celui qui fait du trouble est aussi une manière de lui rappeler qu’il est aimé et qu’il a sa place parce qu’il finit par en douter. Permettre à chacun des enfants d’exprimer ses émotions, ses sentiments d’injustice et ses sensations augmentera sa confiance en vous, il ne se sentira donc plus menacé.

Avoir de l'espace

Pour que chacun puisse préserver son espace, il me semble nécessaire qu’il y ait des endroits, des jouets à chacun, qu’on peut garder pour soi. On peut aussi avoir des espaces et des jouets communs, qu’il est possible de partager lorsqu’on est d’humeur à le faire. Mais permettre aux enfants de se retirer dans leur espace propre les rassurera quand ils se sentiront envahis et un peu débordés par tout le remue-ménage alentour.

La fratrie est une aventure qui fluctue, alors même si certaines phases sont difficiles, il est possible de changer l’énergie pour repartir sur des bases plus saines. Prendre du recul demeure la stratégie gagnante.

Sources

Chloé Finiels
Accompagnement Émotionnel et Relationnel

Chloé Finiels, s’est tournée vers l’accompagnement émotionnel et relationnel en 2011. Ayant un profil neuro-atypique et étant hypersensible, elle s’est intéressée à offrir des ressources alternatives. Elle a fait un parcours académique universitaire et est diplômée depuis 2006 en psychologie clinique. Elle a étudié en biologie, psychologie et embryologie. Elle s’est faite connaître via les réseaux sociaux grâce à ses billets et chroniques sur les éducations alternatives, la normalisation des difficultés parentales, mais surtout sa vision très moderne de la parentalité : comprendre en profondeur nos émotions, ce qui les réactivent, nos déclencheurs et comment accepter nos fluctuations émotionnelles. Elle est chroniqueuse pour plusieurs médias, superviseure dans l’accompagnement relationnel et émotionnel et formatrice pour les familles et professionnels qui souhaitent comprendre la famille neuro-atypique, la parentalité créative. Elle est passionnée et se forme en continu dans divers domaines : la périnatalité, les éducations alternatives, les neuro-sciences, le deuil périnatal, la communication efficace, la neuro-psychologie, la neuro-biologie, la psychothérapie d'engagement et d'acceptation, l’endocrinologie.


Cette semaine
L'importance de dire « merci »!

Malgré les petits soucis de la vie, nous avons toutes plusieurs raisons d’être reconnaissantes. Ça tombe bien : il est prouvé que dire merci est un gage de bonne santé physique et relationnelle! 

5 bricolages pour l'Action de grâce

Voici quelques suggestions de bricolage qui pourraient servir à décorer la table le soir de l’Action de grâce.

Activités pour profiter pleinement de l'Action de grâce

Le long week-end de l’Action de grâce est arrivé et, avec lui, l’occasion de profiter à 100% de son petit nid familial  dans une ambiance de plaisir, de couleurs et surtout de détente. Voici comment vraiment profiter de ce congé bien mérité.  

Électricité : pour une maison à l’épreuve de bébé

Présenté par Hydro-Québec

On le sait, les bambins sont des êtres très curieux ! Ils découvrent le monde qui les entoure un peu plus chaque jour et, dès lors qu’ils apprennent à ramper, ils deviennent très difficiles à arrêter !