Famille

Les enfants et la monoparentalité

À l’âge de 8 ans, environ 3 enfants sur 10 ont déjà connu la monoparentalité.

Alors qu’en 1981, 10,9 % des enfants québécois de 5 à 9 ans vivaient avec un seul parent, cette proportion s’établissait à 14,9 % en 1991 et à 20,6 % en 2006. Ces données provenant d’une grande enquête de l’institut de la statistique du Québec permettent de connaître la proportion d’enfants ayant déjà connu la monoparentalité, l’événement qui a été à son origine et l’âge auquel ils en ont fait l’expérience. L’analyse porte ici sur le premier épisode de monoparentalité survenu dans les huit premières années de vie des enfants nés au Québec à la fin des années 1990.

À l’âge de 8 ans, environ 3 enfants sur 10 ont déjà connu la monoparentalité.

Selon les données de l’ÉLDEQ, à leur naissance, près de 8 % des enfants habitaient avec un seul parent, soit leur mère. Cette proportion passe à 12 % vers l’âge de 2 ½ ans (29 mois) et se situe à 16 % vers l’âge de 8 ans. Une proportion nettement plus élevée d’enfants ont toutefois déjà fait l’expérience de la monoparentalité à un moment ou l’autre. En effet, parmi les enfants québécois nés à la fin des années 1990, environ 17 % avaient déjà vécu avec un seul parent avant l’âge de 2 ½ ans et 31 % avant l’âge de 8 ans. L’âge médian des enfants au moment du premier épisode de vie en ménage monoparental se situait à 1 an et 11 mois.

Cet écart entre les portraits à différents âges donnés et celui qui est tiré de l’histoire familiale des enfants tient en grande partie au caractère généralement transitoire des épisodes de monoparentalité. Par exemple, parmi les enfants nés hors union, environ la moitié avaient vu un nouveau conjoint ou le père biologique joindre le foyer familial avant d’atteindre l’âge de 2 ½ ans.

Parmi les enfants qui avaient déjà vécu dans un ménage monoparental avant l’âge de 8 ans, près de la moitié (soit environ 15 % de tous les enfants) ont connu cet événement à la suite de la rupture de l’union libre de leurs parents.

Par comparaison, 26 % (soit environ 8 % de tous les enfants) ont expérimenté cette situation à la suite de la rupture du mariage de leurs parents et une proportion équivalente était née hors union. Un très faible pourcentage d’enfants a vécu dans un ménage monoparental en raison du décès de l’un des parents.

Parmi les enfants nés au Québec en 1997-1998, toutes proportions gardées, presque autant d’enfants sont nés dans le cadre d’un mariage que d’une union libre (44 % c. 48 %). Par contre, 35 % des enfants nés de parents en union libre comparativement à 15 % de ceux qui sont nés de parents mariés ont vu leurs parents se séparer avant l’âge de 8 ans. Les enfants issus d’un couple en union libre ont fait l’expérience de la monoparentalité à l’âge médian de 2 ans et 7 mois comparativement à 4 ans et 4 mois pour ce qui est des enfants nés d’un couple marié.

Les enfants québécois d’aujourd’hui sont nombreux à avoir déjà vécu au moins un épisode de monoparentalité : parmi les enfants nés au Québec à la fin des années 1990, environ 30 % sont nés d’un parent seul ou ont connu la séparation de leurs parents avant l’âge de 8 ans. Pour certains enfants, le premier épisode de monoparentalité ne constituera que l’une des étapes d’une trajectoire familiale marquée par de nombreux changements.

Consultez le bulletin d’octobre 2008 de l’Institut de la statistique du Québec, afin d'avoir les tableaux et toutes les données de l’étude.


Cette semaine
L’haptonomie, rencontrer bébé avant la naissance

L’haptonomie – développée par Frans Veldman, médecin néerlandais - est la « science de l’Affectivité ». 

Les 5 conseils d’une maman monoparentale

Monoparentales ou non, en couple, divorcées ou en familles recomposées, avec un enfant unique ou une tribu, je croise beaucoup de mamans qui se sentent seules. On tente de faire de notre mieux avec notre propre situation.

Une brosse à dents électrique ou manuelle pour mon enfant?

Tout d’abord, il est important de savoir que l’hygiène dentaire débute dès les premiers jours de la vie de votre enfant.

L’autisme invisible

Pour la majorité des gens, lorsqu’un autiste parle et s’exprime, c’est signe que tout va relativement bien et que la personne a très peu de défis.

Nos Concours

Pour simplifier l'organisation familiale!
Minimo motivation ludique

Gagnez les nouveaux outils de planification des repas

Gagnez un coffret de produits Attitude

Participez pour gagner l'ensemble familial pour les mains

Commentaires