Vie scolaire

En route vers la maternelle… Comment rester zen?

Bientôt c'est la maternelle pour votre petit Victor. Il est fier comme un paon de quitter le monde des poupons et d’aller rejoindre les grands.

Pendant que vous vous prélassez sous les chauds rayons du soleil, vous pensez aux quelques semaines qui vous séparent du jour J. Soudain, plusieurs questions surgissent… Et si Victor n’était pas tout à fait prêt pour la vie scolaire? A-t-il tout ce qu’il faut? Saura-t-il s’intégrer? Il est un peu timide. Il ne fait pas ses boucles. Il a peu d’amis dans le voisinage…

Pas de panique

Vous tentez de calmer votre mental… « Tout ira bien pour mon petit trésor. Après tout, Victor récite la comptine de l’alphabet aussi bien en français qu’en anglais, il compte jusqu’à 100, se débrouille merveilleusement bien avec l’ordinateur; il imprime seul ses coloriages… Il est extraordinaire mon p’tit Vic!» Puis cette belle certitude s’estompe graduellement. Vous repensez au dernier weekend au chalet avec les enfants de vos cousins. Victor a fait tout un plat pour avoir le premier hot-dog, il a refusé de partager ses pelles et il a détruit le château de sable de la petite Lili. Et voilà qu’il vous réclame en hurlant, une fois de plus: « Ma-Maaan, j’ai terminé à la toilette, viens essuyer mes foufounes…» Il n’en fallait pas plus pour être complètement submergé par une vague de doutes.

D’accord, c’est ici qu’on s’arrête un peu. Toutes ces questions sont légitimes. C’est bien de s’en préoccuper, mais pas de panique ! On inspire. On expire.

Nul besoin de mettre un terme aux vacances ni de se ruer chez un libraire pour acheter des cahiers d’exercices et des livres. Nul besoin non plus d’inviter tous les copains du quartier et de vous transformer en « G.O. » pour que votre enfant socialise le plus possible, ni de sortir les Smarties pour l’encourager à s’essuyer seul avant l’entrée scolaire.

En vérité…

Faisons le point.

Premièrement, il est vrai que l’autonomie, la maturité affective, la socialisation, les habiletés de communication et le langage, les apprentissages et les connaissances générales influencent fortement la préparation à l’école. (Le livre de Marie Charbonniaud : Préparer son enfant à l’école publié aux éditions Ste-Justine est un outil de référence intéressant).

Deuxièmement, il est juste d’affirmer que votre enfant aura besoin de compétences dans toutes les sphères de son développement, mais il est aussi important d’avoir en tête que dans les faits, bien peu d’enfants sont prêts dans tous les domaines quand ils entrent à l’école. Certains disent que « la maternelle, c’est l’école de l’école ». Votre trésor poursuit sa route avec son propre tempérament, son « petit sac à dos » de connaissances et d’expériences qu’il a acquis, à son rythme… et il continuera de le garnir au fil des jours.

Les enfants ont une soif naturelle d’apprendre. Profitez-en cet été pour nourrir sa curiosité lorsqu’il vous sollicite. Surcharger et imposer trop d’activités préparatoires à l’école peuvent avoir des conséquences chez votre petit comme une perte de plaisir face aux apprentissages et générer un stress élevé à long terme. Il est primordial de garder en tête qu’on apprend mieux dans le plaisir!

Une transition

Finalement, rappelez-vous que Victor n’est pas seul dans sa situation… Tous les enfants qui entrent à l’école, qu’ils aient ou non fréquenté un milieu de garde avant leur rentrée scolaire, auront à s’adapter à un nouvel environnement, à de nouvelles règles de vie et routines, à un nouveau groupe d’enfants et ils devront développer des liens avec leur enseignant et les adultes de l’école. Les milieux scolaires sont bien conscients de cette réalité. C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’ils organisent des journées de familiarisation à l’école, des rencontres avec les enseignants, qu’ils remettent du matériel pouvant soutenir cette transition (cahier à colorier, histoire sur une journée type au préscolaire, etc.).

On vous l’a dit, et vous vous en doutez, l’entrée à l’école est une transition importante dans la vie de votre petit. 

La gestion du stress

Tous ces changements vécus en même temps peuvent être difficiles et générer du stress chez votre enfant et chez vous aussi! Vous avez le droit d’être nerveux à l’aube de ce grand jour, mais vous avez aussi la responsabilité de ne pas faire porter votre charge émotive à votre petit. Les enfants sont très sensibles à vos états émotionnels.

Alors, comment ne pas mettre un stress supplémentaire sur les épaules de votre petit? D’abord, le fait d’en prendre conscience est un premier pas. La meilleure façon de ne pas transmettre votre angoisse à votre petit est de tenter de gérer votre propre niveau de stress. Plus facile à dire qu’à faire vous direz… mais c’est ESSENTIEL. Plusieurs moyens existent (activités physiques, méditation, etc.) mais aucune solution n’est universelle. Le yoga qui calme votre belle-sœur n’est peut-être pas pour vous… Il est de votre ressort de trouver ce qui vous fait du bien. Vous pouvez consulter ce site pour trouver des moyens concrets.

Des inquiétudes réelles?

Il est également intéressant de se pencher sur ce qui vous inquiète. Est-ce en lien avec vos propres souvenirs liés à votre première rentrée? Sachez que cela ne veut pas dire que votre enfant vivra cela de la même façon. Parlez-en à des gens de confiance (quand les oreilles de vos petits sont loin). Si vous arrivez difficilement à y voir clair, sachez que les psychoéducateurs sont des professionnels qui peuvent vous soutenir dans votre démarche.

Si vos inquiétudes sont en lien avec des difficultés réelles chez votre enfant (dues par exemple à un handicap, une allergie sévère, un trouble du langage, etc.) Il peut être pertinent de communiquer avec les professionnels de l’école (psychologues, psychoéducateurs, orthophonistes, etc.). Ces derniers pourront recueillir les informations et conseiller judicieusement l’équipe-école (l’enseignant, les éducateurs spécialisés, les éducateurs du service de garde, etc.) sur les interventions à privilégier. Plusieurs services de garde complètent un portrait de l’enfant qu’ils acheminent (avec l’autorisation des parents) au milieu scolaire. Cette pratique assure une certaine continuité entre la garderie et la maternelle. Veillez à ce que ces informations soient disponibles et n’hésitez pas à les mettre à jour.

Rappelez-vous : qui dit transition, dit changements. Et qui dit changements, dit adaptation. Et qui dit adaptation, dit temps…

Sur la route des vacances, profitez de ce temps et prenez le temps !

Enoya
Clinique pédiatrique

Enoya est une clinique pédiatrique privée qui offre des services professionnels de qualité en ergothérapie, physiothérapie, psychologie, neuropsychologie, nutrition, orthophonie, psychoéducation, travail social et éducation spécialisée. Les services s’adressent aux enfants âgés de 0 à 18 ans et à leurs parents résidant principalement dans les régions de Québec, Portneuf et Chaudière-Appalaches. Les professionnels œuvrant à la clinique Enoya ont à cœur d’offrir des services qui s’appuient sur le travail d’équipe en collaboration avec les différentes personnes qui interviennent auprès de l’enfant (ses parents, le personnel du milieu de garde ou de l’école, le médecin, les autres professionnels consultés, etc.). L’équipe étant formée de plusieurs cliniciens, ils ont la possibilité de travailler en multidisciplinarité et de conjuguer leurs expertises dans un but commun : aider l’enfant.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez 1 des 5 d?sinfectants pour les mains de Attitude.

Petits formats parfaits pour le sac ? dos.

Gardez bébé au chaud cet hiver grâce à Kokoala!

Profitez de l’hiver grâce à Kokoala.

Commentaires