Vacances

Thaïlande et sac à dos : une famille à l'aventure!

Mélanie et Éloi sont passionnés de voyage et avaient l'ardent désir de découvrir l'Asie avec leurs filles de 2 et 4 ans. Leur choix s'est arrêté sur la Thaïlande. Voici un survol de leur voyage.

La Thaïlande a représenté pour eux quatre semaines d'apprentissage et de découvertes qui habitent encore la famille. Récit de cette aventure, empreinte de plaisir, d'adaptation, de patience et d'ouverture, qui les a comblés!

Visiter un temple bouddhiste et voir sa fille de 2 ans demander de retourner voir Bouddha pour lui parler, ou encore observer sa fille de 4 ans ricaner et devenir complice d’un guide lors de la découverte de la jungle restent parmi les bons souvenirs que garde Mélanie de cette aventure thaïlandaise. Avide de voyages, notre couple de parents savait bien qu’un tel choix de destination demanderait un peu de travail, mais le jeu en valait la chandelle.

La préparation

Un voyage de quatre semaines à l'autre bout du monde ne s'organise pas en criant ciseau, encore moins avec deux jeunes enfants. Mais encore faut-il trouver l'équilibre entre la planification et la place à l’imprévu pour saisir les opportunités qui se présenteront sur place!

Nos voyageurs ont donc misé sur la planification avant le départ pour s'éviter de mauvaises surprises une fois à destination. Ils ont donc lu beaucoup sur le pays grâce à 2 guides de voyage et internet, et ont appris sur les régions et les lieux à voir à travers les récits d'autres voyageurs qui y sont allés. Ce débroussaillage initial leur a permis de se faire un itinéraire approximatif et une liste des endroits qu'ils souhaitaient voir. Parmi ces quatre semaines, une seule semaine n'était pas planifiée, pour pouvoir se permettre de saisir une opportunité une fois sur place.

Au menu : la ville, les contrées rurales, la jungle et la mer, de quoi combler parents et enfants!

Puis, comme ce voyage se voulait d'aventures, et avec peu de bagages, le défi de voyager léger devait aussi être relevé. Quel accomplissement ça a été de parvenir à partir avec seulement un grand sac à dos de voyage que les deux parents pourraient porter tour à tour, un sac à dos d'un jour et 2 porte-bébés souples, faciles à glisser dans les sacs à dos lorsqu’inutilisés! Inutile de vous dire que tout fut utilisé en cours de route, et que quelques brassées de lavage ont aussi été de mise. Mélanie confie aussi que sa plus jeune avait délaissé les couches quelques semaines avant le départ ce qui simplifiait grandement les choses (quoique les couches jetables sont faciles à trouver en Thaïlande). Par précaution, la maman prévoyante avait tout de même apporté une couche lavable pour les transports plus longs ou autres moments plus exigeants.

Plus de 16 millions de touristes ont visité la Thaïlande en 2010, un record de tous les temps. De plus, l’anglais est beaucoup parlé dans ce pays de plus de 65 millions d’habitants, ce qui facilite les échanges. La Thaïlande reste un pays abordable avec un taux de change alléchant, où l’on peut se loger confortablement pour 40 à 50 $ par nuit pendant la durée du séjour. L’accueil des enfants est vraiment chaleureux et sincère partout et on dit aussi que les communications avec les Thaïlandais, lorsqu’on voyage en famille, sont nombreuses et agréables.

Déplacements

Se rendre en Asie requiert une bonne dose de sommeil avant le départ puis de la patience et plus d'un tour dans son sac pour occuper les filles pour un trajet de 35 heures. La première escale à New York est ainsi devenue l’occasion d’aller visiter Times Square en taxi jaune avant de revenir à l’aéroport pour un long segment vers Tokyo. Durant cette escale de 4 heures, Aimée, 2 ans, apprend rapidement à dire « Again! » pour que sa nouvelle copine refasse encore et encore les jeux qu'elle adore.

Comme le baluchon devait être léger, de petits sacs à surprises, des figurines, des jeux de cartes et quelques livres s'y sont retrouvés et des échanges ou de nouveaux achats ont été faits durant le mois en Thaïlande pour ainsi réussir à continuer de capter l'intérêt des enfants. Le voyage fut sans anicroche avec toutes ces bonnes idées, mais restait à rattraper un peu de sommeil.

Une fois sur place, nos deux parents-voyageurs ont choisi de faire les déplacements parfois en autobus, parfois en vélo, parfois en train et souvent en utilisant les transports en commun locaux. Les longs segments se sont faits en train, de nuit, pour profiter des couchettes pour dormir. À quelques occasions, le quatuor a aussi pu explorer en camionnette pour visiter des lieux un peu plus en retrait des centres urbains.

Parcours exotique, accessible et dépaysant

La famille a donc choisi de se dessiner un parcours qui lui permettrait de voir les diverses régions du pays, sans toutefois passer trop de temps en déplacement. L’avantage de se poser à une seule adresse pour quelques nuits permet aussi de profiter du voyage sans s’épuiser.

L’itinéraire planifié était donc :

  • Bangkok (vie urbaine) : 4 jours
  • Khao Sok (la jungle avec guide) : 5 jours
  • Koh Chang (la mer) : 1 semaine
  • Kanchanaburi (se mêler à la foule) : 4 jours
  • Ayuttaya (se mêler à la foule, suite...) : 3 jours
  • Chiang Mai (le nord) : 10 jours
  • Aux alentours de Paï (la montagne) : 3 jours

Il y en avait donc pour tous les goûts, et ce parcours permettait aussi de planifier des sites d’intérêts plus spécifiques aux enfants. Par exemple, Mélanie et Éloi avaient prévu un arrêt à l’aquarium plutôt qu’un énième temple ou site historique. Mais ils ont été surpris de constater que l’intérêt des enfants manquait dans un aquarium, car l’effet de nouveauté n’y était pas. Cet arrêt avait eu lieu quelques jours après l’arrivée et la découverte de sites beaucoup plus fascinants du point de vue des enfants. Bonne note a été prise de ce fait et les découvertes historiques et culturelles sont définitivement restées au programme par la suite.

Ce voyage a été rempli de coups de cœur, de grands et de petits moments et chaque région a laissé son empreinte de souvenirs, que ce soit la splendeur des temples bouddhistes ou ces jours dans la jungle accompagnés d’un guide qui adorait la compagnie des enfants.

On y mange quoi?

Melanie confie que même avant de partir, elle se préparait à l'éventualité que les enfants ne mangeraient probablement pas selon les recommandations du guide alimentaire pendant ce mois en Thaïlande. Au menu : beaucoup de fruits et de yogourt à boire, du riz collant, et... de la prudence! L'eau embouteillée a été de mise tout au long du parcours et les plats en sauce ont été évités. Mais les enfants se sont régalés de plats moins épicés lorsque disponibles, et les parents s’en sont donnés à cœur joie côté culinaire, souvent en explorant les marchés locaux.

Bons coups

 


  • La simplicité : dans le choix des lieux à voir ou en faisant des activités comme louer des vélos pour une journée, choisir de visiter moins de lieux pour pouvoir prendre le temps de bien les découvrir et d’aller au rythme des enfants.

  • Partir avec 2 porte-bébés : toujours parfaits pour soulager les petits pieds épuisés de marcher, faire la sieste et moins encombrants qu’une poussette. Aussitôt que les porte-bébés n’étaient pas nécessaires, ils trouvaient leur place dans le sac à dos de jour qui était de toutes les aventures.

  • Avoir toujours sous la main ce qu'il fallait pour occuper les enfants (figurines, papiers, crayons, livres d'activités, jeux de cartes...)

  • Planifier, mais pas trop : avoir prévu et réservé beaucoup de choses à l'avance, malgré le fait qu'en Thaïlande, à cette période de l'année ça n'aurait pas été nécessaire. Cette bonne planification a, presque à tout coup, permis d'éviter les mauvaises surprises, les déplacements inutiles avec deux petites filles fatiguées et le stress chez les adultes.


  •  

 

 

Mauvais coups

 

 


  • Une semaine à la mer : malgré l’anticipation d’une belle semaine de repos à la plage, cette semaine n’a pas été aussi agréable que prévu. La météo n’était pas favorable, la marée était basse, les lieux très touristiques et la famille ne se sentait plus tellement en Thaïlande dans cette station balnéaire.


  •  

 

Conclusion

Le referaient-ils? Comme bien d’autres parents voyageurs qui souhaitent transmettre cette passion aux enfants, la réponse est : certainement. Sans aucune hésitation. Mais cela n’empêche pas d’entendre dans l’entourage la question fréquente : « Pourquoi ne pas attendre que les filles soient plus vieilles? Elles ne s’en souviendront même pas. » La réponse de Mélanie et Éloi est bien simple : « Parce qu'on est voyageurs, qu'on veut continuer de voir le monde, que cet intérêt nous définit et que partager cette passion avec nos enfants peut se faire à 2 ans comme à 12 ans. » Mélanie confie également que ce voyage habite encore les enfants, aujourd’hui âgées de 4 et 6 ans. Elles ont su apprendre à être conscientes de la différence, curieuses d’une langue nouvelle, et que c’étaient elles qui étaient les étrangères là-bas. Cette ouverture à la différence et cette curiosité de connaître l’autre restent très présentes au quotidien. Parions que le petit dernier du couple, né depuis, aura aussi la piqûre des voyages bientôt.

Geneviève V-Boulanger

Passionnée par les voyages, c’est petit à petit qu’elle découvre le monde, avec le projet de visiter 50 pays pour ses 50 ans. Grande curieuse, elle prend toujours plaisir à engager la conversation avec les gens des endroits qu’elle découvre, mais aussi à envoyer des cartes postales à sa famille pour partager ses découvertes. La piqûre des voyages lui vient de sa plus tendre enfance, alors qu’elle a passé 2 ans en Allemagne avec sa famille, et qu’elle a eu l’occasion de découvrir l’Europe. De cette passion est né son objectif de partager son amour du monde avec ses 2 fils. Geneviève nous partage anecdotes et conseils de voyage pour nous donner la piqûre à nous aussi!


Cette semaine
L’hypersensibilité : comment s’en sortir ?

Et si l’hypersensibilité était une force ? Empathie, compassion et créativité sont plus de l’ordre de la ressource que de la faiblesse. Il s’agit juste d’une question de dosage et d’équilibre. 

Trucs pour les faire jouer dehors

Il fait beau et chaud, mais malgré tout, certains enfants refusent encore de sortir jouer à l'extérieur. Voici quelques trucs pour qu'ils mettent le nez dehors plus que quelques minutes.

Un été sans piscine ni air climatisé

C'est la canicule? On n’a pas tous l’opportunité de sauter dans une piscine mais on peut quand même se rafraîchir ! Voici quelques idées pour avoir un peu moins chaud quand le mercure monte.

Profitez de moments en couple pendant les vacances familiales   

Qui dit vacances estivales dit beaucoup de temps en famille! Aussi plaisant soit-il, ce temps en famille peut rapidement devenir un tue-l’amour si on ne prend pas le temps de se retrouver en tête-à-tête avec son partenaire.

Commentaires