Santé

Les douleurs vulvaires – la vulvodynie

L’origine de la vulvodynie est multiple, mais cette maladie bien réelle affecte presque une femme sur sept. Que peut-on faire si on en est atteinte?

Qu’est-ce que c’est?

Le terme vulvodynie signifie littéralement « douleur de la vulve », et il ne s'agit absolument pas d'un problème imaginaire. En plus de provoquer des symptômes physiques, la vulvodynie peut influer sur plusieurs autres aspects de la vie. Souvent, elle limite les expériences sexuelles des femmes touchées et nuit à leurs relations.

En réalité, la vulvodynie est un symptôme qui peut être causé par plusieurs problèmes différents. Les femmes qui en souffrent la décrivent souvent comme une sensation de brûlure ou des douleurs lancinantes dans l'ensemble de la région vulvaire. La vulvodynie est étroitement liée à une affection appelée vestibulite vulvaire, laquelle est caractérisée par des sensations douloureuses près de l'ouverture du vagin.

Fréquence

On a récemment découvert que le nombre de femmes souffrant de vulvodynie — un trouble caractérisé par des douleurs vulvo-vaginales qui sont parfois chroniques et incapacitantes — était considérablement sous-estimé. Selon une nouvelle étude menée au Brigham and Women's Hospital de Boston, environ 16 % des femmes sondées âgées de 18 à 64 ans avaient déjà éprouvé de la douleur vulvaire chronique pendant au moins trois mois.

« Jusqu'à récemment, on considérait toutes les douleurs génitales comme un phénomène psychosexuel », a affirmé la Dre Elizabeth Gunther Stewart, directrice du service vulvo-vaginal au Harvard Vanguard Medical Associates de Boston. « Peu de recherches ont été effectuées sur les affections vulvaires, et les facultés de médecine et les écoles d'infirmières offrent une instruction minimale sur les problèmes vulvo-vaginaux. »

Souffrir en silence

Douleurs aiguës et sensations de brûlure dans la région vaginale — voilà un sujet que peu de femmes sont prêtes à aborder librement. Il semble aussi que beaucoup de femmes atteintes de vulvodynie souffrent en silence ou fassent l'objet de diagnostics inexacts.

Selon l'étude en question, 40 % des femmes ont décidé de ne pas rechercher de l'aide pour combattre leurs douleurs vulvaires, et 60 % de celles qui voulaient se faire soigner ont consulté trois médecins ou plus avant de recevoir un diagnostic exact.

La vulve est la partie externe des organes génitaux féminins. Elle se compose des lèvres internes et externes, du clitoris et de la partie externe du vagin. Les femmes aux prises avec la vulvodynie souffrent de douleurs dans la région génitale.

« D'habitude, les femmes arrivent chez leur médecin se plaignant de sensations de brûlure et de picotement sans qu'il y ait des signes d'infection ou de maladie vaginale », a expliqué la Dre Karen Berkley, professeure des neurosciences à l'Université de la Floride à Tallahassee.

Chez plusieurs femmes, les épisodes de vulvodynie durent plusieurs mois, et la douleur peut être constante ou sporadique. Dans certains cas, les tissus ont l'air enflés, mais le plus souvent ils maintiennent une apparence normale. Des activités comme marcher, s'asseoir et faire de l'exercice ont tendance à aggraver la douleur.

« D'autres femmes ne se plaignent pas de douleurs spontanées, mais souffrent beaucoup lors des relations sexuelles, a dit la Dre Stewart. Souvent, les femmes se plaignent d'une infection à levures qui ne veut pas disparaître ou bien de symptômes urinaires, mais leurs cultures s'avèrent négatives. »

La cause

La cause de la vulvodynie demeure inconnue, mais certaines femmes atteintes ont des antécédents d'infections à levures récurrentes et de sévices sexuels. La vulvodynie n'est pas causée par les relations sexuelles et n'est pas transmise par les contacts physiques.

Selon des recherches en provenance de l'Université du Michigan à Ann Arbor, les femmes atteintes de vulvodynie pourraient être particulièrement sensibles à la douleur dans d'autres parties du corps.

Cette étude dirigée par la Dre Jutta Gieseke, monitrice au Chronic Pain and Fatigue Research Center du Michigan, a permis de constater que certaines femmes présentent une sensibilité accrue aux douleurs causées par la pression dans les régions périphériques du corps, dont le tibia, le pouce et le deltoïde (grand muscle triangulaire qui couvre l'articulation de l'épaule et dont la fonction consiste à lever le bras dans le sens latéral). Cette trouvaille laisse entendre que la vulvodynie implique vraisemblablement des nerfs de la région vaginale et d'autres parties du corps qui sont particulièrement sensibles.

« Les femmes atteintes de vulvodynie sont plus susceptibles de souffrir d'autres syndromes douloureux. Les quelques études menées jusqu'à présent laissent entendre que la vulvodynie survient couramment chez des personnes souffrant d'endométriose, du syndrome du colon irritable et de fibromyalgie », a indiqué la Dre Berkley. Mais d'autres études sont nécessaires pour confirmer ce lien.

Le traitement

À l'heure actuelle, le traitement de la vulvodynie repose sur l'allégement des symptômes. Les options comprennent les antidépresseurs, le biofeedback, la lidocaïne (un anesthésique), les crèmes topiques (hormones ou stéroïdes de faible dose) et les bains de siège. Le traitement doit être adapté à chaque patiente parce qu'aucune panacée n'a encore été découverte.

Source : La Dre Jennifer Wider, Society for Women’s Health Research. Affiché initialement le 18 août 2004.

Femmesensante.ca

Cet article est fourni par les spécialistes de la santé des femmes du Women’s College Hospital. Pour en savoir plus sur la santé des femmes, consultez : Femmesensante.ca. © 2000-2013 Women's College Hospital.


Cette semaine
Apprendre à faire de la bicyclette

Vous imaginez votre main qui lâche le siège de son vélo au ralenti et qui l’envoie vers… une chute certaine? Mais non, vous l’envoyez vers plus de liberté… c’est un grand jour!

TDAH – Survivre aux examens de fin d’année

La période des examens, ce moment juste avant les grandes vacances, où tous n’ont qu’une chose en tête : être à l’extérieur. Étudier, faire de son mieux et rester contré dans un local surchauffé, c’est évident pour personne.

Rester motivé, jusqu’à la fin de l’année scolaire

Les vélos n’attendent qu’à être enfourchés et l’appel du parc est criant. Les vacances d’été se dessinent à l’horizon, mais avant d’y arriver, il faut survivre aux examens de fin d’année. Comment rester motivé, alors que tout invite au jeu?

Dire adieu au primaire

Dans la vie, chaque changement majeur s’accompagne d’un deuil : deuil de sa vie de célibataire, deuil de ses anciens collègues, deuil de sa maison… Votre enfant aussi peut vivre un deuil à la rentrée.

Nos Concours

Gagnez la gamme complète de soins pour bébé de Klorane

Participez pour gagner une gamme de soins pour bébé