Santé

Être trop propre nuit à la santé

Un excès d'hygiène dans l'enfance fragilise la santé à l'âge adulte, selon une nouvelle étude américaine.

Les parents qui laissent leurs enfants se salir leur rendent peut-être service en les protégeant contre certaines maladies, notamment cardiaques, une fois adultes, selon une étude américaine publiée mercredi.

«Nos recherches laissent penser que des environnements ultra-propres, ultra-hygiéniques dans l'enfance peuvent augmenter le risque d'inflammation à l'âge adulte, ce qui à son tour augmente le risque de contracter un grand nombre de maladies», notamment cardiovasculaires, souligne Thomas McDade, principal auteur de l'étude. Son équipe de chercheurs de la Northwestern University à Chicago (Illinois, nord), a voulu mieux comprendre dans quelle mesure l'environnement des enfants affecte la production de protéine C-réactive (ou CRP), qui augmente en cas d'inflammation, c'est-à-dire lorsque le corps réagit à une infection ou une blessure.

Les chercheurs ont pour cela étudié les données d'une étude menée aux Philippines sur les enfants de 3.327 femmes, nés au cours des années 1980, de leur naissance à 22 ans.

Les enfants ont été surveillés tous les deux mois pendant les deux premières années de leur vie, puis tous les quatre à cinq ans par la suite. L'hygiène faisait partie des éléments contrôlés (notamment pour savoir s'ils cohabitaient avec des animaux domestiques, comme des porcs ou des chiens), au côté des revenus des parents.

Or des échantillons de sang ont mis en évidence le fait que ces enfants philippins avaient plus souffert de maladies infectieuses que les petits Américains. En revanche, une fois devenus de jeunes adultes, leur sang présentait une concentration de CRP beaucoup plus faible que celui des Américains du même âge, tendant à montrer qu'ils souffraient moins d'inflammations.

La concentration moyenne de CRP était de 0,2 mg par litre de sang chez les Philippins contre 1 à 1,5 mg chez les Américains.

«Aux États-Unis, nous avons tendance à penser que nous devons protéger à tout prix les bébés et les enfants contre les microbes et les pathogènes», note Thomas McDade. «Mais nous privons peut-être leurs fonctions immunitaires d'apports extérieurs importants qui sont nécessaires pour guider le développement de ces fonctions jusqu'à l'âge adulte», selon lui.

«Notre étude tend à montrer que sans ces apports, les inflammations présentent plus de risques d'être insuffisamment régulées», selon lui.

Source

Agence France-Presse (AFP)


Cette semaine
Les mots de Passe-Partout : pour apprendre en s’amusant

Cette émission jeunesse a marqué plus d’une génération, nous sommes nombreux à avoir grandi en compagnie de Passe-Montagne, Passe-Carreau et Passe-Partout.

20 cabanes à sucre familiales

Puisque le goût de l’érable coule dans nos veines, allons s’en pourlécher les babines encore cette année! Voici des suggestions de cabanes à sucre dans toutes les régions du Québec.

Le RQAP : plus flexible que jamais

Présenté par le Gouvernement du Québec.

Saviez-vous que le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) vous permet de concilier encore plus facilement vos responsabilités familiales et professionnelles? 
 

Sarah-Jeanne Labrosse raffole de ces produits pour bébé

Dans un monde où la peau délicate des tout-petits demande une attention particulière, les soins Mustela émergent comme un phare de confiance offrant des produits qui évoquent la tendresse et le réconfort d’un câlin.