Santé

Mortalité à Sainte-Justine

L'hôpital Sainte-Justine de Montréal se fait rassurant à la suite d'un reportage de Radio-Canada sur une éclosion de pseudomonas qui a provoqué la mort de quatre poupons en 2004 et 2005.

La direction de l'Hôpital Sainte-Justine de Montréal a tenu à rassurer la population à la suite d'un reportage de Radio-Canada le vendredi 27 avril 2007 sur une éclosion de pseudomonas qui a provoqué la mort de quatre poupons en 2004 et 2005. Selon elle, une forme de manipulation de l'information recueillie a trompé le public.

Le directeur général de l'Hôpital Sainte-Justine, Khiem Dao, s'est déclaré déçu et même indigné par le reportage. Dans ce document-choc, on apprenait que six bébés prématurés placés dans l'unité de néonatalogie étaient décédés en 2004 et 2005 après avoir contracté la bactérie Pseudomonas transmise par le réseau d'eau de l'établissement.

« Nous sommes en présence d'un dossier, habilement construit, il est vrai, où toute l'information acquise au fil des mois a été savamment montée, orchestrée, modulée, façonnée et assemblée afin de prouver une thèse déjà totalement décidée d'avance », s'est plaint M. Dao. Alors que le reportage parlait de six décès provoqués par l'infection dans l'unité de néonatalogie, il n'y en aurait eu que quatre, selon l'hôpital, qui affirme avoir plusieurs fois précisé ce détail en cours d'enquête. Dans les deux autres cas, « il a été statué que le pseudomonas avait pu contribuer au décès sans en être la cause déterminante », a défendu la docteure Isabelle Amyot, directrice des services professionnels de l'hôpital.

L'infection a en tout touché une cinquantaine de nouveau-nés parmi les 4000 accueillis par l'unité de néonatalogie durant cette période.

L'hôpital Sainte-Justine a jugé qu'il était préférable de parler aux parents une fois l'enquête complètement terminée. « L'ensemble de ces raisons nous a peut-être amenés à trop tarder avant de boucler la boucle avec tous les parents dont les enfants avaient été infectés », a convenu Mme Amyot.

Quant à la communication de ce problème à la population, la direction de Sainte-Justine dit ne pas avoir voulu alerter les citoyens inutilement. « Nous n'étions pas ici devant un enjeu qui pouvait avoir un impact sur la santé de la population, a dit Mme Amyot. Il y a un délicat équilibre à maintenir entre l'information du public et le fait de l'inquiéter continuellement. »

Le CHU de Sainte-Justine tient à préciser que la situation décrite dans le reportage de Radio-Canada est terminée et qu'aucun cas n'a été recensé depuis un an. Le dernier cas répertorié remonte à avril 2006. L'unité de néonatalogie a été déménagée en décembre 2005 afin de procéder à des travaux de rénovation, qui seront terminés en 2008. Puisque la source de la contamination a été identifiée comme étant la plomberie de l'hôpital, construit il y a 50 ans, les drains et la tuyauterie seront complètement remplacés dans l'unité.

Source : La Presse, Radio-Canada, 30 avril 2007


Cette semaine
Les mots de Passe-Partout : pour apprendre en s’amusant

Cette émission jeunesse a marqué plus d’une génération, nous sommes nombreux à avoir grandi en compagnie de Passe-Montagne, Passe-Carreau et Passe-Partout.

20 cabanes à sucre familiales

Puisque le goût de l’érable coule dans nos veines, allons s’en pourlécher les babines encore cette année! Voici des suggestions de cabanes à sucre dans toutes les régions du Québec.

Le RQAP : plus flexible que jamais

Présenté par le Gouvernement du Québec.

Saviez-vous que le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) vous permet de concilier encore plus facilement vos responsabilités familiales et professionnelles? 
 

Sarah-Jeanne Labrosse raffole de ces produits pour bébé

Dans un monde où la peau délicate des tout-petits demande une attention particulière, les soins Mustela émergent comme un phare de confiance offrant des produits qui évoquent la tendresse et le réconfort d’un câlin.