Livres/CD/DVD

Les effets positifs des livres pour enfants

On sait déjà que les livres pour enfants aident à l’acquisition du langage et du vocabulaire. Ce qu’on sous-estime, en revanche, c’est à quel point une histoire peut influencer positivement l’enfant.

En effet, l’influence des livres pour enfant est grande, et va bien au-delà de l’acquisition du langage ou du développement de l’intelligence, même si ces aspects ne sont pas à dédaigner. Par le biais de l’identification, les récits et les histoires influencent aussi certains sentiments, comme l’empathie.

Intelligence émotive

Chez l’enfant qui est en train de forger sa propre personnalité, les contes participent donc à un ensemble de développements internes. Qui pense « intelligence » pense à priori à l’intelligence logique, mathématique et verbale : mais on sait aujourd’hui qu’il existe plusieurs autres formes d’intelligence, comme l’intelligence intrapersonnelle – c’est-à-dire la capacité de percevoir ce qu’on ressent et de l’expliquer – et l’intelligence interpersonnelle – qui est la manière de percevoir l’autre et la façon dont on réagit aux interactions sociales. Plus englobant, on parlera souvent de « l’intelligence émotive », et c’est sur celle-ci que le pouvoir du récit agit, en aidant l’enfant à développer sa capacité d’altruisme et d’empathie. Dès lors, l’enfant devient plus confiant et plus ouvert.

Comment cela est-il possible?

Même si les émotions de certains personnages de contes sont parfois complexes (la jalousie, la haine), la trame narrative permet à l’enfant de les reconnaître et de les identifier. Il tente alors de comprendre ce que les personnages ressentent, et pourquoi ils vivent de tels tiraillements. Il s’habitue peu à peu à ces émotions, et développe alors des réflexes qui lui permettront de mieux les gérer, lorsqu’il y sera lui-même confronté dans la vraie vie. Bien entendu, tout n’est pas rose dans les contes – en particulier dans les contes classiques, comme le petit Chaperon rouge ou Hansel et Gretel. Mais, contrairement à certaines émissions de télévision qui banalisent la violence, celle illustrée dans ces récits interpellera intensément l’enfant, ce qui l’aidera dans sa construction de la représentation du monde. Ces histoires permettent donc à l’enfant d’entendre et de voir une multitude d’expériences de vie : il est alors exposé de manière symbolique à des situations agréables, mais aussi à des situations difficiles. Il est dès lors mieux outillé pour affronter les aléas de la vie.

Outiller pour bien grandir

On conseille de commencer à lire des histoires, même des histoires avec une trame narrative un peu plus complexe, le plus tôt possible. Bien sûr, les plus jeunes ne comprendront pas toutes les subtilités du récit, mais si vous lisez avec passion, en faisant des voix, en jouant les émotions des personnages, ils arriveront à bien les ressentir, eux aussi.

On a découvert que les enfants à qui on avait lu beaucoup d’histoires avaient, une fois adultes, développé un monde intérieur et un imaginaire extrêmement fort. En plus d’aider à l’école, ces histoires permettront à l’enfant d’aborder les problèmes et les situations conflictuelles avec créativité : devant les embuches, l’enfant sera en mesure d’imaginer plusieurs solutions et d’en choisir une, puisque ses réflexes seront bien entraînés. On remarque aussi que les enfants à qui on a lu des contes sont plus empathiques et ont une plus grande capacité à comprendre et écouter les autres. Ils arrivent aussi à mieux verbaliser leurs émotions. Altruistes, ils deviennent de meilleures personnes.

Écran vs livre

Mais une histoire demeure une histoire, pas vrai? Qu’elle soit écoutée ou regardée sur un écran, est-ce que ça change vraiment quelque chose? Eh bien, oui. Effectivement, la lecture, contrairement à la télévision, force l’enfant à imaginer : dès lors, il développe beaucoup mieux sa capacité d’imagination. Sur un écran de télévision, tous les éléments de l’histoire sont fournis. Regarder un film est en effet une activité passive. En revanche, avec un livre, l’enfant passe de simple spectateur à acteur, et les émotions s’impriment plus profondément en lui. On peut en conclure que les bénéfices sont par le fait même plus importants.

Lecture inspirante

Psychanalyse des contes de fées, Bruno Bettelheim, Pocket, ISBN 9782266095785, 17,50 $

Image de Marie-Eve Bourassa

Autrice, scénariste, rédactrice et chroniqueuse.


Cette semaine
Ménage de votre garde-robe

Vos tiroirs ont peine à ouvrir et votre penderie est sens dessus dessous, c’est le temps d’affronter ce chaos une fois pour toutes et de faire le grand ménage. Mais par où commencer?

Donner le bain à bébé

Le bain permet bien sûr de laver votre bébé, mais c'est aussi un super moment de détente, de plaisir et de complicité.

10 points positifs d'être parents d'un enfant unique

Avoir un enfant unique a longtemps été perçu négativement, et encore aujourd’hui. Pourtant, les enfants uniques sont de plus en plus nombreux alors que la carrière et le désir de liberté prennent de plus en plus d’importance dans la vie des parents.

Stimuler le cerveau des enfants

Le cerveau se transforme à mesure qu’on apprend et a besoin d’une belle variété d’activités pour se développer de manière équilibrée. Voici les meilleures activités à proposer à notre enfant.

Nos Concours

Gagnez une carte-cadeau chez Little Yogi

Participez pour gagner 100$ chez Little Yogi

Gagnez La Trousse Masque Hyaluronic2 de IDC+

Participez pour gagner une trousse de produits pour femmes

Commentaires