Loisirs

Les enfants et la course à pied font-ils bon ménage?

Mamanpourlavie.com s'est entretenu avec un enseignant en éducation physique au primaire, Sylvain Chagnon, pour faire le point sur ce populaire sport d'endurance.

Courir intelligemment

À priori, la course à pied serait un exercice tout à fait convenable pour les enfants, affirme Sylvain. « Il faut faire confiance au corps humain, explique-t-il. Le squelette, le coeur et la musculature des enfants sont tout à fait capables de les supporter. Courir est une activité que les humains font depuis toujours, et elle nous vient très naturellement. » Pratiquée de manière sécuritaire, après des étirements adéquats et avec le bon équipement, elle n'aurait pas d'impact négatif connu sur la croissance ou la santé des petits.

Pour ceux qui désireraient initier leur enfant à la course à pied, Sylvain suggère de débuter avec un entraînement très progressif qui débute par la marche, où on intégrera en alternance de petites séquences de course de 30 secondes, puis d'une minute et ainsi de suite.

De plus, les objectifs de distance devraient être adaptés à l'âge de l'enfant ainsi qu'à ses capacités. « C'est évidemment du cas par cas, dit-il, mais personnellement, je limiterais la distance à environ 1 à 3 kilomètres pour les enfants de 5 à 7 ans et à 5 km pour les 7 à 12 ans. À l'adolescence, ils sont généralement en mesure de décider d'eux-mêmes la distance qu'ils aiment parcourir et leur corps est assez développé pour la course d'endurance. Je pense entre autres au défi Pierre Lavoie, où j'ai vu des ados de 14-15 ans parcourir la distance entre Montréal et Québec. C'est impressionnant! »

Conseils de pro

Afin de pratiquer la course de manière sécuritaire, Sylvain recommande de s'assurer que l'enfant soit bien hydraté. « Il faut boire suffisamment d'eau avant de commencer l'entraînement ainsi que quelques bonnes gorgées, environ toutes les dix minutes, pendant celui-ci. »

Il suggère aussi de manger une petite collation avant de s'activer, mais déconseille l'utilisation de produits pour coureurs de type boissons énergétiques et sachets de sucre. « C'est du marketing, tout ça! », lance-t-il. De plus, pour protéger ses articulations, une paire de bons souliers de course en excellent état s'impose.

Comme pour les adultes, il est d'ailleurs préférable de courir sur une surface plus molle que l'asphalte, si possible, afin de minimiser le risque de blessures causées par les chocs répétés.

Les endorphines chez l'enfant

Fait intéressant, il s'avère que les enfants ne sécrètent pas d'endorphines comme le font les adultes. L'activité physique, pour eux, est plus instinctive et ludique qu'axée sur la performance ou le désir de modifier son apparence, explique Sylvain. Ainsi, la course pourrait ne pas être le sport le plus stimulant, ni le plus gratifiant, pour les plus jeunes.

« Tout dépend de l'enfant, bien entendu, affirme-t-il. Il faut l'écouter et l'encourager dans une activité physique qui le stimule et le garde intéressé. Parce que ce 'rush' d'endorphines, ressenti par maman ou papa au retour d'une longue course, n'est pas ressenti par l'enfant. » Les petits seraient ainsi plus enclins à aimer pratiquer des sports d'équipe, la gymnastique ou les activités de type camp de jour, par exemple, où ils passeront du sprint à l'hébertisme puis à la nage au cours d'une même journée.

En conclusion, la course à pied avec les petits, c'est un oui ou un non?

C'est un oui, s'ils aiment la pratiquer et qu'on ajuste l'entraînement en fonction de leur âge. « L'important, affirme Sylvain, quand on veut initier un enfant à quelque activité physique que ce soit, c'est de l'écouter. » En lui permettant de pratiquer une activité qui lui plaît, le stimule et le divertit, on lui assure une relation positive avec le sport qui durera toute sa vie. 

Après tout, n'est-ce pas là l'objectif de tout parent?


Cette semaine
L’intégration graduelle à la garderie

Non, vous n’êtes pas coupable de l’avoir laissé trop tôt ou trop vite au service de garde, car l’intégration tardive et « en crescendo » n’est pas une panacée.

Changer d’école : 5 conseils pour aider votre enfant à s’adapter

Que ce changement soit causé par un récent déménagement ou encore par l’arrivée au secondaire, changer d’école peut être un bouleversement dans la vie de votre enfant. 

Les différentes positions pour accoucher

On voit souvent la femme accoucher sur le dos, les pieds dans les étriers. Mais ce n’est pas la seule position qui existe et, surtout, ce n’est peut-être pas la plus favorable!

Activités parascolaires : oui ou non?

Les bienfaits des cours parascolaires sont nombreux. Mais peut-il y avoir une limite? Un moment où on doit dire « non » à ces activités?