Grossesse/Maternité

L’Alcool et la maternité en questions

On le sait, la grossesse, bien que merveilleuse, s’accompagne de plusieurs petits désagréments, dont celui de devoir mettre une croix temporairement sur les sushis, les tartares, les fromages à pâte molle… et l’alcool, un sujet qui déclenche souvent bien des passions!

Si certaines femmes refusent catégoriquement de boire tout au long de leur grossesse et évitent même les recettes qui contiennent de l’alcool, certaines se permettent de tremper leurs lèvres dans le verre de leur conjoint à l’occasion ou de boire de petites quantités de temps à autre. On a donc décidé de mener notre enquête, en collaboration avec Éduc’alcool, et de sonder notre communauté afin de récolter des avis sur la question. Ainsi, au cours des derniers mois, on a lancé des vox pop sur nos réseaux sociaux et on a récolté bon nombre de commentaires, dont on vous présente ici le résumé. Vous retrouvez-vous dans ces opinions?

Selon vous, les femmes enceintes doivent-elles réduire leur consommation d’alcool, cesser complètement de boire ou ne rien changer à leurs habitudes?

  • Rébecca Boudreau, sur FB, nous dit : « 9 mois dans une vie, c’est rien pour une maman, mais tellement tout pour ce petit être en fabrication #tolerance0. »
  • Steph Schmitt De Tomi, sur FB, nous dit : « 9 mois représentent 1 % du temps de votre vie. Rien à dire de plus... »
  • Émilie Dion, sur FB, nous dit : « Zéro alcool! 9 mois de privation, c’est rien pour le bien-être de mon bébé! Avoir un enfant, ça signifie, à plusieurs égards, de faire des sacrifices. Et ça commence lors de la grossesse. »
  • Audrey Cholette Gélinas, sur FB, nous dit : « Pour avoir deux enfants en parfaite santé, durant ma première grossesse j'ai pris un verre que j'ai siroté toute la soirée aux Fêtes, et il m'arrivait de prendre une gorgée (je dirais plus un trempage de babines) quand j'étais avec mes amies et qu'elles prenaient des cocktails. À ma deuxième grossesse, il m'est arrivé par deux fois de prendre un verre (cocktail) aussi. On s'entend que je n'ai pas abusé et mes verres étaient tous des cocktails dans lesquels je mettais à peine de l'alcool et que je remplissais de boisson gazeuse/jus. On s'entend que je n'ai pas abusé avec l'alcool. Je sais que ce n'est pas conseillé, mais je crois qu'il suffit de bien doser la chose et de ne pas faire d'abus. »

La réponse d’Éduc’alcool : La recherche ne permet pas de déterminer un seuil minimal de consommation entièrement sécuritaire pour le développement du futur bébé même s’il n’y a pas de preuve formelle que prendre un verre à l’occasion ait un effet nocif sur le fœtus. Par ailleurs, les risques d’avortements spontanés, de malformations, de retard de croissance et de déficience mentale augmentent avec la quantité d’alcool ingérée par la mère lors d’une même occasion et avec la fréquence de sa consommation. La communauté scientifique estime qu’éviter de consommer de l’alcool demeure le choix le plus sûr. Enfin, vous pouvez toujours consulter votre médecin pour discuter de votre consommation ou pour obtenir de l’aide si vous en avez besoin.

On dit que des millions de femmes ont pris un petit verre d’alcool à l’occasion durant leur grossesse et que ça n’a pas eu de conséquences. Qu’en pensez-vous?

  • Agnieszka Koza, sur FB, nous dit : « C’est vrai, mais d’autres ont eu de graves conséquences. Est-ce que la nouvelle maman responsable mettrait de l'alcool dans le biberon du nouveau-né??? Alors pourquoi en prend-elle enceinte? C'est pareil!!! »
  • Mélanie Boulet, sur FB, nous dit : « Juste non. Je suis d'accord que c'est jouer avec le feu. C'est juste neuf mois. »
  • Gégé Haill, sur FB, nous dit : « C'est clairement jouer avec le feu. Chacun ses choix, sauf que dans cette situation, c'est quelqu'un qui n'a rien demandé et qui en paiera les conséquences si conséquences il doit y avoir. »
  • Maryse Lahaie, sur FB, nous dit : « Moi, vous allez rire, mais pendant ma grossesse, le vin me faisait le même effet que des toasts à l’ail. Si quelqu’un prenait du vin autour de moi, je trouvais qu’il puait autant que s’il avait mangé de l’ail. Si je prenais une seule gorgée de vin, la sensation passait. Alors, je n’ai pris que des gorgées une fois de temps en temps, car nous ne sommes pas de grands buveurs. »

Réponse d’Éduc’alcool : En consommant une quantité d’alcool relativement importante et de manière fréquente, les femmes enceintes s’exposent à donner naissance à des enfants présentant certains problèmes spécifiques. On désigne parfois ces problèmes sous le vocable « ensemble des troubles causés par l’alcoolisation fœtale ». Ils peuvent se présenter sous la forme d’un retard de croissance, d’un déficit intellectuel, de malformations cardiaques, d’une tête anormalement petite ou d’autres anomalies faciales et du squelette. Une consommation excessive occasionnelle comporte aussi certains dangers similaires. 

Si on a pris un verre occasionnellement durant la grossesse, est-ce que c’est très grave pour l’enfant à naître et faut-il s’en inquiéter?

  • Isabelle L’Heureux, en répondant à notre bulletin-info, nous dit : « Je ne crois pas qu’il faut faire sentir coupables les mamans qui l’ont fait, et il n’est jamais trop tard pour bien faire. Si elles sont inquiètes, je leur conseillerais d’en parler à leur médecin. »
  • Jessica Demers, en répondant à notre bulletin week-end, nous dit : « Moi, je ne savais pas que j’étais enceinte jusqu'à mon deuxième trimestre et j’ai consommé de l’alcool. L’inquiétude m’a rongée jusqu’à la naissance de mon fils. Heureusement, il est en santé, mais je ne prendrais pas de chance pour une autre grossesse. »
  • Joanie Simard, en répondant à notre bulletin grossesse, nous dit : « Je crois que ça dépend du contexte, mais si tu n’es pas capable d’arrêter de consommer pendant 9 mois, peut-être que tu as un problème de toxicomanie et que tu devrais en parler avec ton médecin. #sansjugements »
  • Sylvana Deramo, en répondant à notre bulletin grossesse, nous dit : « Moi, je dirais fais confiance à ton jugement et, surtout, si c’est déjà fait, tu ne devrais pas trop t’inquiéter et te stresser, car ça risque seulement d’empirer la situation. »

La réponse d’Éduc’alcool : Non. Les risques d’atteinte au fœtus diminuent de beaucoup quand la consommation se limite à un verre à l’occasion. L’effet toxique de l’alcool est proportionnel à la quantité ingérée et à la fréquence de consommation. C’est pourquoi nous croyons qu’éviter de consommer tout au long de la grossesse demeure le choix le plus sûr. Par ailleurs, l’alcool n’est jamais le seul facteur intervenant dans le développement du bébé. La santé des parents, leurs antécédents, leur style de vie, l’alimentation de la mère, les polluants extérieurs, l’usage du tabac et de drogues durant la grossesse ainsi que les conditions socioéconomiques influencent le cours des choses.

Il est parfois admis que les femmes enceintes sont tannées de se faire dire quoi faire. Pensez-vous que ça doit nous empêcher de leur donner des conseils?

  • Jessica Jodoin, sur notre page FB, nous dit : « Y'a moyen de passer de l'information sans que ça passe pour des conseils fatigants et intrusifs. »
  • Sophie Stassinopoulos, sur notre page FB, nous dit : « Tu peux donner des conseils en prenant exemple sur ton expérience personnelle ou en envoyant discrètement de la documentation électronique. »
  • Stephanie Pellerin, sur notre page FB, nous dit : « Moi, quand ça touche la santé des bébés, je n’ai jamais peur de froisser qui que ce soit. »

Les conseils de Maman pour la vie : Lorsqu’on parle de la santé de la mère et du bébé, on ne devrait pas s’empêcher de donner des commentaires constructifs. 

D’après vous, que doit-on dire à une femme enceinte qui boit de l’alcool durant sa grossesse?

  • Marie-Hélène Vigeant, sur notre page FB, nous dit : « Eh bien moi, croyez-le ou non, je me faisais achaler intense pendant mes grossesses parce que je refusais de boire... À ma première, j'ai pris 1 gorgée de mousseux pour fêter mes 35 ans et je me sentais jugée... On me disait : ''Y'a rien qui prouve qu'en prendre un peu c'est mauvais pour le bébé.'' Peut-être, mais y'a rien qui dit que c'est bon non plus, alors... »
  • Christine Cricri Harvey-Cléroux, sur notre page FB, nous dit : « Vivre et laisser vivre. Il y a une différence entre prendre un verre pour une occasion et virer une brosse. En passant, vous êtes aussi censées arrêter de conduire au troisième trimestre selon les recommandations... »
  • Angele Mekkelholt, sur notre page FB, nous dit : « Moi, je lui dirais : "As-tu déjà essayé les cocktails et vins sans alcool? Depuis que je les ai découverts chez Mère Hélène et à la SAQ, j'en ai en réserve tout le temps et c’est ce que je prends. Tu en veux un verre?"
  • Alicia Ouellet, sur notre page FB, nous dit : « Modération... tant qu'elle boit un ou deux verres une fois par semaine (genre) y'a aucun risque. Tant que la mère n'est pas alcoolique et qu'elle ne fait pas de grosses dérapes... le bébé ne risque rien. Tant que ce n'est pas régulier... même encore... certaines Françaises boivent un verre de vin à chaque repas même enceintes et les bébés sont bin corrects. Faut pas virer sur le top non plus... c'est l'excès qu'il faut éviter. »

Conseils de Maman pour la vie : Avec délicatesse, on peut toujours proposer à la mère d’essayer des cocktails ou des bières sans alcool. On retrouve près de 160 recettes de mocktails sur le site de Alternalcool.com. Si l'on sent un manque d'ouverture, on peut toujours essayer d’envoyer de l’information par courriel ou par messager. 

Selon vous, à quel stade de la grossesse la consommation d’alcool est-elle la plus nocive pour l’enfant à naître?

  • Alizee_lil, sur notre page Instagram, nous dit : « Les premières semaines sont très importantes. »
  • Han_gi_, sur notre page Instagram, nous dit : « On ne le sait pas vraiment, c’est pour ça que c’est déconseillé pour toute la grossesse. »
  • Julie Dumouin, en répondant à notre bulletin-info, nous dit : « Le premier trimestre est vraiment plus à risque, mais c’est pas mal déconseillé pour toute la grossesse. »
  • Sophie Lafrenière, en répondant à notre bulletin week-end, nous dit : « Le premier trimestre selon moi, mais faut pas virer fou. »

Réponse d’Éduc’alcool : L’alcool est une substance toxique qui passe rapidement du sang de la mère à celui du bébé. Les organes du fœtus étant en plein développement, ils sont particulièrement vulnérables à tout produit toxique, surtout pendant les trois premiers mois de la grossesse. La femme qui désire concevoir un enfant a tout intérêt à modifier ses habitudes de vie dès qu’elle envisage de devenir enceinte (réduire sa consommation d’alcool, éviter toute autre substance toxique, surveiller son alimentation, etc.).

Trouvez-vous qu’en général, la société aide les femmes enceintes à cesser de boire de l’alcool durant la grossesse ou plutôt qu’elle les incite à boire?

  • Kharen Trebla, sur notre page FB, nous dit : « Je ne crois pas que ce soit le rôle de la société de gérer les individus. »
  • Stefania, en répondant à notre bulletin grossesse, nous dit : « Moi je trouve qu’il y a beaucoup d’information à ce sujet qui circule, alors je dirais que la société aide. »
  • Cinthia Pelletier, en répondant à notre bulletin grossesse, nous dit : « Dans le cabinet du médecin, c’est placardé d’images qui démontrent les méfaits de l’alcoolisme fœtal, alors oui, je trouve que la société passe les messages qu’il faut. »
  • Jessica Demers, en répondant à notre bulletin grossesse, nous dit : « À ma première grossesse, en 2002, je vous dirais qu’il n’y avait pas autant d’informations et d’options qu'à ma deuxième grossesse en 2014. »

Réponse de Maman pour la vie : Aujourd’hui, on considère que beaucoup d’informations et de campagnes de sensibilisation existent à ce sujet. 

Faut-il cesser complètement de boire de l’alcool si l'on allaite son enfant?

  • Vanessa Bonato, en répondant à notre bulletin-info, nous dit : « Perso, moi, je n’ai pas consommé, mais je crois que ce n’est pas totalement interdit? »
  • Camille St-Aman, en répondant à notre bulletin week-end, nous dit : « Il y a toute une marche à suivre... moi je trouvais ça trop compliqué, alors je n’ai tout simplement pas consommé. »
  • Laurence Desrosiers, en répondant à notre bulletin grossesse, nous dit : « J’aime trop le bon vin, alors après m’être privée durant 9 mois, j’ai pompé mon lait et j’ai bu du vin durant mon allaitement. »
  • Mélanie Dallaire, en répondant à notre bulletin grossesse, nous dit : « Je ne sais pas trop quoi répondre à cette question... Pour moi, c’était facile puisque je ne bois pas, mais ma soeur a bu en allaitant et je n’ai pas senti de gros malaise, car elle avait l’air de savoir ce qu’elle faisait. Il y avait toute une méthode de pompage avant et après! »

Réponse d’Éduc’alcool : Toute femme qui allaite doit penser à son bien-être et à celui de son nourrisson. Une alimentation équilibrée et du repos s’imposent. De plus, elle doit éviter de consommer de l’alcool lors de l’allaitement, car l’enfant absorbera de l’alcool pendant son repas. Les femmes qui allaitent peuvent se permettre de boire modérément à l’occasion (pas plus de deux verres) en laissant s’écouler le temps nécessaire entre la consommation et la tétée ; il faut compter près de deux heures pour éliminer un verre d’alcool. Celles qui optent pour l’allaitement mixte pourront tirer du lait à l’avance et remplacer la tétée suivant la consommation par un biberon.

Comment réagissez-vous quand vous voyez une femme enceinte consommer de l’alcool?

  • Annie Lemieux, sur notre page FB, nous dit : « Vivre et laisser vivre. »
  • MH Mel, sur notre page FB, nous dit : « Très irresponsable, ce n'est qu'une boisson et ce n'est pas essentiel. »
  • Sylvie Bernard, en répondant sur notre page FB, nous dit : « Je la juge et j’ai un gros malaise, mais je ne fais rien. »
  • Jessica Demers, en répondant à notre bulletin-info, nous dit : « C’est sa vie, alors je ne dirais rien, mais je ne pourrais pas m’empêcher d’avoir de la peine pour le petit bébé. »

Conseils de Maman pour la vie : Toujours sans jugement, on peut toujours donner son opinion en parlant au « Je ». 

Les conjoints ont-ils un mot à dire sur la décision de leur femme enceinte de consommer ou non de l’alcool?

  • Marie-Eve Couture, sur notre page FB, nous dit : « Comme une femme enceinte devrait s'abstenir d'alcool, je pense que le papa devrait l'aider. C'est-à-dire ne pas insister pour qu'elle en prenne si lui ou ses amis en prennent en sa présence, et lui rappeler que ce n'est pas une bonne idée si elle était tentée d'en prendre. »
  • Solange Lecas, sur notre page FB, nous dit : « C'est évident!!!!! Un papa doit protéger son enfant! »
  • Marie Cormier, sur notre page FB, nous dit : « Oui, mais personnellement, enceinte, tu n'es pas censée boire -.- »
  • Catherine Poirier, en répondant à notre bulletin-info, nous dit : « Honnêtement, un enfant, ça se fait à deux, et si la conjointe a du mal à arrêter, peut-être que le conjoint pourrait s’engager à arrêter lui aussi? »

Conseils de Maman pour la vie : C’est toujours bien pour une femme enceinte d’avoir l’avis de son conjoint ou de sa conjointe. Tout en essayant de se mettre dans la peau de l’autre, il est important que les deux parents aient droit à leurs opinions. 

Croyez-vous qu’une femme doive cesser de boire de l’alcool à partir du moment où elle est en situation de tomber enceinte ou seulement à partir du moment où elle le devient?

  • Allison Elyana Maréchal, sur notre page FB, nous dit : « À partir du moment où j'ai appris mes grossesses, c'était zéro alcool. Pour ma deuxième grossesse, c'était différent, car nous étions en PMA, donc dès le premier jour du protocole je n'ai plus pris une goutte d'alcool. »
  • Carole-Ann Paul, sur notre page FB, nous dit : « En théorie, par contre, c'est mieux de slacker l'alcool quand on essaie de tomber enceinte parce que ça joue sur les hormones et la fertilité. Mais tsé... Y'a des gens qui font tout à la lettre et pour qui ça va prendre 4 ans à pogner. »
  • Audrée Samson, sur notre page FB, nous dit : « Moi, j’ai arrêté de boire lorsque nous avons commencé à nous essayer! »

Réponse d’Éduc’alcool : Il n’est jamais trop tard pour assurer un développement optimal du fœtus en diminuant votre consommation d’alcool ou, mieux encore, en évitant de consommer si vous voulez faire un choix encore plus sûr. Alors, si vous avez pris un verre ou deux à l’occasion, vous n’avez nullement à vous inquiéter. Mais si vous avez l’habitude de consommer plus de quatre verres par occasion ou si vous avez des inquiétudes, il serait préférable d’en parler à votre médecin.

Que pensez-vous de l’affirmation selon laquelle la décision d’une femme de boire ou non de l’alcool est une affaire personnelle qui ne regarde qu’elle et personne d’autre?

  • Valiris Lefebvre, sur notre page FB, nous dit : « Si elle est en couple, c'est en couple que ça se décide, mais sachant les risques, pourquoi boire enceinte????? »
  • Madison Simone, en répondant à notre bulletin grossesse, nous dit : « Je crois que le corps de la femme lui appartient, mais justement, on parle de la vie d’un autre être, pas seulement de la sienne, même si c’est une question difficile. »


Bref, les avis sont multiples et les opinions divergent d'une personne à l'autre, mais comme être bien informé est toujours la clé de décisions sages et posées, n'hésitez pas à aller faire un petit tour sur le site d'Éduc'alcool pour plus d'informations. Psst! Vous trouverez aussi de savoureuses recettes de cocktails sans alcool sur le site de Alternalcool.com pour vous gâter sans avoir à vous inquiéter!

Éduc'alcool

Éduc’alcool est un organisme indépendant et sans but lucratif. Il regroupe des institutions parapubliques, des associations de l’industrie des boissons alcooliques et des personnes provenant de divers milieux (santé publique, universités, journalisme) qui, conscients de leur mission sociale, mettent sur pied des programmes de prévention, d’éducation et d’information pour aider jeunes et adultes à prendre des décisions responsables et éclairées face à la consommation de l’alcool. Le slogan d’Éduc’alcool résume bien son engagement sociétal : La modération a bien meilleur goût. Suivez Éduc'alcool sur Facebook, Instagram et Twitter

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.


Cette semaine
Patiner en sentier : une activité familiale mémorable

Le patin à glace et probablement le ski sont les sports hivernaux que pratiquent le plus les Québécois. Voici quelques suggestions de sentiers de glace tout près de Montréal. 

Mac & cheese au chou-fleur, un bol de réconfort!

Après une longue journée à jouer dans la neige, quoi de plus réconfortant qu’un bon bol de macaroni au fromage? Cette recette, présentée par le mouvement j’aime les fruits et légumes, contient une bonne portion de légumes et les enfants n’y verront que du feu!  

10 traîneaux pour profiter de l'hiver

Glisser avec les enfants peut être bien différent selon le traîneau que vous choisissez. Que vous soyez prudent ou téméraire, voici quelques modèles pour tous les goûts.

Les meilleures activités de janvier 2021

Attachons nos tuques et nos mitaines; c’est le temps de jouer dehors en famille! On vous a préparé un cocktail d’activités hivernales extérieures pour les plus courageux et intérieures pour les plus frileux. 

Nos Concours

Gagnez 1 camion Monster Jam de LEGO

Participez pour gagner un des deux nouveaux produits LEGO

Gagnez une carte-cadeau Boutique À Ton Tour

Participez pour gagner une des deux carte-cadeaux de 25$

Commentaires

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Suivez-nous
Facebook Twitter Pinterest Instagram Youtube

La carie dentaire de la petite enfance

7153 vues / 0 commentaire