Enfant

Votre enfant a-t-il de mauvaises fréquentations?

Votre enfant a grandi et il est maintenant capable de choisir ses propres amitiés. Trouvez-vous déstabilisant de réaliser qu’il ne fait pas toujours les choix que vous auriez faits à sa place?

Tous les enfants arrivent à un âge où ils commencent à se sentir assez confiants pour explorer le monde de l’amitié par eux-mêmes. Vous étiez probablement très émue et excitée de constater qu’il nommait de plus en plus de petits amis en revenant de l’école et qu’il semblait s’adapter encore plus facilement que vous l’auriez espéré.

Mais lorsque vous commencez à recevoir des notes de son professeur vous indiquant que votre petit trésor a dérangé les élèves en classe ou qu’il n’écoute plus les consignes et passe son temps à ricaner, vous avez naturellement tendance à vous inquiéter de l’influence négative de ces nouveaux amis que vous ne connaissez pas.

Comment ça se passe?

Les enfants d’âge scolaire et les adolescents ont tendance à beaucoup s’identifier à leurs pairs. En effet, ils veulent ressembler aux autres et se fondre dans la masse. Selon Solène Bourque, psychoéducatrice, plusieurs sont donc influençables et cela les rend plus vulnérables à se laisser entraîner dans des situations inconfortables qu’ils ne souhaitaient pas vivre au départ, comme intimider ou rire d’autres enfants. Ils se retrouvent ainsi pris malgré eux dans le filet d’un enfant qui est un « leader » négatif et ils ne savent pas trop comment réagir et se sortir de cette situation.

Être à l’affût

Lorsque vous considérez que votre enfant entretient de mauvaises fréquentations, il est normal que cela vous alarme et que vous vous demandiez comment réagir. Madame Bourque conseille de rester informée et alerte aux fréquentations de vos enfants. C’est important de s’impliquer dans leur vie sociale à un certain niveau en les questionnant sur leurs nouveaux amis et en s’informant de ce qu’ils aiment faire ensemble afin d’être mieux outillée face aux éventuelles situations difficiles qui pourraient survenir.

Pourquoi ne pas inviter ses amis à la maison ou contacter les parents de ces enfants? Cela vous permettrait d’obtenir davantage d’informations sur eux et ainsi d’être plus en mesure d’intervenir sur des éléments concrets de leur amitié.

Comment réagir aux mauvaises fréquentations

En tant que parent, vous êtes le guide de votre enfant et il a besoin de votre présence et d’encadrement alors qu’il est en pleine découverte de son autonomie. Établissez des limites claires et lorsque vous jugez qu’une relation n’est pas positive pour lui, il est important que vous lui en parliez pour lui expliquer pourquoi vous avez des réticences face à cette amitié. Bien sûr, vous n’avez pas le contrôle sur le résultat et votre enfant peut décider de continuer à entretenir cette amitié sans que vous le sachiez, c’est pourquoi Solène Bourque recommande de lui expliquer vos questionnements, de lui dire honnêtement ce qui vous inquiète pour que vous puissiez trouver un terrain d’entente qui convienne à tous, par exemple en lui demandant de ne pas aller chez son ami, mais de lui permettre que lui vienne chez vous.

Gérer les changements de comportement

Madame Bourque rappelle que la communication est la clé du succès dans la relation parent-enfant et que vous devez établir clairement vos attentes et les conséquences si elles ne sont pas respectées. Votre enfant a besoin d’avoir des balises claires et d’apprendre à se responsabiliser vis-à-vis de ses faits et gestes. C’est le temps pour lui de comprendre qu’il devra assumer les conséquences des choix qu’il fait, à la maison comme dans la vie extérieure.

C’est important de garder en tête que plus votre lien avec votre enfant est solide, plus il vous fera confiance et vous confiera ses difficultés. C’est pourquoi il faut tenter, même si ce n’est pas toujours facile, de garder son calme lors de vos interventions et d’éviter d’avoir recours aux cris et aux menaces puisque ces types d’échanges non constructifs vont plutôt fragiliser le lien que vous entretenez. Si vous sentez que le lien s’effrite ou que vous craignez de perdre le contrôle de vos paroles et gestes, c’est peut-être le temps d’aller chercher du soutien.

Ressources pour les parents

Si l’amitié en question qui vous inquiète se passe à l’école, vous pouvez contacter le professeur de votre enfant qui pourra vous indiquer les différents services offerts par son école comme un éducateur spécialisé, un psychoéducateur ou un travailleur social. Ils pourront vous outiller afin que vous puissiez mieux intervenir.

Les CLSC offrent également l’accès aux services de travailleurs sociaux ou de psychoéducateurs qui peuvent soutenir la famille qui fait face à un enfant dont le comportement a changé. Des services en ligne sont aussi disponibles auprès d’organismes de soutien comme La Ligne Parents et Éducation Coup de Fil.

Il ne faut pas hésiter à aller chercher de l’aide puisqu’être un bon parent signifie aussi savoir reconnaître que nous avons parfois besoin d’un petit coup de main pour mieux guider notre enfant dans son apprentissage vers l’indépendance.

Image de Mariem Melainine

Maman de deux belles filles, Mariem Melainine est passionnée par la maternité et l'écriture. Au travers de ces articles, elle offre des conseils pratiques pour les futures et nouvelles mamans. 


Cette semaine
Maman tu es extraordinaire!

Chère nouvelle maman,

Tu es tout à fait normale. Relis la phrase précédente. Encore une fois. 
 

Dépistage de la dépression postpartum

Il serait important d'augmenter le dépistage de la dépression postpartum puisqu'il y a beaucoup de femmes qui ont besoin d’être identifiées et traitées.

Grossesse : Les 10 questions les plus posées au médecin

Félicitations, vous êtes enceinte! Vous vous posez une panoplie de questions pour vous assurer de vivre une belle grossesse. Voici un palmarès des 10 questions qui reviennent le plus souvent dans les cabinets du médecin.
 

Apprendre à lire l’heure sur une horloge analogique

Saviez-vous que, depuis déjà 4 000 ans, l’humanité utilise le système de l’horloge analogique pour organiser ses activités du quotidien?

Nos Concours

Gagnez 10 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Participez pour gagner 10 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Commentaires