Enfant

Les enfants boudeurs

Il y a des enfants qui boudent à rien. Ils boudent parce qu’ils ont perdu à un jeu, parce que ce n’est pas leur tour, parce qu’ils n’ont pas décidé! Qu’est-ce qu’on fait avec un petit boudeur?

Un enfant a en moyenne une de ces quatre réactions quand son parent fait quelque chose de "désagréable" ou qu’il n’obtient pas ce qu’on veut. Il peut l’accepter, négocier, faire une crise ou bouder. Pour certains enfants, cette quatrième solution est la réaction passe-partout et ils en font usage en toutes circonstances. Ils s’en servent quand ils n’ont pas ce qu’ils veulent, quand ils ont ce qu’ils veulent, mais que ce n’est pas aussi merveilleux qu’ils pensaient, quand on les fait attendre, quand on change de plan ou quand la température change. Si cette réaction est bien moins éprouvante qu’une crise en public, elle n’est pas moins désagréable à supporter.

Beaucoup de parents sont affectés par les bouderies des enfants parce qu’elles les obligent à se remettre en question, à chercher ce qu’ils ont fait de mal. D’ailleurs, pour certains enfants, la bouderie est une façon de punir le parent : « Tu ne m’as pas acheté le jouet alors je ne te parle plus! ». Parfois, les parents savent ce qui a donné lieu à la crise, mais d’autres fois, les enfants se tournent, bras croisés, avec une moue digne des pires selfies, pour aucune raison apparente.

Oui, mais ça marche!

Évidemment, à partir d’un certain âge et si le fait de bouder fonctionne chaque fois, il est possible que votre enfant s’en serve pour obtenir ce qu’il veut. N’importe qui en ferait autant. Il ne faut pas que la bouderie fonctionne chaque fois et serve à gâter votre enfant davantage.

Selon Marie-France Gyr, auteure du livre Arrête de bouder, « On ne doit surtout pas donner trop d’attention à l’enfant boudeur, sans toutefois être totalement indifférent. On lui montre d’abord qu’on veut lui parler, puis on le laisse tranquille; il reviendra de lui-même quand il sera lassé d’être coupé des autres. Sinon, l’enfant retire trop d’avantages de la bouderie pour y renoncer. Après tout, c’est plaisant d’être au centre de l’attention, d’être celui que tout le monde tente de faire parler! »

Pourquoi est-ce qu’il boude?

Est-ce qu’il essaie de manipuler chaque fois alors? C’est ce que certains croient, et ils suggèrent d’ignorer les boudeurs complètement, afin de ne pas céder à leur chantage. Pourtant, il est important de parler de ses frustrations et de lui expliquer les raisons qui vous poussent à agir de telle ou telle façon. Un boudeur est vraiment discret, et pour un parent qui n’est pas très friand de confrontation, il peut vite être relégué aux oubliettes et se consoler tout seul, sans jamais partager ces événements qui le frustrent et qui le rendent malheureux.

Peut-être aussi qu’il ne boude pas réellement et qu’il évite plutôt de parler pour d’autres raisons. Est-ce qu’il a peur de votre réaction s’il exprime sa colère et sa désapprobation? Si c’est le cas, il risque de vous cacher d’autres choses que vous aimeriez bien savoir. Est-ce qu’il veut simplement vous montrer qu’il est fâché sans insister pour voir si vous viendrez le chercher? Ces questions méritent d’être posées, et si la bouderie est un acte de confrontation, c’est celui qui favorise le moins la communication. Vous devrez éventuellement encourager votre enfant à exprimer ce qu’il ressent, si vous voulez que cela arrête.

Quelques trucs pour réduire les bouderies

D’abord, il faut éviter de bouder aussi, sauf si vous savez que ça le fera rire et qu’il sortira de son mutisme pour vous expliquer ce qui le tracasse. Votre meilleure alliée est la conversation. Quand votre enfant comprendra que le fait de vous parler est plus efficace que le fait de bouder, il prendra l’habitude de s’exprimer. Pour l’aider à arrêter, vous pouvez :

  • Tendre des perches de temps en temps.
  • Répondre calmement afin qu’il n’ait pas peur de dévoiler le fond de sa pensée.
  • Mettre des mots sur les sentiments qu’il ressent et lui dire qu’il a le droit d’être en colère ou triste.
  • Faire diversion en l’invitant à participer à une activité.
  • Expliquer votre décision et en dédramatiser les conséquences.
  • Lui faire remarquer quand il n’a pas boudé et le féliciter.

À la longue, votre enfant verra de moins en moins d’avantages à bouder et il ne vous restera que quelques photos très drôles de cette période de longs silences et de moues.

Image de Anne Costisella

Anne Costisella est diplômée en communication publique à l’Université Laval et maman de deux enfants. En plus d'être une rédactrice web d'expérience,  Anne est aussi l'auteure du blogue Techno Maman


Cette semaine
Trucs pour passer une journée horriblement parfaite

S’il y a une journée dans l’année que l’on souhaite être horrible, c’est bien le 31 octobre! Ne laissez rien au hasard et planifiez un Halloween cauchemardesque, grâce à nos monstrueux conseils!

Jeux d'Halloween

Cette année, l’Halloween sera un samedi et vous aurez plusieurs heures à tuer. Pour les aider à patienter un peu avant la cueillette, voici quelques jeux d’Halloween qui feront fureur à coup sûr!

13 idées de plats pour l’Halloween

Vous avez envie de rendre votre fin de semaine d’Halloween terrifiante jusque dans ses moindres détails? Voici 13 idées de mets d’horreur pour vous et vos enfants! Tout le monde sera ravi de ces délicieuses assiettes d'Halloween!

Bonbons à l’érable du Québec

Êtes-vous à la recherche d’une activité amusante à faire en famille pour souligner l’Halloween? L'Érable du Québec vous présente une délicieuse recette de bonbons. 

Nos Concours

Gagnez un produit Optique 1 de Boiron

Participez pour gagner le produit Optique 1 de Boiron

Gagnez 10 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Participez pour gagner 10 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Commentaires