Enfant

Les amours d'enfants

La plupart des enfants vivront au moins une « histoire d’amour » avant d’avoir atteint l’âge de la puberté. Et le vôtre? Il a déjà connu ses premières amours?

Voyons à travers ces quelques témoignages comme se vivent les amours enfantines chez les petits comme chez les plus grands enfants et comment les parents, les éducatrices et les enseignantes réagissent face à ces relations.

Le premier amour

Bien que certains tout-petits semblent créer un lien d’attachement plus intense entre eux, c’est habituellement entre 3 et 6 ans que les enfants vivront leurs premières amours enfantines. C’est une période d’identification importante où l’enfant veut tout faire comme ses parents, comme les adultes autour de lui, et cet aspect de leur vie n’y échappe pas. Les enfants sont entourés de personnes qui vivent et sont heureux à deux : leurs parents ou des proches la plupart du temps, et si ce n’est pas le cas, les personnages de films de princesses où l’histoire se termine à coup sûr par « Ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » jouent très bien ce rôle. Ils ont donc le goût de reproduire ce modèle de bonheur.

Jérémy et Adèle : des projets de vie!

Jérémy, 6 ans, dit fièrement à sa maman qu’Adèle sera sa femme plus tard, qu’ils achèteront une maison à côté de celle de maman et que ce sera elle qui fera leurs commissions et changera la couche de leurs bébés. Pour lui, c’est du sérieux. Si elle est parfois mal à l’aise quand Jérémy donne des bisous à Adèle – « Je les trouve trop jeunes pour cela », Karine trouve tout de même leur histoire d’amour adorable et est heureuse que son fils se confie à elle pour lui parler de sa petite « blonde » qu’il connaît depuis qu’il a un an.

Les amours chez les petits peuvent aussi répondre à un besoin de valorisation et de gratification. Se sentir important pour quelqu’un, recevoir des compliments, une attention particulière, des câlins et des bisous peut motiver un jeune enfant à avoir un amoureux ou une amoureuse. Pour d’autres, il semble vraiment y avoir un lien particulier qui se crée dès les premières rencontres. Quelque chose qu’on ne peut pas vraiment expliquer et qui fait que deux tout-petits deviennent presque inséparables.

Maxime et Ariane : Le « coup de foudre » de deux tout-petits

Maxime et Ariane de leur côté se sont connus à l'âge de 4 ou 5 mois alors que les mamans étaient copines. « Il y a rapidement eu un déclic entre ces deux-là, on aurait dit qu’ils étaient déjà faits pour s'entendre. » nous dit Marie-Claude, la maman de Maxime. Ils se sont vus régulièrement durant quelques années et les mamans pouvaient observer qu’ils recherchaient très souvent le contact et la proximité entre eux (se tenir la main, se donner des câlins), et ce, même s’ils étaient en compagnie d’autres enfants. « Maxime disait à tous qu’Ariane était sa blonde, il s’ennuyait d’elle et regardait sa photo avant d’aller faire dodo. C’était un amour enfantin, mais bien réel. »

Les réactions des parents

Si la majorité des parents trouvent les histoires d’amour de leurs enfants mignonnes, certains sont toutefois mal à l’aise face à cette réalité. Car on se rend bien compte que les amours enfantines sont parfois moins anodines qu’on le pense. Notre petite de 7 ans qui ne parle que de son « amoureux » et qui dessine des cœurs autour de son nom. Notre jeune de 10 ans qui nous avoue avoir embrassé une copine dans la cour d’école. Tout cela nous amène à nous questionner sur l’importance que nous devons accorder à ces histoires et aux limites que nous devons imposer comme parent à nos enfants.

Il faut d’abord se rappeler qu’en ayant une attitude ouverte aux confidences de notre enfant, cela nous donnera davantage accès aux sentiments qu’il vit et à la réalité de sa vie de petit amoureux. Selon le cas, on pourra intervenir pour aborder les questions d’intimité et de respect, transmettre nos valeurs face à l’amour et dédramatiser les peines, qui sont elles aussi bien réelles et intenses, malheureusement.

On ne l’a pas vu grandir!

France et Patrick nous racontent que leur fille de douze ans a eu un petit amoureux alors qu’ils étaient en camping l’an dernier. Les parents des deux jeunes blaguaient beaucoup sur le sujet, disant parfois qu’ils allaient les marier, mais ne s’imaginaient pas que les enfants avaient pu s’embrasser. « Ça arrive dans les autres familles ces choses-là, pas dans la nôtre! », rajoute France. Jusqu’au jour où à une remarque sur le sujet, le visage de leur fille a pris une coloration rouge, faisant réagir son papa Patrick plutôt fortement. Les parents venaient de réaliser que leur enfant n’était plus un « bébé ».

 

Vivre l’amour en garderie

Caroline Marchand est éducatrice en CPE avec des enfants de 4 ans. De petits couples se sont formés au cours de la dernière année dans son groupe. Des petits duos qui choisissaient ensemble leur atelier, qui se tenaient par la main durant la causerie, allant même parfois jusqu’à des baisers et des câlins. Cela rendait l’éducatrice mal à l’aise, d’autant plus que les commentaires de certains — « Si tu n’es pas là demain, ce sera Mathieu mon amoureux » — rendaient d’autres enfants tristes. Elle a donc fait une mise au point avec son groupe : « Dans le local, on est tous des amis, il n’y a plus d’histoires d’amoureux. Je leur ai dit que notre cœur est comme un autobus scolaire. On peut avoir plusieurs personnes dans notre cœur sans être des amoureux. Et aussi que les bisous sur la bouche, c’était pour les grands ». Ce n’est pas toujours facile pour elle de garder ce cap. Elle se rend compte que plusieurs enfants s’identifient en effet à un modèle social de « vie à deux ». Mais les enfants comprennent assez bien lorsqu’elle intervient et revient sur le sujet avec eux.

Vivre l’amour à l’école

Martine Desautels a enseigné durant plusieurs années en 5e et 6e année du primaire. Elle nous dit que même si les histoires d’amour des élèves font partie de leur réalité depuis la maternelle, cela est tout de même plus courant chez les enfants de 10 à 12 ans. Et si les amours à cet âge n’ont pas la même signification que chez l’adulte, elle se doit tout de même, comme enseignante, de prendre ces amours d’enfants au sérieux.

À cet âge, les couples se forment d’abord pour se créer une identité ou pour faire comme les autres. C’est l’âge où l’influence des pairs et le regard qu’ils portent sur nous sont très importants. On a le goût de plaire, d’être populaire aussi. Et même si la majorité des relations sont souvent de courte durée, le sentiment amoureux est tout de même bien présent et souvent… bien intense!

La réaction de l’école et des enseignants face à tout cela? « La majorité des enseignants tolèrent les petits mots doux glissés sur le bureau de l’amoureux ou l’amoureuse et les petites marches dans la cour de l’école main dans la main. Cependant, la majorité des écoles se dotent d’un code de vie où les manifestations amoureuses sont interdites. La cour de récréation est l’endroit pour jouer, s’amuser et socialiser. La classe pour s’instruire. » nous dit Martine.

Les enseignants doivent aussi être attentifs aux peines et jalousies engendrées par les histoires d’amour et les ruptures qui s’en suivent. Cela a souvent un impact sur la vie scolaire et sociale de l’enfant. « L’enseignant doit donc être présent et à l’écoute de ses élèves pour les aider, les accompagner et leur donner des outils pour vivre toutes les expériences qui s’offrent à eux. » Ils ont aussi comme rôle de faire le pont avec les parents sur ce que vivent les enfants à l’école et les histoires d’amour enfantines n’y font pas exception.

Une communication essentielle pour nous aider comme parents à guider notre enfant le mieux possible dans ces nouvelles expériences hautes en émotions.

Solène Bourque
Psychoéducatrice

Solène Bourque est psychoéducatrice, auteure et enseignante en éducation spécialisée. Elle est également la fière maman de deux enfants de 11 et 13 ans. Depuis 2010, elle a publié huit ouvrages éducatifs pour parents et intervenants et signe aussi des articles pour différents magazines s’adressant aux parents.


Cette semaine
Chaudron de sorcière à croquer – Brownies d’Halloween

AVERTISSEMENT : Ce dessert festif risque d’attirer vampires, licornes et petits fantômes du quartier. Préparez-vous au pire! 

Des conseils pour une bonne santé dentaire à l'Halloween

Difficile pour les jeunes de résister à l’attrait des mille et une sucreries récoltées à l’Halloween. Il existe des conseils simples que les parents peuvent suivre pour permettre à leurs enfants de célébrer l’Halloween tout en veillant à la santé de leurs dents.

Fêter l'Halloween à la maison

Cette année, on fête Halloween à la maison avec un party Glow in the dark façon Fiesta mexicaine! Voici comment préparer tout ça. 
 

La peur et l'anxiété chez l'enfant

Plusieurs enfants vivent des peurs et des craintes, voire même des phobies, qui sont angoissantes et qui requièrent une bonne compréhension du phénomène.

Nos Concours

Gagnez 5 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Participez pour gagner 10 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Améliorez l'apprentissage de vos enfants grâce à Leap start 3D

Participez pour gagner le jeux Leap Start 3D d’une valeur de 60$

Commentaires