Enfant

11 façons d'aider votre enfant à gérer ses frustrations

Les colères d’enfant peuvent être très impressionnantes! En effet, apprendre à gérer ses sentiments et ses frustrations est tout un apprentissage, et voici quelques trucs pour aider votre enfant.

Donner l’exemple

La colère est un sentiment universel et, bien entendu, lorsqu’on est fatiguée, il arrive, même adulte, que l’on perde le contrôle sur nos gestes ou nos mots. Puisque vous êtes l’exemple numéro 1 de votre enfant, faites un effort particulier pour exprimer vos sentiments à voix haute, de façon civilisée et adulte. Partagez avec lui votre processus pour qu’il puisse suivre votre exemple : « Je suis en colère, cette situation me frustre, mais je vais commencer par me calmer. Je vais prendre le temps d’y réfléchir avant de t’en parler… »

Garder son calme

Lorsque l’enfant fait une crise, gardez votre calme. Bien entendu, cela s’avère parfois difficile : souvent, ces fameuses sautes d’humeur surviennent à des moments bien précis de la journée où il est fatigué, mais où vous l’êtes aussi. Puisqu’il est fortement conseillé de ne pas donner trop d’attention aux crises, conservez le plus possible votre calme : vaquez à vos occupations ou, si c’est trop difficile, changez de pièce. Souvenez-vous : plus vous haussez le ton, plus l’enfant aura tendance à hurler. Votre rôle est de faire tomber la tension, pas de la faire monter!

Aider votre enfant à mettre des mots sur ses sentiments

Tout au long de la petite enfance, alors que le langage verbal n’est pas complètement acquis, les enfants se rabattent sur le langage corporel. Tous ces cris et ces pleurs sont donc une façon, pour eux, de communiquer avec vous. Aidez-le à mettre des mots sur ce qu’il ressent. « Tu es en colère parce que ton frère a pris ton toutou. » « Tu es déçu parce que c’est l’heure d’aller au lit. » Ce tourbillon d’émotions est normal et sain, mais votre enfant a besoin de votre aide pour le comprendre. C’est en apprenant à identifier et à nommer les sources de ses frustrations que l’enfant arrivera, avec de l’entraînement, à mieux les identifier, à les voir venir, et, finalement, à les contrôler.

Prenez-le au sérieux

Il ne faut pas minimiser ses sentiments. Il est en colère pour une pacotille : soit, c’est un enfant! Aidez-le plutôt à comprendre qu’il n’est pas seul au monde et que de nombreuses personnes éprouvent des sentiments et des frustrations très proches des siens. Ensuite, parlez avec lui des manières acceptables de les exprimer.

Ne pas céder aux colères

D’accord, il faut le prendre au sérieux, mais ça ne veut pas dire d’approuver tout ce qu’il fait. Surtout s’il en vient aux coups qui sont, eux aussi, quelque chose de sérieux! En effet, bouleversé par ses propres émotions de colère, l’enfant aura parfois tendance à frapper ou à lancer des objets. Ces comportements sont inacceptables et vous devriez lui faire comprendre que, s’il persiste, il y aura des conséquences (retrait, punition, perte de privilège). Si vous laissez passer ces gestes, votre enfant recommencera, en se disant que, ainsi, il réussit à avoir ce qu’il veut.

Votre enfant doit apprendre à ne pas se laisser dominer par ses sentiments. En le laissant faire, vous pourriez l’encourager à croire qu’il peut parvenir à ses fins en éclatant en sanglots ou en pleurnichant. Au contraire : il faut montrer à votre enfant que ce n’est pas en piquant une colère qu’il obtiendra ce qu’il veut.

Ne pas vous soucier des regards extérieurs

Plus facile à dire qu’à faire, n’est-ce pas? Mais d’autant plus important que l’enfant, d’une intelligence redoutable, le comprend aussi très rapidement. Ainsi, s’il réalise que les colères à la maison ne sont plus tolérées, mais que, lorsqu’il y a des témoins, vous pliez plus facilement, les crises en public risquent de devenir monnaie courante! Qu’on se le dise : le bacon, on le préfère au supermarché, précisément dans l’allée des viandes, et non dans n’importe quelle boutique, à n’importe quel moment!

Résister aux colères de votre enfant, c’est lui faire un cadeau qui durera toute sa vie! En effet, on ne peut pas toujours être le centre du monde et tout avoir : il est beaucoup plus sain pour l’enfant de faire cet apprentissage au sein de sa famille, qu’à l’extérieur. Souvenez-vous : ces moments ne sont certes pas toujours faciles à vivre, mais, avec le temps et un peu d’aide, votre enfant devrait réussir à mieux gérer ses émotions de colère.

Enseignez-lui à se calmer

Vous pouvez ensuite lui montrer de simples trucs qui l’aideront à se calmer, ou du moins à se maîtriser, selon son âge. La relaxation, exercée de manière quotidienne, s’avère très bénéfique. Faites avec lui des exercices de respiration et de concentration. Les enfants plus vieux peuvent aussi mettre sur papier ce qu’ils ressentent, en dessin ou avec des mots. Le sport permet aussi à l’enfant de se défouler sainement.

S’aider de livres ou de personnages

Lorsque vous écoutez un film ou que vous lisez un livre, passez en revue avec votre enfant les émotions des différents personnages. Lorsqu’un personnage fait une crise, ou est en colère, cherchez, avec votre enfant, les raisons qui l’ont mené vers ce trop-plein d’émotions désagréables. Ensemble, tentez de trouver comment le personnage aurait pu se comporter.

Encourager les comportements positifs

Évidemment, n’oubliez pas d’encourager les comportements positifs! C’est bon pour lui, et c’est aussi tellement plus agréable pour vous.

Garder le contact après la crise

Une fois la crise terminée et que votre enfant s’est calmé, prenez le temps de faire un retour sur ce qui s’est passé. Avec le recul, il est parfois plus facile d’y voir plus clair et de trouver des solutions.

On prévient la crise

De petits gestes quotidiens peuvent nous aider à prévenir la crise.

  • Par exemple, assurez-vous que votre enfant a une bonne nuit de sommeil, en ne le couchant pas trop tard.
  • Traînez toujours quelques jouets sur vous, pour le désennuyer, lorsque vous faites les courses ou que vous êtes en visite.
  • Déplacez son attention : par exemple, à l’épicerie, il ne pourra pas prendre de bonbons, mais pourra choisir ses céréales.
  • Aussi, avant une sortie, prenez l’habitude d’expliquer à l’enfant ce qui l’attend et comment vous souhaitez qu’il se conduise.
Image de Marie-Eve Bourassa

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez un trousse complète d’apprentissage de OLO Fusion!

Participez pour gagner la trousse “La Futée” de OLO Fusion.

Commentaires