Planète F
Enfant

Quoi enseigner aux enfants de quatre ans?

« Enseigner » sonne un peu fort lorsqu’il est question d’enfants âgés de quatre ans. Au Québec, ils n’entrent pas à la maternelle avant une autre année. Il y en a pourtant qui amorcent leur scolarité à cet âge, notamment en Angleterre.

Pour les chercheurs, l’occasion est belle d’en apprendre plus sur le développement de ces jeunes élèves.

C’est ce qu’ont fait Courtenay Norbury et Debbie Gooch de la Royal Holloway de l’Université de Londres. Dans une étude publiée dans le Journal of Child Psychology and Psychiatry, elles se sont intéressées aux objectifs d’apprentissage des élèves de quatre à cinq ans en reception (soit la dernière année avant l’éducation obligatoire).

Sur The Conversation, elles expliquent pourquoi ce qu’on attend de ces enfants n’est pas approprié à leur âge, notamment aux plus jeunes d’entre eux. Ce qui influence le plus leur réussite? Petit indice : ce n’est pas l’âge.

Passer à côté de la cible

Dès l’âge de quatre ans, nombre d’enfants anglais sont évalués sur leur développement à partir d’objectifs pensés pour les moins de cinq ans. Ces cibles d’apprentissage se comptent au nombre de 12 dont la compréhension, la santé et les soins personnels, l’écriture et les chiffres.

Ceux qui progressent tel qu’escompté sont jugés avoir un « bon niveau de développement », mais ce n’est pas toujours facile pour les plus jeunes, nés au printemps ou à l’été. Il existe un écart de réussite de 22 % entre les plus vieux et les plus jeunes d’une même année scolaire, selon des données gouvernementales.

S’en tenir à cette statistique ne serait que survoler le problème. En fait, près de la moitié des enfants en reception n’atteignent pas un « bon niveau de développement ». Selon des estimations nationales, ils ne sont que 52 % à réussir. Les chercheuses ont effectué leur propre échantillonnage et elles arrivent à un résultat similaire de 57 %.

« Si la moitié des enfants du pays n’arrivent pas à atteindre les cibles, nous soutenons qu’elles sont peut-être erronées. » – The Conversation

En regardant plus loin que l’âge des élèves, les chercheuses ont découvert que moins de 5 % des enfants avec de faibles aptitudes de langage avaient atteint un « bon niveau de développement ». S’appuyant aussi sur d’autres recherches, elles croient que l’expression orale est le facteur prédisant le mieux la progression des enfants par rapport aux objectifs de développement.

L’expression orale plus importante que l’âge

Des objectifs d’apprentissage adaptés au développement des enfants influenceraient bien plus leur réussite que l’âge de leur entrée à l’école. C’est le cas de l’expression orale qui est à la base de la littératie. Le vocabulaire d’un enfant et ses aptitudes de grammaire et de narration d’histoires sont déterminants pour son progrès.

Les enfants ayant de la difficulté à s’exprimer sont désavantagés lorsque vient le temps d’apprendre. Certaines cibles de littératie, comme l’écriture, sont introduites de plus en plus tôt dans le cheminement des élèves. Ces cibles sont souvent hors de la portée des enfants et plusieurs d’entre eux se retrouvent alors en situation d’échec, et non de succès précoce.

« Nous prédisons qu’une bonne maîtrise de base de la langue orale améliorera aussi les aptitudes d’écriture et de lecture des enfants pour les années scolaires à venir, même pour les plus vieux de la classe. » – The Conversation

Encourager les enfants à s’exprimer à l’oral, comme raconter leur journée, leurs vacances, décrire leurs jeux et leurs amis, aiderait même à atténuer les écarts de réussite chez les garçons, les enfants issus de milieux défavorisés, ceux dont la langue maternelle n’est pas celle enseignée et… chez les plus jeunes de la classe.

Écrit par Eva Leblanc-Morin

À lire sur Planète F
Redshirting : la maternelle à six ou pas?
L’école dès 3 ans pour les enfants

Planète F

Un magazine différent, mais pas seulement pour les parents, Planète F souhaite aborder les sujets controversés, stimuler la réflexion et offrir des débats sur des enjeux de société qui touchent la famille. Planète F est un magazine web indépendant sur abonnement fait par des journalistes professionnels. L’indépendance journalistique, la rigueur et l’éthique sont au coeur de la mission de ce média du 21e siècle .


Cette semaine
Les signes avant-coureurs d’une crise cardiaque

Chaque année, des milliers de Canadiens et de Canadiennes succombent à une crise cardiaque parce qu’ils ne reçoivent pas le traitement médical approprié assez rapidement.

8 musées à visiter en famille

Quelle bonne idée de visiter un musée avec les enfants ! Excellente façon de les ouvrir sur le monde en plus d’aiguiser leur sens de l’observation et d’émoustiller leur curiosité. Voici 8 musées à visiter sans plus tarder !

Balado Naviguer ensemble : pour les parents ET les ados

Présenté par l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ)

Parents d’ado, vous savez que les sujets à aborder avec votre enfant sont nombreux et que les conversations sont parfois un peu difficiles. Les ados d’aujourd’hui vivent de nombreux changements dans une société en constante évolution, et les parents se sentent parfois démunis pour les soutenir. 

Les risques méconnus du diabète

Février est le mois du coeur. Une occasion parfaite pour se conscientiser à l’importance de notre santé cardiovasculaire afin de vivre longtemps et en pleine forme entourés de ceux qu’on aime. Mais quel est le lien avec le diabète?

Nos Concours

À gagner : une carte cadeau de 100$

Participez pour gagner une carte cadeau de 100$ en épicerie