Enfant

Je ne comprends pas le langage de mon enfant

Pour toutes sortes de raison, le langage de l’enfant n’est pas toujours facile à comprendre. Nous sommes souvent démunies face à cette situation. Comment agir alors?

Il n’est pas rare dans ma pratique de rencontrer des parents qui me mentionnent ne pas être capables de comprendre leur enfant lorsqu’il s’adresse à eux. Y a-t-il des moyens plus efficaces que d’autres pour que chacun se sente confortable?

Nous l’avons déjà vu, l’enfant est en plein apprentissage, et pas seulement du langage. Il nous arrive toutes à un moment donné ou un autre de faire face à une situation où nous ne comprenons pas ce que l’enfant vient de nous dire. Malaise! Cependant, s’il est normal qu’un petit bris de communication survienne de temps à autre, on devrait s’inquiéter si plus d’une personne doit fréquemment faire répéter l’enfant, et particulièrement si ces personnes côtoient régulièrement votre petit. S’il est dans un Centre de la Petite Enfance ou dans une école prématernelle,  il importe alors de questionner les éducatrices qui pourront porter une écoute plus attentive et apporter une vision neutre de la situation, ou encore, contacter un orthophoniste pour discuter de la situation et voir si une démarche nécessite d’être entreprise.

Face à un étranger

Vous êtes-vous déjà retrouvée dans cette situation où dans un endroit public, un étranger s’adressait à votre enfant et lui posait les traditionnelles questions : « Comment t’appelles-tu mon bel enfant? » ou encore, « Quel âge as-tu? ». Suivant l’âge de notre enfant, l’originalité ou la difficulté de prononciation de son prénom, l’adulte en face peut n'y avoir rien compris et vous regarde d’un air interrogatif. Combien tentant est-ce alors de répondre à la place de chérubin pour le tirer de sa situation inconfortable! Occasionnellement, pressées ou peu intéressées alors, nous le faisons sans conséquence. Mais si l’occasion se présente régulièrement et que l’habitude s’installe, il se peut que l’enfant interprète le tout comme un signe d’incapacité de sa part, qu’il évite à la longue de répondre aux autres, qu’il développe de la gêne et à la limite, devienne très dépendant de l’adulte au point de regarder son parent lorsque quelqu’un s’adresse à lui.

Pourquoi ne pas tenter des stratégies qui feront de l’enfant un gagnant, qui le rendront fier d’être compris, puisque c’est là le but ultime d’un échange entre deux personnes? Voici deux exemples qui le démontrent.

  • Si un adulte demande l’âge de votre enfant, penchez-vous vers votre enfant, prenez sa petite main et dites-lui : « montre-le à la dame avec tes deux doigts.
  • Si un adulte n’a pas compris le prénom de votre enfant, faites une tentative de lui parler à l’oreille, mais assez fort pour que l’adulte entende et dites-lui : « Charles-Alexandre junior », dis-le plus fort à monsieur, il y a beaucoup de bruit ici. Il n’a pas entendu.

Le fait de s’adresser à l’enfant fera assurément le travail de ne pas le faire sentir incompétent et ne brisera pas la confiance qu’il a en son langage.

Et avec vous

Au quotidien, nombreux sont les moments où l’enfant nous parle. Il y a ceux où nous sommes disponibles, à proximité de l’enfant, ceux où nous partageons une activité avec notre enfant : un bricolage, une lecture, une émission de télévision, une sortie. Mais les journées sont occupées et il existe aussi plusieurs moments où les occupations nous empêchent d’avoir toute la disponibilité requise pour comprendre notre petit.

Bien entendu, notre disponibilité influence la manière dont nous comprenons notre enfant, mais certains éléments qui viennent de lui peuvent aussi avoir un impact sur notre compréhension de son message.

Pourquoi on ne comprend pas l’enfant

Dans son développement, l’enfant parle d’abord de ce qui est proche de lui, dans son environnement immédiat et en rapport avec ce qui se passe. Ainsi, dans ses premiers mots, nous entendrons les noms des personnes qui s’en occupent, les objets qui le concernent « lait », « doudou », des mots qui nous poussent à agir « encore » ou qui témoignent d’une action qui vient de se produire « parti » ou « tombé ». En général, ces petits mots sont compris de l’entourage immédiat. Au fur et à mesure du développement, son intelligence se développe et sa curiosité fera en sorte qu’il sache que les choses existent, même quand il ne les voit pas. Il commencera alors à parler de ce qui n’est pas là « où choupi? » « Mamie pas maison à elle? ». Et puis, il commence à raconter ce qui s’est passé quand vous n’étiez pas là, à parler des amis de la garderie avec des prénoms que vous ne connaissez pas ou ne comprenez pas… et le vocabulaire est plus compliqué, les phrases plus longues et les sons ne sont pas tous acquis. Ouf! Parfois donc, on en arrive à une période où on ne comprend pas un mot, et l’enfant se met en colère ou à pleurer!

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

25 cadeaux sous le sapin 2019 – Jour 11 – Geneviève O’Gleman

À gagner: Le duo Les lunchs + Soupers rapides

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Commentaires