Enfant

Comment gérer la régression chez l’enfant?

Voici l’une des questions que j’ai reçu d’une lectrice récemment : « Ma fille de 6 ans semble régresser depuis son entrée à l’école. Nous ne la reconnaissons plus. D’autonome et débrouillarde, elle est passée de pleurnicharde à incapable de prendre des initiatives. De plus, elle qui parlait si bien avant, fait désormais des phrases sans queue ni tête. Est-ce normal? » 

Régresser est normal ; tous les humains régressent. Même les adultes, lors de mauvaises journées, ont parfois envie de s’écraser sur le sofa en mangeant de la crème glacée, pour recharger leurs batteries.

Reculer pour mieux avancer

Lorsque les enfants rencontrent certains événements qui sont généralement des situations stressantes, plusieurs ont tendance à se réfugier dans ce qu’ils connaissent, soit des stades de développement antérieurs pour appréhender et mieux gérer ce qui se présente à eux. Afin de reprendre confiance et sécurité, ils retournent un pas en arrière là où ils maîtrisaient tout leur environnement mais surtout, leurs réactions.

La régression est généralement signe précurseur d’une période de forte acquisition. Le développement de l’être humain n’étant pas linéaire, il est fait de bonds en avant, de sauts en arrière, de pas de géants ou de piétinements, mais chaque phase est à vivre. Moins vous interviendrez, plus vous aurez de chances que la régression demeure un état passager.

Plusieurs parents ont tendance à brusquer le rythme de leurs enfants parce qu’ils sont ébranlés par ces changements. Ils ont du mal à anticiper, gérer et digérer.

Lorsqu’un enfant régresse, le parent peut se sentir menacé face à la perte d’acquis fragiles. Le parent est déjà si sollicité qu’il peut lui paraître pénible d’accompagner son enfant de façon appropriée car il craint que tout ce chemin à parcourir. Au fond, les régressions des enfants font aussi régresser les adultes ; en réponse, ceux-ci ont tendance à se durcir, pour éviter l’état d’inconfort. On se dit que c’est déjà si demandant de les accompagner dans tous leurs stades, si on recule, c’est encore toute une énergie à déployer! Cela peut être découragent, tant la tâche semble immense.

Un pas à la fois

Voici quelques conseils qui aideront à traverser les étapes de régression :

  • Observez en parallèle les régressions chez les enfants et nos propres actions, réactions. Qu’est-ce que cela génère en nous? Inquiétude, stress, colère ou impuissance ? S’observer, c’est le premier pas pour comprendre, accepter et traverser les défis.
  • Prenez l’espace qu’il faut pour comprendre. Si la régression dure, demandez-vous à quel moment elle s’est produite, et si elle survient à des moments en particulier, qu’est-ce qui l’activent (déménagement, arrivée d’un bébé, séparation, changement d’école, maladie, etc.)
  • Gardez confiance : il s’agit d’une étape normale du développement et elle doit être accompagnée, au même titre que les encouragements lors des acquisitions. Dans ces moments, les enfants ont besoin de sécurité, de stabilité et de cohérence. Nous sommes leurs guides : plus nous serons zen et moins cette période se prolongera.
  • Essayez de garder une vision globale; ne vous arrêtez pas aux détails. Si vous mettez l’accent sur des comportements, il y a de fortes chances pour que cela crée un stress supplémentaire chez l’enfant. Concentrez-vous sur les besoins, sans montrer du doigt ce qui est à modifier. Ainsi, l’enfant pourra se concentrer sur l’énergie qui entraîne vers l’avant plutôt que sur les aspects plus laborieux de cette régression.
  • Écoutez vos enfants. Lorsqu’ils régressent, souvent, ils radotent. S’ils relatent la même information, c’est qu’ils ont besoin de déposer leur trop-plein afin d’emmagasiner suffisamment de confiance pour mieux gérer la situation qu’ils traversent. En parlant, en expliquant, ils cherchent à acquérir des outils, des stratégies pour mieux palier à l’état d’inconfort. Plus vous leur laisser de l’espace pour dire et être, moins la phase de régression sera longue et conséquente. Ils reprendront peu à peu leur pouvoir en développant tout ce dont ils ont besoin pour accéder à l’avancée de la période qui les fige.
  • Osez ignorer les attentes et la pression sociale. Souvent, la peur d’être jugée, voire critiquée, influe sur notre façon de faire lorsque nos enfants sont en difficultés. Une régression renvoie à ce que nous n’avons pas fait ; accompagnez l’enfant avec bienveillance et constance permet de garder en tête les objectifs. Notre compétence de parent ne devrait pas être remise en cause. Concentrez-vous les tactiques à mettre en place pour permettre à l’enfant de retrouver un état de quiétude.

Nous sommes les experts de nos enfants! Croyez en votre créativité et votre résilience pour leur permettre de faire les choses à leur rythme, tout en respectant chacune des phases qu’ils traversent.

Référence : Catherine Gueguen, Pour une enfance heureuse


Cette semaine
Ménage de votre garde-robe

Vos tiroirs ont peine à ouvrir et votre penderie est sens dessus dessous, c’est le temps d’affronter ce chaos une fois pour toutes et de faire le grand ménage. Mais par où commencer?

Donner le bain à bébé

Le bain permet bien sûr de laver votre bébé, mais c'est aussi un super moment de détente, de plaisir et de complicité.

10 points positifs d'être parents d'un enfant unique

Avoir un enfant unique a longtemps été perçu négativement, et encore aujourd’hui. Pourtant, les enfants uniques sont de plus en plus nombreux alors que la carrière et le désir de liberté prennent de plus en plus d’importance dans la vie des parents.

Stimuler le cerveau des enfants

Le cerveau se transforme à mesure qu’on apprend et a besoin d’une belle variété d’activités pour se développer de manière équilibrée. Voici les meilleures activités à proposer à notre enfant.

Nos Concours

Gagnez une carte-cadeau chez Little Yogi

Participez pour gagner 100$ chez Little Yogi

Gagnez La Trousse Masque Hyaluronic2 de IDC+

Participez pour gagner une trousse de produits pour femmes

Commentaires