Désir d'enfant

Faut-il une raison pour avoir un enfant?

Peut-on faire un enfant pour de mauvaises ou pour de bonnes raisons? Ultimement, faut-il une raison pour faire un enfant?

Avoir un enfant est probablement l’acte le plus porteur de conséquences de notre vie. Partout dans le monde, on le fait pour donner la vie à quelqu’un; pour vivre une expérience intense et unique; pour perpétuer sa lignée… Certains font des enfants pour répondre à un commandement religieux, ou ce choix est de l’ordre de l’éthique. Il existe plusieurs raisons de faire un enfant, et certains diront qu’il y en a des bonnes, et, bien sûr, aussi de moins bonnes…

Pression sociale

Dans son livre Le Conflit : la femme et la mère, Elisabeth Badinter considère que le choix d’avoir un enfant ou non devrait être issu d’une longue réflexion. Malheureusement, selon elle, ceci n’est pas toujours le cas, et plusieurs femmes décideraient de faire un enfant pour répondre à une certaine pression sociale. D’ailleurs, on entend de plus en plus de femmes qui ne désirent pas d’enfants parler du fait qu’elles doivent défendre ce choix jour après jour.

Dans cet extrait radio tiré de l’émission Plus on est de fous plus on lit, des personnalités québécoises se sont d’ailleurs penchées sur ce phénomène et sur le recueil Selfish, Shallow and Self-Absorbed: Sixteen Writers on the Decision Not to Have Kids, dirigé par l’auteure Meghan Daum.

Cette pression sociale est aussi le sujet de la bande dessinée de Véronique Cazot, Et toi, quand est-ce que tu t’y mets?

Pour plaire à son conjoint ou sauver son couple

Selon un sondage réalisé pour le compte du magazine Philosophie, 22 % des répondants croient que de faire un enfant rend la vie de couple plus intense et plus solide. Pourtant, un couple qui bat de l’aile risque plutôt de s’enliser un peu plus dans ses problèmes avec l’arrivée d’un enfant. De plus, 9 % ont avoué avoir accepté d’avoir un bébé pour plaire à leur conjoint. À ces raisons, qui peuvent être considérées comme mauvaises, on en a ajouté quelques-unes : certains avouent avoir fait des enfants pour recevoir de l’affection et se sentir moins seuls, alors que d’autres ont procréé afin d’avoir quelqu’un qui s’occupera d’eux, lorsqu’ils seront vieux.

Personne ne connaît le futur et il semble toujours être une bien mauvaise idée de concevoir une enfant en pensant à « plus tard ». L’enfant a en effet sa propre personnalité, et il est impossible de savoir s’il voudra vraiment prendre la relève de l’entreprise familiale, marcher dans vos pas ou, pire, réaliser pour vous les rêves que vous n’avez pas pu faire. Bref, avoir un enfant fait-il de vous quelqu’un d’égoïste ou d’altruiste?

Sans raison

Seulement 6 % des répondants ont affirmé avoir fait un enfant sans véritable raison ou « par accident », et Elisabeth Badinter renchérit : « En vérité, la raison pèse peu dans la décision d’engendrer. Probablement moins que dans celle du refus d’enfant. Outre que l’inconscient, lui, pèse de tout son poids sur l’une et l’autre, il faut bien avouer que la plupart des parents ne savent pas pourquoi ils font un enfant et que leurs motivations sont infiniment plus obscures et confuses que celles évoquées dans le sondage. (…) En fait, la décision découle plus largement de l’affectif et du normatif que de la prise en compte rationnelle des avantages et des inconvénients. »

Monique Bydlowski, neuropsychiatre et psychanalyste, spécialiste de la maternité, confiait pour sa part au magazine Psychologies : « Vouloir un enfant peut répondre à la soif d’immortalité qui nous tenaille tous plus ou moins. Quand nous regardons des petits courir, nous sentons bien cela : nous allons mourir, alors qu’ils portent l’avenir en eux. Il s’en dégage un lumineux sentiment d’éternité. Mais il ne faut pas oublier non plus que le désir d’enfant échappe souvent à notre volonté. »

Un projet commun

Il existe une différence entre un projet et un rêve. Rêver d’un enfant, c’est le visualiser : c’est le voir jouer, dormir, dire son premier mot. Comme le mot rêve l’entend, on ne se trouve alors pas dans la réalité. Avoir un projet commun d’enfant, avec son conjoint, est donc beaucoup plus tangible – même si tous les projets naissent à partir d’un rêve! « Est-ce que j’ai vraiment envie de vivre cette grossesse, l’accouchement, l’éducation d’un enfant, en sachant que c’est un engagement qui durera toute ma vie, au quotidien, au moins les vingt premières années? » remarque Claude Halmos, psychanalyste. « Est-ce bien cet homme – ou cette femme – avec lequel nous avons vraiment envie d’avoir cet enfant? Ou sommes-nous en train de lui forcer la main? Ai-je vraiment envie d’avoir un enfant pour moi, pour combler un manque, pour être parent? Ou ai-je vraiment envie de tenter l’aventure fantastique avec cette personne-là? »

Et vous : pourquoi avez-vous décidé d’avoir un enfant?

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Cette semaine

Concours Partenaires

25 cadeaux sous le sapin 2019 – Jour 15 – Keurig

À gagner: cafetière Keurig et ensemble de capsules

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Commentaires

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Les mocktails, tout le plaisir, l’alcool en moins

1255 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!