Couple/Sexualité

Options contraceptives pour la femme moderne

Pilules, timbres, polyuréthane et progestatif? Quelles sont les options contraceptives pour la femme moderne. 

De nos jours, les femmes ont beaucoup plus de choix en matière de contraception que dans les années 1700, où l’abstinence, le retrait et les condoms fabriqués de lin ou d’intestin animal étaient les seules options.

En raison de la quantité de méthodes contraceptives modernes fiables, et plus hygiéniques, choisir la plus appropriée selon votre style de vie et vos antécédents de santé peut être un peu déroutant.

Même si avez connu des situations embêtantes avec les condoms ou avez oublié de prendre votre pilule à temps, il existe un éventail de méthodes de contraception qui pourraient mieux vous convenir.

Condoms

Les condoms sont sur le marché depuis si longtemps que l’on pourrait écrire un manuel des termes les décrivant. Mais, si le latex éprouvé n’est pas votre style, vous vous réjouirez d’apprendre qu’il a un compétiteur sérieux dans sa catégorie, soit le condom de polyuréthane. Ce matériau est idéal pour ceux et celles qui ont une allergie ou qui présentent des sensibilités au latex. Les condoms de polyuréthane sont également plus minces de façon à ce que la chaleur soit répartie uniformément dans tout le condom.

Les condoms en peau d’agneau ou les condoms de membrane naturelle, qui transmettent la chaleur plus rapidement que le latex, sont une autre solution de rechange. Mais ceux-ci ne confèrent aucune protection contre les infections transmissibles sexuellement (ITS), il est donc préférable de les éviter à moins que vous n’entreteniez une relation saine et exclusive.

Le condom féminin est une autre solution de rechange au latex qui est fait de polyuréthane. C’est aussi la seule méthode contraceptive féminine qui confère une protection contre une grossesse et les infections. Il s’insère dans le vagin jusqu’à huit heures précédant la relation sexuelle et comporte deux anneaux à chaque extrémité pour le maintenir en place.

Contraception hormonale et DIU

Si vous entretenez une relation et désirez une méthode à long terme, la contraception hormonale et les dispositifs intra-utérins (DIU) valent la peine d’être envisagés.

La pilule contraceptive a d’abord été commercialisée dans les années 60 et constitue toujours le moyen de contraception hormonal le plus prescrit au monde un demi-siècle plus tard. Dans le cas d’une utilisation appropriée, la pilule présente un taux d’efficacité de 99,9 %, ce qui fait d’elle l’option contraceptive la plus fiable sur le marché. En tant qu’avantage supplémentaire, les méthodes de contraception hormonales, qui comprennent le timbre, les injections et les anneaux vaginaux, réduisent en fait le risque de cancer de l’endomètre et de l’ovaire, et permettent de régulariser les règles et les cycles menstruels.

S’il vous arrive d’oublier de prendre la pilule contraceptive au même moment tous les jours, l’anneau vaginal pourrait constituer une meilleure option dans votre cas. Cet anneau souple mesure un demi-centimètre et sied confortablement dans le vagin pendant trois semaines, libérant lentement les hormones contraceptives. Comme le vagin est un espace fermé, il n’y a pas lieu de s’inquiéter que l’anneau s’y perde.

Le timbre est apparu sur le marché canadien en janvier 2004 et fonctionne tout comme la pilule et l’anneau, libérant les mêmes hormones pendant trois semaines. Le timbre se colle sur la peau comme un timbre de nicotine et demeure en place même si vous faites de l’exercice, de la natation ou prenez une douche. Puis, au cours de la quatrième semaine au moment où les menstruations doivent se manifester, c’est la semaine de pause, sans timbre.

Les sortes de contraceptifs hormonaux présentent des quantités et des types d’hormones différents. Avec toute forme de contraception hormonale, les effets indésirables comme les saignements irréguliers, la sensibilité des seins et les maux de tête sont courants au cours des premiers mois d’utilisation. Mais, une femme qui connaît ces symptômes pendant une période prolongée pourrait vouloir envisager de changer de sorte avant d’abandonner son moyen de contraception complètement.

La pilule à progestatif seulement, aussi connue comme la mini-pilule, ne contient pas d’œstrogène comme la plupart des autres méthodes hormonales, mais elle doit être prise sans faute au même moment tous les jours pour être efficace. Ces pilules connaissent du succès auprès des femmes qui allaitent, qui présentent des risques de coagulation sanguine ou qui ne tolèrent pas l’œstrogène.

Les dispositifs intra-utérins (DIU) sont une autre option pour les femmes qui allaitent, puisqu’ils n’affectent pas la production de lait maternel. Ils conviennent bien aussi aux femmes qui ne tolèrent pas les méthodes hormonales ou les condoms. Ce petit dispositif en forme de T, qui doit être inséré par un médecin, peut demeurer dans l’utérus jusqu’à cinq ans. Il se présente sous deux formes : le DIU de cuivre qui modifie la chimie du vagin en créant un spermicide naturel et le système intra-utérin Mirena (SIU) qui libère lentement le progestatif.

En arrêtant votre choix quant à la contraception, il est important de consulter un médecin qui peut répondre à vos questions, surtout si celles-ci sont liées à vos antécédents médicaux et à votre style de vie. Vous pouvez également trouver davantage de renseignements sur ces méthodes de contraception sur le site Web suivant traitant de santé sexuelle et réputé à l’échelle internationale : www.masexualite.ca.

Voyez la comparaison des méthodes de contraception et apprenez-en davantage sur les méthodes contraceptives

Cet article a été écrit par masexualite.ca, le site Web canadien par excellence consacré à la diffusion d'information fiable et d'actualité et à l'éducation en matière de santé sexuelle, administré par la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada. Ce site a pour mandat de fournir orientation et conseils pour aider les gens à développer et à maintenir une sexualité saine.
Société des obstétriciens et des gynécologues du Canada (SOGC)

Fondée en 1944, la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada représente plus de 3 000 membres professionnels, dont des gynécologues, des obstétriciens, des médecins de famille, des infirmières, des sages-femmes, ainsi que des professionnels du domaine paramédical. À titre d'une des principales autorités dans le domaine des soins de santé génésique, la SOGC produit des directives nationales liées à l'éducation publique et médicale sur d'importants sujets en matière de santé des femmes. Pour des informations sur la sexualité, visitez le site Masexualité.ca.  


Cette semaine
Chaudron de sorcière à croquer – Brownies d’Halloween

AVERTISSEMENT : Ce dessert festif risque d’attirer vampires, licornes et petits fantômes du quartier. Préparez-vous au pire! 

Des conseils pour une bonne santé dentaire à l'Halloween

Difficile pour les jeunes de résister à l’attrait des mille et une sucreries récoltées à l’Halloween. Il existe des conseils simples que les parents peuvent suivre pour permettre à leurs enfants de célébrer l’Halloween tout en veillant à la santé de leurs dents.

Fêter l'Halloween à la maison

Cette année, on fête Halloween à la maison avec un party Glow in the dark façon Fiesta mexicaine! Voici comment préparer tout ça. 
 

La peur et l'anxiété chez l'enfant

Plusieurs enfants vivent des peurs et des craintes, voire même des phobies, qui sont angoissantes et qui requièrent une bonne compréhension du phénomène.

Nos Concours

Gagnez 5 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Participez pour gagner 10 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Améliorez l'apprentissage de vos enfants grâce à Leap start 3D

Participez pour gagner le jeux Leap Start 3D d’une valeur de 60$

Commentaires