Alimentation

Réagir aux comportements inquiétants face à l'alimentation

Comment arriver à avoir une alimentation saine et diversifiée lorsque la coopération de l'enfant n'est pas assurée? Et quand y a-t-il lieu de s'inquiéter?

Chez l'enfant, l'alimentation a pour but de fournir suffisamment d'énergie et de nutriments pour assurer une croissance et un développement normaux (os qui allongent, muscles et organes qui se développent, dents qui se calcifient, volume sanguin qui s’accroît). Pour atteindre ce but, il faut favoriser la variété dans le choix d'aliments.

Les sensations heureuses et les autres...

Chaque jour, le jeune enfant fait connaissance avec des aliments. Il acquiert une sensibilité à certaines saveurs, à certaines textures, à certaines couleurs, à certains parfums. Il tisse des liens particuliers avec certains aliments. Lorsque son répertoire de connaissances renferme des sensations « heureuses », l'enfant a du plaisir à manger; il a ainsi plus de chances de mieux se nourrir que lorsque son répertoire cache plein de sensations malheureuses. Il faut multiplier les expériences alimentaires heureuses de l'enfant pour favoriser le développement du sens du goût et son ouverture alimentaire. C’est avant l'âge de 2 ans qu'il est le plus facile d'étendre le répertoire alimentaire de l'enfant; profitons-en!

Les principes de base à retenir
  • Offrir à l'enfant, autant que possible, des aliments d'une grande richesse nutritionnelle, capables de lui fournir tout ce dont il a besoin pour grandir et se développer.
  • Laisser l'enfant vraiment libre de déterminer les quantités qui lui conviennent, sans faire de commentaires, de suggestions de chantage ou de pression. L’adulte fournit la qualité, l'enfant détermine la quantité.
  • Il faut retenir que chaque enfant a ses propres besoins nutritionnels qui varient énormément durant la petite enfance. Pour avoir une idée des quantités suggérées aux différents âges, la diététiste-nutritionniste Louise Lambert-Lagacé propose la règle de la cuillère à soupe : une cuillère à soupe par année de vie. Cette règle s’applique pour les fruits, les légumes cuits, le beurre d'arachide, la viande ou le foie cuit. Le Guide alimentaire canadien pour manger sainement propose des portions d'enfant équivalant à des demi-portions d'adulte pour chacun des groupes.
Croissance et appétit

Il est important de retenir qu'à partir de 2 ans l'enfant voit sa croissance ralentir et cela affecte grandement son appétit. Le refus de manger et les caprices alimentaires atteignent un « pic » critique vers l'âge de 3 ans.

Les comportements les plus souvent rencontrés sont les suivants :

  • Les caprices et le refus de manger : lorsque la croissance physique ralentit, l'appétit suit la même courbe et l'enfant mange moins. Cela peut occasionner des conflits et le parent peut vouloir forcer son enfant à manger. Cette situation donne à l'enfant un certain pouvoir de négociation qui lui permet de se libérer du contrôle parental. Il faut donc faire preuve de souplesse et respecter certains de ses refus sans faire ses quatre volontés.
  • Le besoin d'attention. Faire la grève de la faim, refuser de manger aux repas ou s’empiffrer d'aliments inutiles entre les repas, c'est une façon d'obtenir des faveurs ou de l'attention. Évitez d'abord le grignotage, vérifiez que l'enfant ne consomme pas trop de liquides qui pourraient brouiller ses signaux corporels de faim et de satiété et évitez de donner trop d'importance au refus de manger. Il est préférable de lui demander doucement de sortir de table et de laisser l'enfant assumer la conséquence de son geste, c’est-à-dire, avoir faim jusqu'au prochain repas.
Image de Mamanpourlavie.com


Cette semaine
L’intégration graduelle à la garderie

Non, vous n’êtes pas coupable de l’avoir laissé trop tôt ou trop vite au service de garde, car l’intégration tardive et « en crescendo » n’est pas une panacée.

Changer d’école : 5 conseils pour aider votre enfant à s’adapter

Que ce changement soit causé par un récent déménagement ou encore par l’arrivée au secondaire, changer d’école peut être un bouleversement dans la vie de votre enfant. 

Les différentes positions pour accoucher

On voit souvent la femme accoucher sur le dos, les pieds dans les étriers. Mais ce n’est pas la seule position qui existe et, surtout, ce n’est peut-être pas la plus favorable!

Activités parascolaires : oui ou non?

Les bienfaits des cours parascolaires sont nombreux. Mais peut-il y avoir une limite? Un moment où on doit dire « non » à ces activités?

Nos Concours

Gagnez un laisser-passer familial!

Visitez le Cosmodôme en famille!