Alimentation

Obésité infantile : les mots à ne pas dire

Tous les parents désirent inculquer de bonnes habitudes alimentaires à leurs enfants. Pourtant, le choix des mots devient important pour ne pas créer l'effet contraire!

Toutes sortes de pratiques sont quotidiennement mises en œuvre pour s’assurer que les enfants mangent bien, en quantité adéquate et au moment désiré.

Bien que ces tactiques procurent souvent l’effet escompté dans l’immédiat, elles peuvent aussi influencer de façon inattendue les choix alimentaires des enfants ainsi que leurs préférences et leur capacité à reconnaître les signaux de la faim.

«Pas de croustilles, c’est mauvais pour la santé»

Vos enfants grandissent dans un environnement où les aliments bon marché, appétissants, caloriques et peu nutritifs sont omniprésents. En réponse à cet environnement «obésigène», certains parents sont tentés de bannir totalement certains aliments «camelote» du régime de leurs enfants.

Ces fruits défendus deviennent alors bien plus intéressants et attirants que les aliments permis… Et lorsque les aliments interdits sont (enfin!) disponibles, les enfants risquent fort d’en consommer à l’excès, un excès qui pourrait mener à l’obésité…

De plus, ce discours encourage les enfants à catégoriser les aliments en «bons» ou en «mauvais» aliments et à préférer ces derniers. Leurs habitudes alimentaires futures risquent donc d’être grandement influencées par ces distinctions.

«Si tu ne manges pas ton brocoli, tu n’auras pas de dessert»

Tout parent aimerait voir son enfant dévorer son brocoli. Mais associer un aliment à une punition n’est certainement pas la meilleure façon d’influencer positivement la perception de l’enfant vis-à-vis de cet aliment.

Et le discours tenu par le parent présente du même coup le dessert comme la récompense suprême et comme un aliment-réconfort…

De la même façon, la promesse d’un aliment en échange d’une tâche («Tu auras des biscuits quand tu auras fait le ménage de ta chambre», par exemple) risque plutôt d’augmenter la préférence de l’enfant pour cet aliment-récompense.

«Finis ton assiette»

La reconnaissance des signaux de la faim joue un rôle important dans le maintien d’un poids santé.
En se voyant obligé de continuer à manger alors qu’il n’a plus faim, l’enfant apprend à ne plus se fier aux signaux de satiété envoyés par son corps.

Conséquence : dans des situations où les aliments sont facilement disponibles, l’enfant aura tendance à manger davantage, même s’il n’a pas faim, un comportement qui augmente les risques d’obésité.

«Ne mange pas trop de gâteau, ça fait engraisser»

Certains commentaires mettant en relation les aliments et l’image corporelle peuvent faire naître chez l’enfant une relation conflictuelle avec certains aliments.

Le gâteau est vu comme un aliment défendu, désiré et attirant, mais aussi culpabilisant. Sa consommation satisfait une partie de lui, mais le rend également honteux d’avoir dérogé à ce qu’il perçoit comme une norme familiale.

Des comportements de surconsommation ou de restrictions alimentaires pourraient alors tenter de compenser la perte de son estime de soi…

Pour aider votre enfant à développer de bonnes habitudes alimentaires :
  • donnez le bon exemple en adoptant de saines habitudes alimentaires;
  • prônez la modération plutôt que l’interdiction;
  • à table, offrez-lui une variété d’aliments de qualité, et laissez-le décider de la quantité;
  • évitez de catégoriser les aliments comme «bons» ou «mauvais;
  • évitez de vous servir des aliments pour récompenser ou pour punir votre enfant;
  • adoptez une attitude saine et équilibrée à l'égard du corps et de l'alimentation en évitant de transposer vos propres préoccupations sur vos enfants.
Extenso

Contenu appartenant à Extenso, Centre de référence sur la nutrition humaine. Extenso a pour mission de sensibiliser la population à une meilleure santé nutritionnelle à travers une interprétation objective et une diffusion efficace des connaissances scientifiques actuelles en matière de nutrition. Extenso est la référence Web en nutrition du Centre universitaire de nutrition préventive NutriUM de l’Université de Montréal.


Cette semaine
5 signes de détresse psychologique chez les mamans

En raison du confinement, la détresse psychologique chez les mamans est de plus en plus présente dans les foyers québécois. Depuis le début de la pandémie, la surcharge mentale est en croissance. 

Les meilleures activités et sorties de janvier 2021

Attachons nos tuques et nos mitaines; c’est le temps de jouer dehors en famille! On vous a préparé un cocktail d’activités hivernales extérieures pour les plus courageux et intérieures pour les plus frileux. 

5 astuces pour remplir la maison d’énergies positives

Pas toujours facile de garder le moral en ces temps de confinement. Qu’on soit ésotérique ou non, on aime bien tout essayer pour rendre l’atmosphère de notre chez-soi plus positive et sereine. 

Salade de filet de porc au fenouil et à la mangue

Saviez-vous qu’en plus d’être un puissant antioxydant, le fenouil est une très bonne source de vitamine C. Si vous ne l’avez jamais essayé, voici une bonne recette pour le découvrir. 

Nos Concours

Gagnez une carte-cadeau Boutique À Ton Tour

Participez pour gagner une des deux carte-cadeaux de 25$

Commentaires