Alimentation

Obésité infantile : les mots à ne pas dire

Tous les parents désirent inculquer de bonnes habitudes alimentaires à leurs enfants. Pourtant, le choix des mots devient important pour ne pas créer l'effet contraire!

Toutes sortes de pratiques sont quotidiennement mises en œuvre pour s’assurer que les enfants mangent bien, en quantité adéquate et au moment désiré.

Bien que ces tactiques procurent souvent l’effet escompté dans l’immédiat, elles peuvent aussi influencer de façon inattendue les choix alimentaires des enfants ainsi que leurs préférences et leur capacité à reconnaître les signaux de la faim.

«Pas de croustilles, c’est mauvais pour la santé»

Vos enfants grandissent dans un environnement où les aliments bon marché, appétissants, caloriques et peu nutritifs sont omniprésents. En réponse à cet environnement «obésigène», certains parents sont tentés de bannir totalement certains aliments «camelote» du régime de leurs enfants.

Ces fruits défendus deviennent alors bien plus intéressants et attirants que les aliments permis… Et lorsque les aliments interdits sont (enfin!) disponibles, les enfants risquent fort d’en consommer à l’excès, un excès qui pourrait mener à l’obésité…

De plus, ce discours encourage les enfants à catégoriser les aliments en «bons» ou en «mauvais» aliments et à préférer ces derniers. Leurs habitudes alimentaires futures risquent donc d’être grandement influencées par ces distinctions.

«Si tu ne manges pas ton brocoli, tu n’auras pas de dessert»

Tout parent aimerait voir son enfant dévorer son brocoli. Mais associer un aliment à une punition n’est certainement pas la meilleure façon d’influencer positivement la perception de l’enfant vis-à-vis de cet aliment.

Et le discours tenu par le parent présente du même coup le dessert comme la récompense suprême et comme un aliment-réconfort…

De la même façon, la promesse d’un aliment en échange d’une tâche («Tu auras des biscuits quand tu auras fait le ménage de ta chambre», par exemple) risque plutôt d’augmenter la préférence de l’enfant pour cet aliment-récompense.

«Finis ton assiette»

La reconnaissance des signaux de la faim joue un rôle important dans le maintien d’un poids santé.
En se voyant obligé de continuer à manger alors qu’il n’a plus faim, l’enfant apprend à ne plus se fier aux signaux de satiété envoyés par son corps.

Conséquence : dans des situations où les aliments sont facilement disponibles, l’enfant aura tendance à manger davantage, même s’il n’a pas faim, un comportement qui augmente les risques d’obésité.

«Ne mange pas trop de gâteau, ça fait engraisser»

Certains commentaires mettant en relation les aliments et l’image corporelle peuvent faire naître chez l’enfant une relation conflictuelle avec certains aliments.

Le gâteau est vu comme un aliment défendu, désiré et attirant, mais aussi culpabilisant. Sa consommation satisfait une partie de lui, mais le rend également honteux d’avoir dérogé à ce qu’il perçoit comme une norme familiale.

Des comportements de surconsommation ou de restrictions alimentaires pourraient alors tenter de compenser la perte de son estime de soi…

Pour aider votre enfant à développer de bonnes habitudes alimentaires :
  • donnez le bon exemple en adoptant de saines habitudes alimentaires;
  • prônez la modération plutôt que l’interdiction;
  • à table, offrez-lui une variété d’aliments de qualité, et laissez-le décider de la quantité;
  • évitez de catégoriser les aliments comme «bons» ou «mauvais;
  • évitez de vous servir des aliments pour récompenser ou pour punir votre enfant;
  • adoptez une attitude saine et équilibrée à l'égard du corps et de l'alimentation en évitant de transposer vos propres préoccupations sur vos enfants.
Extenso

Contenu appartenant à Extenso, Centre de référence sur la nutrition humaine. Extenso a pour mission de sensibiliser la population à une meilleure santé nutritionnelle à travers une interprétation objective et une diffusion efficace des connaissances scientifiques actuelles en matière de nutrition. Extenso est la référence Web en nutrition du Centre universitaire de nutrition préventive NutriUM de l’Université de Montréal.


Cette semaine
Gérer l’entre-deux des saisons

Froid, chaud, chaud, froid, chaud… entre deux saisons, le mercure joue au yoyo et avec notre patience. On ne sait jamais comment habiller les enfants : c’est un véritable casse-tête! Voici donc nos conseils pas bêtes pour arriver à mieux gérer.

Survivre aux devoirs en 10 trucs

Après le brouhaha de la rentrée, bien vite on fait face aux « terribles » devoirs. Voici 10 trucs pour survivre à ce moment tant redouté par les familles.

L’écoanxiété : le nouveau mal du siècle

Vous avez très certainement entendu parler de Greta Thunberg, cette jeune militante suédoise qui, du haut de ses 16 ans, lutte corps et âme contre le réchauffement climatique. Mais saviez-vous que cette préoccupation extrême pour le sort de notre planète porte un nom?

15 mots de vocabulaire qu’on apprend en devenant parents

C’est fou comme notre vocabulaire s’élargit quand un petit être est sur le point de naître. Du moment de la conception à l’accouchement en passant par les neufs mois de grossesse, sans oublier l’entrée à la garderie et les virus qui viennent avec.

Nos Concours