Alimentation

Surplus de poids à 7 ans

Avoir un surplus de poids quand on est petit, un poids lourd à porter.

Parmi les enfants nés au Québec à la fin des années 1990, environ 16 % présentaient un surplus de poids à l'âge de 7 ans : 10 % faisaient de l'embonpoint tandis que près de 6 % étaient obèses.

Environ la moitié des enfants qui avaient un surplus de poids à 7 ans présentaient déjà cette condition à l'âge de 4 ans. C'est ce qui ressort notamment du fascicule Le surplus de poids chez les enfants de 4 à 7 ans : des cibles pour l'action, de l'Institut de la statistique du Québec.

Entre 4 et 7 ans : le quart des enfants touchés

Les analyses présentées dans le fascicule s'appuient sur des mesures directes de poids et de taille prises auprès des enfants suivis dans le cadre de l'Étude longitudinale du développement des enfants du Québec alors qu'ils étaient âgés de 4 ans, 6 ans et 7 ans. Bien que le pourcentage d'enfants présentant un surplus de poids (embonpoint ou obésité) soit assez stable d'un âge à l'autre (16 %), c'est environ le quart des enfants qui ont eu un surplus de poids à 4 ans, 6 ans ou 7 ans, dont 8 % de façon persistante, c'est-à-dire aux trois âges considérés.

Des facteurs pointés du doigt

L'analyse permet de mettre au jour certaines caractéristiques propres à l'enfant ou au milieu dans lequel il a grandi associées au surplus de poids (embonpoint ou obésité) à l'âge de 7 ans. Les enfants dont la mère a fumé durant la grossesse étaient plus sujets à faire de l'embonpoint ou à être obèses. Selon certaines études, le mécanisme à l'origine de cette relation pourrait être une altération du métabolisme induite par l'exposition à la fumée de cigarette au cours de la gestation.

La présence d'excès de poids chez les parents, telle que mesurée alors que l'enfant était âgé de 1 1/2 an de même que certains comportements alimentaires (manger trop ou manger trop vite, consommer des boissons gazeuses) seraient aussi associés à une probabilité plus grande de présenter un surplus de poids à 7 ans.

D'autres facteurs comme une durée de sommeil nocturne plus courte à 7 ans ou le fait d'être une fille y étaient aussi liés, quoique de façon plus marginale. Enfin, les résultats laissent croire que des caractéristiques propres au milieu résidentiel pourraient jouer un rôle puisque même une fois l'ensemble des facteurs individuels et familiaux considérés, les enfants vivant dans la région de Montréal-Centre étaient plus sujets que ceux vivant dans d'autres régions urbaines de plus de 10 000 habitants à présenter un surplus de poids.

Avoir un surplus de poids quand on est petit, un poids lourd à porter

Les enfants qui présentaient un surplus de poids à 7 ans étaient plus susceptibles d'éprouver des difficultés dans leur relation avec les autres à l'école, selon leurs parents. Ils étaient aussi plus sujets, aux dires de leur enseignant, à avoir fait rire d'eux par les autres enfants, ou à avoir eu de la difficulté à s'amuser au cours des six mois précédant l'enquête. De façon générale, les données montrent que les problèmes de surplus de poids à l'âge scolaire sont souvent présents avant même l'entrée à l'école et qu'ils pourraient être limités par des interventions judicieuses réalisées dès le début de la vie et même dès la conception (ex. : tabagisme).

Ce fascicule ainsi que les publications tirées de l'ELDEQ sont consultables sur le site Web de l'ELDEQ à l'adresse suivante, sous l'onglet « Publications ».

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Commentaires